Bienvenue à Mortancia

Merci de mettre ton nom conforme et d'ajouter une virgule, puis ta race. On est très chiants ici avec cette règle, surtout Xenshi.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Recherche d'un écrit : Les géoles de cilia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Xaros, Mortanyss

avatar

Nombre de messages : 286
Age : 30
Date d'inscription : 19/11/2006

MessageSujet: Recherche d'un écrit : Les géoles de cilia   Dim 10 Fév - 14:46

Bonjour a tous, le titre dis pas mal tout.


J'ai perdu ma copie de cette Magnifique histoire lorsque mon disque dur est mort et j'aimerais savoir si quelqu'un aurait encore sa dans un de ses fichiers ^^


C'est probablement juste les anciens de Zyx qui connaisse cette oeuvre mais je demande tout de même.


Merci d'avance,

Xaros
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zalhaxa, Mortanyss

avatar

Nombre de messages : 2221
Age : 29
Date d'inscription : 28/11/2007

MessageSujet: Re: Recherche d'un écrit : Les géoles de cilia   Dim 10 Fév - 14:59

Les geôles de Cylia



Introduction Tiré du texte de Lakkak

Lakkak créa une armée de puissants guerriers de la mort, vampires, spectres et liches et, lorsqu'il fut convaincu d'avoir élevé la plus grande armée à avoir foulé les terres de ZyX, il chargea les frontières de Ciceron, tuant tout sur son passage.

Devant l'arrivée des troupes démoniaques, Cylia, la protectrice, apparut à ses fidèles, leur promettant de ne point les abandonner aux griffes des Molrhs. Sous la direction de la déesse du bien, l'armée de Ciceron, protégée d'une énergie salvatrice, réussit à mettre les mort-vivants en déroute. Mais cela n'aurait pas été possible sans l'intervention d'Hoar qui a joint ses forces à celles de la déesse pour venger les actes de Lakkak, qui avait été impliqué dans l'assassinat de sa famille. Lakkak fut repoussé dans ses derniers retranchements sur une île du Nord. Cylia enferma Lakkak, à l'intérieur d'un plan parallèle dont la seule entrée était située au fond d'une grotte du monde de glace. Cylia enchanta ensuite la voûte conduisant à ce monde pour que seuls des êtres au cœur pur puissent y accéder.



Les geôles de Cylia
Partie 1
Osilik fixait les parois du caveau où il avait été enfermé. Il veillait sur Lakkak qui, épuisé de sa lutte contre la magie de Cylia, avait perdu conscience au moment de sa chute dans le conduit dimensionnel les ayant emprisonné en ce lieu. La grande bataille des Molrhs contre Ciceron venait d'avoir lieu. Ce qui devait marqué la vengeance de Lakkak sur le peuple des vivants fut transformé en débandade où la plus part des créations du nécromant avaient été repoussées ou détruites. Cylia avait pourchassé Lakkak, Maazel et Osilik jusque dans les froides montagnes du Nord pour les enfermer à l'aide d'un vortex qui les avait transporté dans un monde inconnu. Ils se sont retrouvés dans une petite pièce de pierre rustique creusée de façon naturelle au fond d'une grotte. Osilik avait pris la décision d'attendre l'éveil de son maître avant de faire l'exploration des lieux.

Le chevalier restait immobile, surveillant le périmètre. Il repérait le moindre son, les odeurs les plus infimes ainsi que les mouvements incessants perçus au milieu des ombres de la grotte. À trois ou quatre reprises, un énorme rugissement avait résonné, ébranlant bruyamment les murs de pierre. Chaque fois, la racine du cri se rapprochait et une odeur nauséabonde, un mélange de sueur et de chaire en décomposition, parvenait dans la pièce.

Maazel semblait indisposée. Elle restait là, immobile, assise sur une pierre humide, un mouchoir lui recouvrant le nez. Elle se surprit même à émettre une plainte semblable à un sanglot. Son père était à bout de force, ses servants avaient péri lors du siège de Ciceron et ses esclaves avaient été libérés. La jeune vampire se sentait seule au monde, proie à toutes les abominations envahissant cet endroit inconnu. Son seul protecteur était l'être qu'elle détestait le plus, Osilik, le seul capable de lui faire compétition au près de son père. Elle croisa d'ailleurs le regard sévère de se dernier qui lui commandait de taire sans délais le souffle de ses pleurnichages.

-Vous croyez que la bête poussant ces hurlements se dirige par ici, osa demander Maazel.

-Taisez-vous, rétorqua sèchement Osilik en la dévisageant. C'est votre peur et vos petites plaintes de gamines qui l'attire.

La voie d'Osilik fut coupée par un nouveau mugissement, cette fois tout prêt. On pouvait très distinctement entendre le bruit des pas du prédateur ainsi que le grincement de ses dents. On pouvait aussi percevoir le bruit de ses griffes heurtant les murs de la grottes à chaque pas. On aurait dit que la bête s'amusait à frapper dans la parois pour annoncer son arrivée.

-Il arrive, s'inquiéta Maazel en se collant contre le mur le plus éloigné de la petite pièce.

-Je ne crois pas qu'il vous confondra avec la roche, dit Osilik en dégainant doucement son arme. Cette créature doit bien faire une tonne et… écoute ses dents, on dirait qu'elle mastique.

-Il aurait donc déjà mangé, s'exclama Maazel de soulagement, il doit alors aller se coucher à sa tanière pour dormir. Il nous laissera en paix.


Au même instant, la silhouette de la créature apparue dans le cadre de l'entrée de la petite pièce. Son corps ressemblait à celui d'un énorme gorille blanc. Ses pattes étaient armées de généreuse griffes acérées qui aurait fait rougir d'admiration tous les forgeront de ZyX. La tête du monstre était gigantesque. Si on percevait à peine ses petits yeux noirs, sa bouche faisait au moins 75 centimètres de diamètre et était emplie d'une pléiade de dents de drakes. Il mâchouillait d'ailleurs un morceau de rock.

La créature ronronna à la vue de la douce nourriture gisant devant elle. Elle cracha la pierre qu'elle était en train de déguster, espérant bien se délecter d'un peu de chaire.

-Maazel, s'écria Osilik, protège le corps de ton père, je vais m'occuper de la bête.



Chapitre 1, Partie 2


Le chevalier se lança devant son gargantuesque opposant en le menaçant de son arme et en l'interpellant bruyamment pour être certain qu'il ne s'en prenne pas à Lakkak. Malgré ses efforts, Osilik fut cependant totalement ignoré. La bête le contournait, en tâtonnant la parois de ses griffes pour aller vers Maazel et son père.

-C'est à moi qu'il en veut, s'écria Maazel.

La vampire agrippa un petit sac de grains guérisseurs qu'elle s'empressa de concasser à l'aide d'un mortier. Elle voulait ainsi préparer un élixir permettant d'éveiller Lakkak pour que celui-ci puisse la protéger.

-Ce n'est pas à vous qu'il en veut petite sotte, c'est à votre père, dit Osilik.

Observant la physionomie et la démarche de son adversaire, Osilik se rendit vite compte que celui-ci était presque aveugle et certainement sourd. Ses globes oculaires ne devaient pouvoir capter que la chaleur. Ce qui expliquerait pourquoi la créature se dirigeait vers le nécromant en évitant Osilik. En effet, Osilik et Maazel étaient tous deux des Molrhs et ne dégageaient donc aucune chaleur. Le seul pouvant être perçu par la bête était Lakkak. Il aurait été fort surprenant que les talents limités de Maazel en alchimie puissent faire une potion assez forte pour réveiller Lakkak. Osilik devait donc agir vite avant de sacrifier le père des Molrhs au profit de l'estomac d'un gorille blanc d'une tonne.

Osilik voulut d'abord attirer l'attention de l'animal en lui découpant sa chaire. Il se donna un élan pour percuter la créature de plein fouet avec le tranchant de son arme. Cependant, la lame magique ne fut guère efficace. L'épaisse peau avait absorbée l'impact en totalité, pas de sang, pas de coupure, aucune égratignure, le gorille ne s'était même pas rendu compte de l'assaut. La bête continuait d'ailleurs sa route vers son repas en salivant bruyamment. Une épaisse langue noir épineuse sortait de sa bouche dans l'appréhension du dîner.

Le chevalier se reporta à l'attaque, cette fois-ci avec la pointe de son épée. Rien à faire, la peau ne céderait pas. Pas de moyen de trouver des faiblesses ; même ses articulations étaient recouvertes d'écailles, ce qui expliquait la maladresse de la créature dans ses mouvements.

-Il arrive, cria Maazel toujours incapable d'éveiller son père.
-Non?, Vraiment?

Osilik, convaincu qu'en aucun cas Maazel pourrait empêcher le gorille blanc de manger Lakkak, se rua vers son sac de combat. Il en sortie une torche qu'il embrasa rapidement.

-On a pas le temps d'allumer un feu Osilik, cria Maazel en tremblant.

-Mêle-toi de tes affaires et porte le corps de ton père à l'abris, ordonna Osilik en se dirigeant vers le monstre avec sa torche.

Il y a une tonne de chaire et de griffes entre moi et une place à l'abris, contesta Maazel qui s'était presque moulée sur le mur en laissant le corps de Lakkak totalement à découvert.

-Bon d'accord, laisse faire, laisse faire… dit Osilik sachant qu'il devrait encore tout faire seul… comme d'habitude.

Le guerrier revint se placer devant la bête. À la vue du feu, celle-ci s'arrêta nette. Elle n'avait encore jamais vue d'être si chaud. Aucunement ébloui, le gorille sembla plutôt attiré et curieux. Il s'approcha lentement de la torche et tendit la patte pour y toucher. Osilik fit à se moment signe à Maazel d'en profiter pour sortir dans le corridor avec Lakkak.

-Il n'est pas question que je sorte de cette pièce toute seule, contesta Maazel.

-Discute pas.

-Je suis la grande générale de guerre, maugréa Maazel, je n'ai pas d'ordre à recevoir de toi.

-La grande commande de guerre? Sort nous d'ici et tue la bête si tu es si brillante, au lieu de…

Profitant de la légère déconcentration d'Osilik, la créature envoya un coup de griffe vers le feu de la torche. Heureusement elle n'avait pas touché la torche elle-même, mais simplement le halo de feu. Surprise que l'être si chaud n'ait pas de corps matériel, la bête décida instantanément de mordre le feu. Elle engouffra la tête de la torche ainsi qu'une partie du bras d'Osilik. Heureusement, l'armure de ce dernier sauva son membre.

Cependant, l'animal se rendit compte que quelqu'un tenait l'être de feu, un être sans chaleur, invisible, un danger potentiel. Le gorille fut pris de panique et chargea Osilik de son autre patte.

Les énormes bras de la bête entourèrent Osilik, puis l'animal commença a se faire basculer pour déstabiliser le chevalier et le faire tomber. Osilik ne put rien faire contre le poids de son ennemi qui s'écrasa directement son lui. Le guerrier tomba durement sur le sol. La créature s'est assise sur les jambes d'Osilik pour l'immobiliser et a commencé à le ruer avec ses pattes. Le son des griffes contre-choquant l'armure ou le sol résonna à plusieurs kilomètres à la ronde. Le guerrier avait perdu son épée sous l'impact et ne pouvait que porter de faibles coups avec sa dague contre la poitrine du gorille qui ne bronchait pas.

Osilik ne paniqua pas jusqu'à ce qu'il sente les griffes de son adversaire éventrer son armure.

-Maazel!! Maazel!, Vite, dans mon sac, il y a des potions explosives.

La vampire se dirigea vers le sac de combat et l'ouvrit d'un air nonchalant. Au même moment, Osilik venait d'être décoiffé de son casque. Le poids de gorille paralyse littéralement le guerrier qui était assourdi par les rugissements et les coups de l'animal. Sa tête sans protection devenait une cible parfaite et mortelle.

Maazel alluma maladroitement la première potion explosive, elle attend un instant pour la propulser dans la dos de la créature. Un son de fracas fut suivi du sourd bruit de la détonation. Si elle avait poussé quelques grognements d'inconfort, la bête n'avait pas pour autant cessé de porter des coups à sa proie.

Une deuxième potion, cette fois-ci dans le visage. Tout d'abord le bruit de la vitre qui se brise, puis la poudre de feu qui se répand partout sur le visage blanc du gorille.

L'explosion enflamma les poils sur le visage de la créature. Celle-ci ne voyait plus que les flammes devant ses yeux. Ses sens lui indiquaient des êtres de chaleur partout autour d'elle. Tentant d'abord de tuer les feux avec ses griffes, le gorille chargea finalement ses ennemies illusoires pour atterrir tête première dans le mur. Seulement ébranlé, il avait cependant réussi à éteindre l'incendie. Maazel profita d'un hurlement de colère pour envoyer une troisième potion dans la bouche du monstre, puis une potion au niveau de la poitrine, une autre au visage.

Bientôt, la vampire acheva le monstre pendant qu'Osilik essuyait les quelques brûlures que la 2e potion avait occasionné à son visage. Il récupéra son casque et pris conscience des dommages fait à son armure. De larges coupures avaient totalement éventrées les languettes métalliques et il devait rapidement trouver le moyen de les réparer avant qu'un autre affrontement n'ait lieu.

Finalement, le gorille expia. De son dernier souffle, il poussa un grognement d'une puissance incroyable. L'appelle avait résonné pendant de nombreuses minutes tout au long de la grotte. Parfois, le rugissement de d'autres bêtes du même type semblaient répondre au cri de détresse. Il y aurait peut-être beaucoup d'autres de ces monstres dans les parages très vite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zalhaxa, Mortanyss

avatar

Nombre de messages : 2221
Age : 29
Date d'inscription : 28/11/2007

MessageSujet: Re: Recherche d'un écrit : Les géoles de cilia   Dim 10 Fév - 15:00

Chapitre 1, Partie 3

Finalement, le gorille expia. De son dernier souffle, il poussa un grognement d'une puissance incroyable. L'appel avait résonné pendant de nombreuses minutes tout au long de la grotte. Parfois, le rugissement de d'autres bêtes du même type semblaient répondre au cri de détresse. Il y aurait peut-être beaucoup d'autres de ces monstres dans les parages très vite.

-Incroyable, elle, elle, elle a tué un Khortis.

La petite voix émerveillée semblait venir de nulle part. Maazel et Osilik se regardèrent sans comprendre pendant quelques instants, avant qu'un petit être d'environ 3 pieds de haut n'allume une bougie en s'approchant de la dépouille du gorille blanc.

-Un Khortis à elle toute seule c'est incroyable.

Le petit homme s'approcha de Maazel et la contempla d'un air admiratif. Il la toucha même pour être certain qu'elle était réelle.

-Le grand homme était en danger de mort, dit le petit, il allait mourir pour sûr des griffes mortelles du Khortis quand, venu de nulle part, la magicienne, la grande élémentaliste cloua la bête à terre en la bombardant des feux de sa colère.

-Comment ça, elle?, s'indigna Osilik désemparé de voir ses efforts dénigrés au près de Maazel qui, au fond, n'avait rien fait.

-Comment vous appelez-vous Madame, demande le petit être avec insistance.

-Je suis Maazel, fille du dieu des …

-Fille de Dieu!, s'exclama l'être impressionné. Je suis Belth, pour vous servir. Je n'avais encore jamais vue d'être capable de vaincre un dévoreur.

-Comment faites-vous pour les éviter, demanda Osilik. Vous avez des galeries secrètes qu'ils ne peuvent atteindre.

-Il est vrai qu'avant nous nous cachions, dit Belth. Cependant, depuis quelques générations déjà, nous avons développé une habilité de mutation nous protégeant complètement des dents des Khortis.

-Pouvoir de mutation ?

-Bien oui, en fait, nous sommes capable de nous métamorphoser en… roche.

-En roche?

-Oui, dit Belth tout content, avant qu'ils s'en prennent à vous j'étais dans sa bouche. Je m'étais aventuré hors du village et j'ai fait la malheureuse rencontre de la bête qui m'a prise par surprise. Heureusement j'ai pu me transformer avant que sa mâchoire ne se referme sur moi. En état de pierre, il ne nous voit pas et il est incapable de nous croquer ou nous avaler.

Les racontars émerveillés du petit homme furent coupé par des bruits de pas. Des êtres légers sans aucun doute. Certainement les amis de Belth parti à sa recherche. Osilik fit tout de même signe aux deux autres de garder le silence.

-Je crois que c'est par là, dit une voix aiguë.

-Non, non par ici, rétorqua un autre. Je crois que les échos provenaient de cette direction.

-Ne pensez vous pas que nous ferions mieux de rester sur nos gardes, proposa un troisième être.

-Je suis toujours sur mes gardes, contesta un quatrièmes homme à la voix davantage bourrue que ses camarades. S'il y a un danger vous n'avez qu'à rester derrière, je vais vous protéger

On pouvait voir la lueur des lanternes des petits êtres s'avancer vers la pièce. Osilik n'attendit cependant pas que les qu'ils viennent à lui. Il s'élança d'un bond et dégaina son épée de façon menaçante. Apeurés et surpris, trois des 4 petits-êtres se transformèrent instantanément en petite roche d'environ 30 centimètres de diamètres.

Le plus bourru de groupe, marteau de guerre à la main, resta face à Osilik.

-Arrière chevalier où je te massacre de mon arme, dit le petit gros en essayant d'être menaçant.

Heureusement pour le petit, Belth arriva et se plaça entre les deux protagonistes.

-Arrête Gorg, se sont mes amis. Ce sont eux qui m'ont sauvé du Khortis.

-Eux? Je ne vois que toi et le grand bêtas, dit Gorg en inspectant aux alentours.

-Il y a moi aussi.

Maazel arriva avec grâce. Elle s'avançait vers Gorg en le regardant de ses yeux vampiriques perçants. La bouche entre-ouverte pour montrer ses crocs, elle faisait danser son bassin comme pour envoûter ses nouveaux compagnons.

-Ho!, une déesse, s'exclama Gorg le regard fixé sur la poitrine de la femme. J'ai toujours rêvé de me mettre au service d'une jolie femme.

-Tu es mariée Gorg, dit Belth.

-Mais c'est totalement différent, répondit Gorg. On parle de la perfection ici. Un diamant finement ciselé, polie dans les moindres détails.

-En plus, c'est elle qui a tué le Khortis, toute seule.

Les 3 autres petits êtres reprirent finalement leur forme initiale, voyant que les nouveaux venus ne semblaient pas leur vouloir de mal. Ils se mirent à leur tour à observer Maazel. Ils tournaient autour d'elle en la touchant.

-La bête s'est d'abord attaquée à moi, raconta Belth. J'avais vu une fleur blanche éclairant dans le noir. Une des rares beautés qui ne poussent qu'à tous les 300 ans. J'ai dû grimpé à plusieurs reprises sur le mur pour pouvoir l'atteindre et, au moment où j'allais pouvoir sentir son doux parfum, un Khortis est apparu du néant et il s'est jeté sur moi. Il a faillit me saisir avant que je ne me transforme en pierre mais, heureusement, Maazel a perçu m'a mauvaise posture. Elle a d'abord envoyé son esclave, l'être avec l'armure de fer, pour me porter secours. Mais il n'était pas à la hauteur du Khortis et il s'est vite retrouver sous le monstre en train de se faire ruer de coups. Mais Maazel, la déesse, fille de Nicarus, a pris les choses en main. En quelques secondes elle a fit voler tous ses feux sur la bête qui a expié sans pouvoir se défendre.

-La fille de Nicarus, le dieu Nicarus?, demanda un des petits-êtres impressionné?

-Oui, dit Belth, elle me l'a dit elle-même. C'est le signe que nous attendions, toutes nos offrandes ont porté fruit, Nicarus nous a pardonné et il va maintenant nous aider.

-Si vous êtes bien la fille de Nicarus, dit le petit-être, sachez que nous vous sommes totalement dévoués. Nous exécuterons le moindre de vos ordres.

-Bien, j'avais justement envie de me reposer et j'ai faim, dit Maazel en souriant à Osilik qui regardait la scène en silence.

-Suivez-nous, nous allons vous amener à notre village, dit Gorg. Là nous nous occuperons à ce que vous ne manquiez de rien.

Osilik attrapa Maazel et l'amena à l'écart quelques instants.

-Faites attentions Maazel, chuchota Osilik, ces petits-hommes pourront avoir des réactions imprévisibles lorsqu'ils découvriront que vous n'êtes pas ce qu'ils croient. Et Nicarus, qui qu'il soit, sera peut-être surpris de soudainement avoir une fille.

-Voyons Osilik, rit Maazel, comment pouvez-vous craindre des bêtes dont le seul moyen de défense est de se transformer en rocher. C'est ridicule. Je vais me servir d'eux tout d'abord pour me nourrir, puis pour trouver la sortie de ce monde et retourner à ZyX. Ils m'adorent et feront tout ce que je voudrai, j'ai tué seule le Khortis vous vous rappelez, jamais ils n'oseront s'en prendre à moi.

-Bien sûr, dit Osilik fâché, vous avez tué la créature en utilisant la totalité de nos potions explosives alors qu'une ou deux bien lancées auraient été suffisantes, puis vous avez gaspillé toute notre poudre guérisseuse en tentant de réveiller Lakkak.

-Si je l'aurais réveillé je n'aurais pas eu à vous sauver la vie in extremis, dit Maazel en souriant.

-La poudre soigne les blessures alors que votre père n'est qu'épuisé, dit Osilik. Cela ne servait à rien même d'essayer. Nous ne connaissons encore rien de ce caveau sinon que des créatures extrêmement puissantes et inconnu y chassent. Cette poudre nous aurait été forte utile plus tard.

-Bon assez, dit Maazel. Sans moi vous seriez mort, alors cessez de pointiller sur des détails. Nous allons nous reposer chez ces Haflings et lorsque père se réveillera toutes vos histoires de potions explosives et de guérison n'auront plus aucune utilité. Alors, vous aller chercher Lakkak et vous me suivez.

-Je dirais plus qu'il s'agit là d'une race cousine des Pixies, contesta Osilik.

-Encore des détails, aller vite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zalhaxa, Mortanyss

avatar

Nombre de messages : 2221
Age : 29
Date d'inscription : 28/11/2007

MessageSujet: Re: Recherche d'un écrit : Les géoles de cilia   Dim 10 Fév - 15:00

Chapitre 1, Partie 4

Osilik, retourna dans la pièce pour chercher le corps de Lakkak. Il inspecta le cadavre du Khortis quelques instants, tâtonnant l'épaisse peau de la créature.

-Impressionnante la bête, dit Belth aussi entré dans la pièce.

-Vous leur connaissez des faiblesses, demanda Osilik en arrachant une dent au monstre.

-Non, répondit le Pixie. Avant aujourd'hui, nous ne pouvions que nous en protéger. Elles passent leur temps à parcourir les quatre coins de la grotte pour manger toute forme de vie.

Osilik regarda autour de lui et remarqua que Maazel était déjà partie avec les 4 autres pixies.

-Où sont les autres?, demanda-t-il.

-Ils sont partis vers notre ville, dit Belth. Moi je vous attends pour être certain que vous ne vous tromperez pas de chemin.

Osilik regardait le petit-être qui lui souriait bêtement. Il n'aimait pas l'idée d'être éloigné de Maazel qui était fortement vulnérable sans lui. Ces petites choses pouvaient se transformer en roche, elles pouvaient peut-être aussi se transformer en gargoyle ou en Khortis.

-Dépêches-toi, nous allons les rattraper.

-Pourquoi une telle presse, dit Belth en riant. Vous ne prenez même pas le temps de ramasser votre sac par terre.

Le pixie se dirigea vers le sac et commença à y fouiller. Il sortie des bougies, des dagues.

- Ah!, une carte, dit le petit être en sortant un plan de la ville de Ciceron. Vous savez qu'en pliant le papier, on peut faire des animaux, des fleurs, avec cette carte je pourrais même faire un chapeau.

Il semblait s'amuser à perdre du temps, seulement pour piquer la patience d'Osilik.

-On part tout de suite, dit le chevalier d'une voix plus autoritaire.

-Sinon quoi? demanda Belth sortant une cagoule du sac et en la mettant sur sa tête.

-Sinon je vais te…

Osilik s'empara avec fracas de son glaive, tentant de faire peur au pixie. Ce dernier, se changea de suite en pierre en riant. Le chevalier lâcha un soupir de frustration.

-Allez, dit-il en rangeant son arme, c'est correct, je ne te menacerai plus, mais nous devons vite coucher Lakkak dans un lit confortable.

-Je ne pense pas que nous ayons de lit à sa taille, dit Belth en riant.

Le pixie repris sa forme, petit sourire en coin pour narguer Osilik qui était impuissant devant un moyen de défense si rapide et efface.

-Bon, d'accord, suis-moi.

Belth gambadait en chantant avec sa voix aiguë et stridente. Il faisait des bonds pour éviter de marcher sur les petites fissures du sol et il faisait souvent par exprès pour disparaître laissant Osilik un peu perdu dans le labyrinthe qu'était ce caveau.

-Il vous arrive d'être joyeux parfois?, demande le petit être au chevalier qui était encore attentif au moindre bruit autour de lui. Il est bien parfois de se décoincer et se laisser aller un peu.

-Je n'aurai de repos tant que nous ne seront pas à l'abris et que Lakkak ne sera pas éveillé, dit sèchement Osilik.

-Désoler, répondit Belth en imitant la voix ténébreuse du chevalier. Vous ne devez pas avoir une vie sociale très valorisante.

-Écoute…

Osilik déposa Lakkak par terre et mis se gratter la tête avec sa main droite. Il poussa deux ou trois soupirs. Il savait qu'il ne devait pas effrayé ou mettre en colère le petit être, sinon il ne pourrait jamais retrouver son chemin jusqu'à Maazel. Cependant, la diplomatie verbale était difficile avec ces êtres que l'on juste a envie d'écraser comme des….

-Est-ce que tu peux seulement me conduire à ton village, demande Osilik en essayant de paraître gentil.

-Pas toute de suite, ria Belth, avant je dois t'amener voir quelque chose. J'ai le remède parfait pour les êtres ayant une problématique à gérer leurs émotions. Je vais t'amener voir la fleur blanche, sa lueur dans le noir et son odeur succulente ne pourra faire autrement que t'émerveiller.

-Je ne veux pas gérer des émotions, je ne veux pas voir de fleur, je veux rejoindre Maazel tout de suite, à l'instant, au moment présent, à la seconde, sans délais, au plus vite.

-Mais elle n'est pas très loin cette fleur, insista Belth en tirant sur le bras du chevalier pour l'amener vers la fleur.

-Elle prend 300 ans à pousser que tu disais, elle doit bien survive un jour ou deux, cria Osilik. Je suis persuadé que demain elle sera toujours aussi blanche, aussi belle et qu'elle dégagera encore sa magnifique odeur de marguerite.

-Si je ne vous connaissais pas si bien, continua Belth de façon sarcastique, je dirais qu'il y a comme un petit rictus de colère dans cette intonation de voix.

-Justement, soupira Osilik, tu ne me connais pas si bien. Une fois arrivée à ta ville, si ca peut te faire plaisir, je vais danser, faire de la poésie, chantonner de comptines.

-Vous savez chantonné, s'exclama Belth, bien alors chantez avec moi…


Une interminable marche musicale de 3 ou 4 minutes les conduisit finalement dans un petit village sobre.



Chapitre 1, Partie 5
Osilik aperçu finalement le village et fut content de revoir Maazel qui, de toute évidence, n'avait été la proie à aucun danger… En fait, elle semblait s'être très bien adaptée à son nouvel environnement.

Elle était déjà assise sur un trône que les artisans s'étaient empressés de construire à sa taille. Elle avait une coupe en or à la main. Une file de pixies défilait devant la vampire. Celle-ci désignait de qui elle voulait du sang.

-Toi, oui bien.

Le pixie prenait la petite dague noire de la vampire et se coupait, remplissant la coupe de son sang.

-Ce don t'assurera m'a totale protection, dit Maazel en buvant le sang de la créature.

Décidément, elle n'avait pas perdu de temps, se dit Osilik en déposant Lakkak sur un petit tas de plumes à l'entrée du village. Il l'avait laissée à peine quelques instants et elle avait déjà asservie un village de lutins. On revoyait, dans le visage de la femme, les traits satisfaits du temps où elle était maître de milliers esclaves sur ZyX.

-Ah! Osilik, mon "esclave", dit Maazel heureuse, je ne vous attendait plus. Je voudrais les meilleurs artisans fabriquent un lit pour que le Lansfal puisse se reposer.

Des pixies se dépêchèrent de prendre les mesures de Lakkak. On fabriqua ensuite un lit sur mesure avec un peu de tissu et des plumes. La vampire avait dû leur promettre quelque chose en retour car tous voulaient participer à la construction. Une bagarre éclata même entre deux artisans, normalement concurrents, qui travaillaient pour la première fois de pairs pour les beaux yeux de Maazel. Gorg, le petit pixie bourru restait en tout temps à proximité du trône. Il s'était autoproclamé garde du corps en chef ce qui lui permettait de regarder la Maazel constamment. Une pixie ne semblait d'ailleurs pas apprécier toute l'attention que Gorg portait à la vampire. Il devait s'agir de la femme de ce de dernier qui bougonnait seule dans son coin en espérant que quelqu'un vienne la consoler.

-Attention à tous, dit Belth en hurlant dans la grande place du village. Il est coutume de préparer une petite fête pour nos visiteurs. Cependant, sur le chemin du retour, le grand guerrier en armure m'a faite une promesse.

Tous restait attentif, se demandant bien ce que leur ami pouvait bien préparer.

-Il m'a promis que lorsqu'il serait arrivé au village et que le vieux Lansfal serait couché, il nous chanterait une chanson pour notre bon plaisir!!!

La foule semblait appréciée et on commença à se taper dans les mains pour encourager Osilik. Ce dernier tenta, l'espace d'un moment de ce défiler.

-Vous savez, dit-il, je suis en fait un très mauvais chanteur, je ne voudrais pas briser votre quiétude et celle de Maazel avec une chanson mal interprétée.

-Au contraire, dit Maazel en souriant… J'aimerais bien entendre cela. Tu as peut-être un talent caché.

-Qu'est-ce qu'il a le guerrier, demanda un pixie à Belth, il ne sait pas chanter?

-Non, dit tout bas Belth, il souffre d'incapacité à éprouver du plaisir… mais ne t'inquiète pas, j'ai le solution pour ce genre de maux.

Belth quitta la grande salle quelques instants pour revenir avec une troupe d'une dizaine de pixies muni d'instruments de musique.

-Je savais, que de chanter sans musique pourrait vous faire peur, dit-il avec le sourire, cependant, notre orchestre sera heureuse de vous accompagner… Bon, nous ne connaissons malheureusement qu'une seule mélodie, cependant soyez certain que quelque soient les paroles de votre chanson, nous saurons nous ajuster en cours de route… aller Higr, commencez à jouer..

-Et un deux trois…, dit Higr le petit chef d'orchestre en faisait des mouvements nettement exagérés.

Pour une raison étrange, le son de la musique apaisa l'appréhension d'Osilik. Les notes qui parvenaient à ses oreilles lui donnaient des gargouillis à l'âme. Il n'arrivait pas à se l'expliquer, mais il ne s'était jamais senti ainsi. Ses mains tremblaient non pas de peur, mais d'éblouissement, il était ému. Même après que Lakkak l'aie transformé en Molrh, Osilik avait conservé la mémoire de son vivant. Il avait eu de nombreux souvenirs qui l'avaient bien servit, cependant c'était la première fois qu'un souvenir le foudroyait d'une émotion.

La musique lui rappelait les longs voyages qu'il exécutait avec son père, un riche marchand. Tous les soirs, les matelots se réunissaient pour faire la fête. Un veille homme soufflait de façon maladroite dans une flutte pendant qu'un autre tapochait sur la coque du bateau pour faire office de percussion... Et c'est le jeune Osilik qui chantait pendant que tous les autres frappaient des mains pour l'encourager. Ces moments de profonds bonheurs s'étaient plus tard éteint avec la mort de son père au main des pirates. Osilik ne voyait plus les pixies autour de lui, il revoyait les matelots de son père, il se revoyait Lansfal, jeune, sans soucis… Il commença à chanter…

À la surprise de Maazel, le son de sa voix n'était pas l'usuel écho métallique qui commandait sèchement et sans discussion. C'était la voix d'un Lansfal. Elle eut d'abord le réflexe de s'esclaffer de rire, puis, elle se dit que peut-être Belth faisait de la ventriloquie. Mais elle dut se résoudre à accepter l'idée qu'il s'agissait bien là de la voix d'Osilik Le chevalier se rapprocha ensuite de Maazel pour l'inviter à danser.

Qu'est-ce qu'ils font, qu'est-ce qu'ils font, demanda Higr, qui avait le dos tourné à la scène pour diriger l'orchestre.

-Ils dansent, ils dansent, dit Belth.

-Bon, répondit Higr désemparé, il faut trouver une mélodie de danse, entonnons un mambo.

-C'est quoi un mambo, s'inquiétèrent les musiciens?

-Laissez faire, pourquoi pas une salsa?

-Une quoi?

-Bon, allons, continuez à jouer la même mélodie, mais accélérez le tempo.

Les deux Molrhs étaient dotés d'une incroyable rapidité et d'une agilité sans égale. Ils commèrent donc à élaborer quelques pirouettes dangereuses qui créèrent des remous d'émerveillement dans le public. Tous les pixies voulaient les imiter et de nombreux couples s'emparèrent de la piste de danse.

Même Gorg et sa femme, fraîchement réconciliés, s'adonnaient à la danse. Gorg envoya son épouse tournoyée dans les airs comme l'avait fait Osilik. Cependant, le pixie fut incapable de supporter l'atterrissage de sa femme et l'échappa par terre. Cette dernière, furieuse, fustigea la tête de Gorg avec sa sacoche. Le pauvre pixie, d'ordinaire si courageux, n'eut d'autre choix que de se transformer en roche pour éviter les coups.

Au milieu de la danse, Osilik croisa du regard le corps de Lakkak. Un pixie profitait de la confusion pour examiner le veille homme. Le petit-être tenait un bâton et donnait quelques coups sur le corps du Lansfal endormis.

Osilik lâcha Maazel brutalement. Il dégaina son arme en ordonnant aux musiciens de faire taire leur odieux vacarme. Il empoigna fortement l'agresseur de Lakkak par derrière et le brassa fortement.

-Qu'est-ce que tu fais là toi, dit Osilik qui avait repris sa voix d'outre tombe.

-Bien je, je voulais le réveiller pour qu'il prenne part à la fête.

-Foutaise, cria Osilik, vous vouliez détourner notre attention.

Le pauvre pixie n'eut d'autre choix que de se changer en pierre pour éviter d'être éventré. La panique s'empara du village.

-La fête est finie, dit Osilik, aller tous dormir et je veux pouvoir voir chacun d'entre vous à tout moment durant la nuit.

-Qu'est-ce qui lui arrive?

-Une rechute, répondit Belth.

Tous rentrèrent dans leur petite maison. Gorg se buta à une porte close et verrouillée.

-Chérie, implora Gorg, c'est moi, laisse moi entré, je suis désolé.

-Non, tu vas dormir avec les poules se soir, rétorqua sa femme, et tu ne rentreras pas tant que tu ne l'auras pas mérité.

Gorg se tourna vers Maazel et l'air de rien, il souriait bêtement.

-Elle me fait ça tout le temps, dit Gorg pour ne pas mal paraître, elle finit toujours par me laisser entrer, elle est folle de moi.

La porte s'ouvrit et le pauvre Gorg reçu ses vêtements, ses armes et ses outils par la tête.

- À d'autres, dit sa femme en refermant la porte.

Maazel se dirigea elle aussi vers le cercueil que les artisans lui avaient construit. Elle observa la colère d'Osilik avec un peu de dépit.

-Si vous avez un certain rythme pour aguicher les femmes, lui dit-elle, vous n'êtes pas suffisamment gentilhomme pour espérer plus qu'une danse.

Le guerrier ne lui répondit pas, il avait même oublié sa vision et ses sentiments. Il avait été négligeant et avait mis la vie de Lakkak en danger. Il ne referait plus une telle erreur. Il se méfierait davantage de ces pixies qui semblaient posséder un enivrant pouvoir d'illusion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zalhaxa, Mortanyss

avatar

Nombre de messages : 2221
Age : 29
Date d'inscription : 28/11/2007

MessageSujet: Re: Recherche d'un écrit : Les géoles de cilia   Dim 10 Fév - 15:01

Chapitre 1, Partie 6

Seul Osilik resta éveillé. Rapidmeent, autour de lui, les roches ronflaient à l'unisson. Épée en main, il fit de nombreuses rondes pour être certain d'avoir l'ensemble du village à l'oeil.

Tout semblait calme mais pourtant, le guerrier se sentait inconfortable. Une inquiétude instinctive lui annonçant une présence, tout près de lui. Après quelques instants, il a pu capter une très faible parole, un mot ou un soupir.

-In… In… In… Lor… Lor … Lor…

Osilik ne comprit pas de suite, croyant qu'il confondait les ronflements pixies avec des paroles. Peu après, les échos de nouvelles syllabes arrivèrent à ses oreilles. Cette fois plus distinctives, on aurait dit une cantonade, une formule magique.


-AN… AN… AN


Les mots résonnaient tout autour d'Osilik qui avait du mal à en découvrir la provenance.

-EX… EX.. EX…

Le guerrier ne s'y connaissait pas beaucoup en magie mais il savait cependant reconnaître l'intonation des mages. Il regarda autour avec attention, mais les ombres étaient épaisses et il était très facile pour une personne de s'y cacher et de le neutraliser sans même se découvrir. Osilik commença donc à fouiller, regardant derrière toutes les grosses roches, derrières les maisons pixies.

-POR… POR… POR…

L'incantation terminée, Osilik senti un spasme le saisir dans le dos. Son corps entier se crispa l'espace d'un moment empêchant au guerrier d'effectuer le moindre mouvement. L'effet ce dissipa cependant rapidement. Le guerrier était habitué d'être la cible des rituels magiques et avait développé une grande habilité à repousser l'effet des sortilèges indésirables. Il retrouva sa mobilité mais chacun de ses mouvements généraient une terrible douleur. Il continua à chercher à la provenance de la magie avant qu'on ne lui envoi un sort plus puissant.

Surpris de l'inefficacité de son premier sort, l'assaillant semblait avoir décidé de le faire à nouveau.


-AN.. AN… AN


Osilik vit l'extrémité d'une cape noire dépassant d'une grosse pierre. Il s'y dirigea en vitesse.


-EX… EX… EX…


Contournant la pierre, Osilik vue une silhouette de taille humanoïde. L'homme vit l'arrivé d'Osilik et tenta de terminer son sortilège pour le paralyser avant que celui-ci ne puisse le bousculer. Le chevalier fut cependant plus rapide, il plaqua le magicien contre le sol. Osilik brisa le bâton de son opposant en deux avec son épée avant de la porter à la gorge de l'homme.


-Tu as 5 secondes pour m'expliquer les raisons de ta venu avant que je ne t'achève, dit Osilik, saches-tu trouver les bons mots pour que je t'épargne.


-Attendez, dit l'homme en retirant le capuchon qui lui couvrait le visage.


Il s'agissait d'un Lansfal. Les cheveux et les yeux bruns, une petite barbiche. À part son bâton brisé et un livre de sort dans sa main gauche, l'être ne semblait posséder aucune arme. Même pas de sac à dos. Chacun de ses doigts revêtaient cependant un anneau. Il aurait été étonnant que ceux-ci contiennent une quelconque magie.

-C'est vous qui avez tuer le grand monstre blanc?, demande l'homme.

-Comment savez-vous cela?

-J'ai entendu son cris, dit le Lansfal. J'ai tout de suite su qu'ils s'agissait de nouveaux visiteurs. Les habitants de ce monde n'ont soit pas la force ou alors ne sont pas assez fou pour tuer ces bêtes.

-Cela n'a cependant pas été si difficile de la mettre à mort, rétorqua Osilik. Une fois que l'on connaît leurs faiblesses et leurs résistances, il est facile d'élaborer des stratégies pour en venir à bout.

-Le problème n'est pas de tuer les dévoreurs des profondeurs, dit l'homme. Tout bon magicien pourra s'en débarrasser en seulement quelques instants. Ce sont plutôt les cris d'alarme qu'elles lancent au moment de leur mort. Voyez-vous, ces bêtes sont relâchées dans le caveau par le maître des lieux. Celui-ci s'assure que ses chiens tueront tous les parasites indésirables et qu'ils l'avertiront lorsque des invités plus coriaces arriverons.

-Et qui est le maître des lieux?, demande Osilik.

-C'est un démon du nom de Nazamo, répondit l'homme. Il sait qu'aucun habitant ici ne peut tuer ses Khortis, alors, lorsqu'il entend la dernière plainte de l'un d'eux, il conclut qu'un puissant magicien et d'exceptionnels aventuriers viennent mettre en péril la tranquillité de sa demeure. Il ne devrait d'ailleurs pas tarder à arriver ici pour vous mettre à mort. C'est pour cela que je suis venu, pour vous aider.

-J'ai plutôt cru que vous vouliez me neutraliser à l'aide de vos sortilèges.

-Non, il ne s'agissait là que d'un moyen de vous empêcher de me mettre à mort à l'instant où vous m'auriez vu. Je connais les êtres dans votre genre, impulsif, violent. Je préférais m'assurer que vous ne vous en prendriez pas à moi.

Osilik ne croyait pas totalement en la bonne foi du Lansfal mais l'idée de l'arrivée prochaine d'un démon voulant les maltraités ne lui plaisait guère. De plus, l'atmosphère du village Pixie était tout à fait cauchemardesque pour le pauvre chevalier.

-Où voulez-vous que nous nous réfugions?, demanda Osilik.

-Je connais une petite galerie dont l'entrée est gardée par des géants. Ni Nazamo, ni les Khortis ne passent par là, nous y seront en sécurité pour cette nuit. À moins que vous ne préfériez la protection de ces petits hommes.

-Des IXXIPs, contesta une voix derrière.


Belth, certainement éveillé par la bousculade arriva en souriant. Il regarda le nouvel arrivant quelques instants en se grattant le menton.

-Nos cousins nous ont parlé de vous, dit Belth en pointant le Lansfal. Vous êtes un visiteur d'un autre monde, Alexander, l'être capable d'effectuer des tours de magie.

-Votre savoir m'impressionne, dit le Lansfal.

-Nos cousins ont été étonné par vos tours. Ils m'ont raconté que vous veniez de l'extérieur et que vous étiez venu pour nous libérer de Nazamo.

-Cela est exacte, dit Alexander, c'est pour cette raison que je fais le tour de l'ensemble des petits villages pour recueillir des appuis au près de tous les peuples qui subissent les pressions de ce tyran. Je ne pourrai le vaincre seul. Je crois cependant que ce guerrier devant moi pourrait être d'une grande utilité. Si vous êtes capable de vaincre un Khortis, votre habilité au combat ne peut être qu'un avantage à nos côtés.

-Ce n'est pas lui qui l'a tué, dit le pixie… (enfin le Ixxip), c'est Maazel, la déesse. Elle se repose présentement.

Le petit-homme se dirigea vers le cercueil pour réveiller la vampire.

-Madame Maazel, Madame Maazel, un visiteur, un visiteur réveillez-vous.


Alexander fut très impressionné en voyant la vampire sortir de son lit. La vue de la femme lui donna un léger pincement au cœur. Il était maintenant certain qu'il pourrait maintenant vaincre Nazamo sans problème.

-Qui donc pense être assez important pour me tirer de mon repos, demanda Maazel d'un être menaçant.


Le pixie ne répondit rien. Apeuré de peut-être avoir réveillé Maazel sans raison suffisante, il se changea en pierre et fit semblant de ronfler. Mais la vampire s'était déjà approchée du Lansfal.

-C'est une belle prise que vous avez faite là Osilik, dit elle. Cependant j'ai déjà très bien mangé vous pouvez le relâcher, je le rattraperai bien lorsque j'aurai une fringale.

-Vous devez de suite me suivre, dit Alexander. En tuant le Khortis, vous avez attiré l'attention de Nazamo, il va bientôt être ici pour vous chasser. Je sais où vous mettre à l'abris.

-Pas si vite, dit Maazel. Qu'est-ce qui vous fait penser que j'ai besoin d'être protégé de ce Nazamo. Personne ne se met en travers de mon chemin. S'il vient jusqu'ici, il deviendra mon esclave ou il mourra.

-Pensez à Lakkak, sifflota Osilik entre ses dents.

Maazel considéra la question, se convainquant rapidement qu'elle ne pouvait pas prendre le risque de s'en prendre au maître des lieux pendant que son père était encore inconscient.

-Bien, dit Maazel, vous dites que vous connaissez un lieu où nous pourrons passer la nuit sans problème. Nous allons vous suivre, vous accorder notre confiance le temps de reprendre nos forces. Sachez cependant que si vous tentez le moindrement de nous nuire, nous voler ou nous entraîner dans une embuscade, je me ferai un plaisir de vous enchaîner et de sucer le sang qui circule dans vos veines et ce à chaque jour jusqu'au moment de votre mort.

-Ne vous inquiétez pas, dit Alexander, si j'aurais voulu vous tuer, j'aurais fait descendre sur vous une salve enflammée au milieu de votre sommeil et vous n'auriez jamais même eu le temps de me menacer.


Osilik et Maazel suivirent donc le Lansfal, espérant ainsi offrir le sommeil le plus protecteur possible à Lakkak. Osilik se réconfortait en se disant qu'Alexander ne présentait pas un réel danger en lui-même. De toute façon, il est vrai que si il aurait voulu tuer Maazel et Lakkak il aurait pu diriger ses sortilèges vers le lieux de leur repos au lieu de se prendre à lui. La promesse d'aider le Lansfal à détruire Nazamo n'avait, pour l'instant, comme seul but d'obtenir son aide. Au moindre mouvement louche, Osilik se promettait de couper la tête du mage.



Chapitre 2, Partie 1

-Si vous nous accordez votre confiance, vous ne serez pas déçu, suppliait un homme à genou. Je sais que nous n'avons pas pu rattraper notre retard mais il faut nous comprendre, nous n'avions pas les moyens de vous livrer votre statue dans les courts délais que vous nous avez accordé.

Nazamo restait assis sur son trône, pensif. Ses yeux rouges fixaient le Lansfal se demandant s'il devait le mettre à mort sur le champs pour donner l'exemple aux autres, ou alors lui donner le délais demandé. Après tout, c'était l'un des meilleurs artistes qu'il avait pu trouver en son royaume. De plus, la demeure du démon était déjà ornementée de nombreuses statuettes d'or à son image et il pourrait attendre quelques jours de plus pour en avoir une nouvelle. Ses réflexions furent cependant coupées pour un grondement sourd qui envahissait le village central. Le hurlement sinistre d'une bête mourante qui plaça la panique dans toute la ville.

Le démon grata sa barbe blanche avec l'une de ses griffes crochues. Ses cornes au repos se dressèrent sur sa tête et son teint bleuté passa au violet.

-Assez, dit-il à celui suppliant pour sa vie devant lui. J'ai autres choses à faire qu'écouter vos pleures et vos excuses. Prenez donc quelques lunes pour perfectionner votre art… au cachot.

Les soldats, des démons de forme humanoïde protégés par des armures de métal, s'emparèrent de l'artiste pour le sortir en vitesse de la pièce. Au même moment, les portes de la grande salle du château s'ouvrirent et un Lansfal en robe rouge fit son entrée en courant.

-Un de vos Khortis est mort monseigneur Nazamo, cela est habituellement signe de la présence de visiteurs de d'autres mondes.

-Vous savez quelque chose sur eux?, demanda le démon en se levant.

-Bien non, il est encore trop tôt pour cela.

-Pardon?, rétorqua Nazamo sur un ton accusateur.

Le démon fit signe au Lanfal de s'approcher.

-Écoutez, dit Nazamo, qu'est-ce que vous pouvez entendre?

-Bien… en fait, se plaignit le Lansfal, ce sont… les échos du cri poussé par un Khortis mourant.

-Bien, dit le démon, et qu'est-ce que cela signifie?

-Que des visiteurs puissants ont fait leur arriver.

-Voilà, grommela Nazamo, c'est pour cette raison que j'ai lâché les Khortis. Je suis capable d'entendre leurs derniers cris vous savez, je n'ai pas besoin qu'un nullard en collants rougeâtres vienne me le dire en plus. Maintenant, avez-vous quelque chose d'autre à m'apprendre, quelque chose justifiant votre arrivée chaotique dans ma salle de trône?

-Pas vraiment

-Gardes, mettez-le à mort, il ne fait qu'user mon temps précieux. Allez chercher Nathan et Évanka, préparez ma garde personnelle et ma monture, nous avons des intrus à détrousser.

Depuis quelques années maintenant, Nazamo était parvenu à asservir l'ensemble des communautés vivant dans le sous-terrain. Tous les peuples s'étaient soumis à sa volonté ou presque. Certains ne lui avaient pas porté allégeance mais il avait envoyé ses chiens, les Khortis, régler leur cas. Il savait que jamais les Ixxips ou les gobelins ne pourraient même blesser un Khortis. Le démon n'aimait pas les étrangers indésirables. Il se contentait généralement de les mettre à mort sans écouter les raisons de leur présence.

Une larve géante pourvue de 4 ou 5 bras arriva, portant la cape et le sceptre du démon.

-Besoin d'autres choses seigneur?, demanda la larve.

-Est-ce que Nathan a pu découvrir la provenance du bruit ?

-Oui, il a parlé d'un endroit au nord, près d'un village des Ixxips.

-Bien, envoyez-y Évanka avec ma garde personnelle. Le temps de préparer quelques maléfices et je les rejoint.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zalhaxa, Mortanyss

avatar

Nombre de messages : 2221
Age : 29
Date d'inscription : 28/11/2007

MessageSujet: Re: Recherche d'un écrit : Les géoles de cilia   Dim 10 Fév - 15:02

Je suppose que c'est ca que tu cherches? Razz
Je posterais la suite après.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yudjhezel, Mortanyss

avatar

Nombre de messages : 1241
Age : 29
Localisation : Shawinigan, Québec
Date d'inscription : 05/02/2007

MessageSujet: Re: Recherche d'un écrit : Les géoles de cilia   Dim 10 Fév - 15:20

Au pire, j'ai le tout en document Word, ça va être moins compliqué que de tout retranscrire ici. Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zalhaxa, Mortanyss

avatar

Nombre de messages : 2221
Age : 29
Date d'inscription : 28/11/2007

MessageSujet: Re: Recherche d'un écrit : Les géoles de cilia   Dim 10 Fév - 15:26

bah, pour que les autres puissent le lire : )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xaros, Mortanyss

avatar

Nombre de messages : 286
Age : 30
Date d'inscription : 19/11/2006

MessageSujet: Re: Recherche d'un écrit : Les géoles de cilia   Mar 12 Fév - 16:47

Oui c'est belle et bien sa Zal ^^

Une belle idée de le partagée avec les autres, sa en vaut vraiment la peine Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eazox, Mortanyss

avatar

Nombre de messages : 834
Age : 30
Date d'inscription : 17/11/2006

MessageSujet: Re: Recherche d'un écrit : Les géoles de cilia   Mar 12 Fév - 18:41

Je me rappelle l'avoir lu à la fin de Zyx III. J'avais adoré cette histoire. Dommage que je ne l'ai lu qu'à ce moment, j'aurais surement joué Molrh sous Zyx...mais bon...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zalhaxa, Mortanyss

avatar

Nombre de messages : 2221
Age : 29
Date d'inscription : 28/11/2007

MessageSujet: Re: Recherche d'un écrit : Les géoles de cilia   Mar 12 Fév - 21:02

La suite puisque on trouve mon idée pas si bête que ca ^^

Chapitre 2, Partie 2

Nazamo arriva au village Ixxip quelques heures plus tard. Il semblait légèrement indisposé. Il avait une humeur massacrante, mais c'était habituel. Il descendit de sa monture, une magnifique Nightmare d'un noir impeccable qui ruminait un souffle de feu. Nazamo croisa d'abord la chef de ses armées, Évanka, une puissante et habille guerrière qu'il avait corrompu du temps où elles dirigeaient les légions des résistants Lansfals. Le femme avait su se joindre au clan le plus fort et évita le sort tragique réservé à la monarchie de l'époque…

-Vous avez l'air fatigué, indiqua Évanka en s'approchant du démon. Avez-vous rencontré de la résistance en chemin?

-Justement oui, rétorqua Nazamo, imaginez-vous que les Halflings ont essayé de me bloquer le passage en construisant un village sur ma route. J'ai pris quelques moments pour leur donner une leçon qu'ils n'oublieront pas…

-Bizarre, s'intérogea un soldat, il est improbable qu'ils aient construit une ville dans le seul but de vous ralentir. Ils devaient être installé là depuis longtemps.

-Quoi?

Les cornes du démon se mirent en position offensive, Nazamo s'avança avec fureur vers le petit insolent.

-Qu'avez-vous dit?

-Bien, que que, ils devaient depuis longtemps avoir prévu vous bloquer le passage.

-Voilà qui est mieux. Qu'avez-vous pu découvrir ici ? Vous avez trouvé les intrus?

-En fait non, dit le soldat, nous nous sommes butés à un village d'Ixxip endormis et sous forme pierreuse.

-Qu'est-ce que vous attendez, faites-les parler, ordonna violemment le démon.


Le soldat se saisi d'une pierre sur le sol et commença à la brasser brutalement en lui ordonnant de se réveiller.

-Mais qu'est-ce que vous faites, demanda Nazamo.

-Je tente de le réveiller pour le faire parler, monseigneur.

-Premièrement, dit Nazamo exaspéré, ces Ixxips ne dorment pas, ils font semblant de dormir. Deuxièmement, la pierre que vous êtes en train de brasser n'est pas un Ixxip transformé, mais bien une simple roche.


Le démon parcoure le village des yeux. Il savait que la texture des pierres définissait la hiérarchie des petits-êtres. Il prend un galet rond et s'avance vers sa monture. Il avait apporté un large baril de métal magique qu'il se dépêcha d'ouvrir. À l'intérieur, il y avait une substance semblable à de la lave.


-Choisissez d'abord un Ixxip de premier choix, expliqua le démon. Puis, menacez-les de les plonger dans une potion extrêmement corrosive préalablement préparée. Ainsi, s'ils restent en leur état de roche, ils meurent consumés par la lave. S'ils reviennent à leur état normal, ils ont le choix entre tout avoué, ou alors mourir. Il y a bien une trentaine d'Ixxip dans ce village, ils y passeront les uns après les autres s'il le faut.


Nazamo rapprochait tranquillement le caillou du baril. Il connaissait bien la mentalité des Ixxips et savait qu'au fond, s'ils paraissaient joyeux et inatteignables, ils tenaient à leur vie plus qu'à n'importe quoi d'autre.

Finalement, à quelques centimètres du baril, la roche commença à changer de forme. On vit apparaître le faciès de Higr, le petit chef d'orchestre. Ce dernier acheva de se transformer et s'agrippa en enroulant ses pieds et ses mains autours du bras du démon.

-Maintenant, si vous voulez me jeter dans la lave, vous devrez sacrifier votre bras, dit Higr heureux de placer Nazamo dans une position inconfortable.

-Vraiment?, rétorqua le démon. Justement, j'étais las de ce bras.


Il plongea son membre dans le baril, jusqu'au coude, entraînant du même coup Higr vers un mort certaine. Nazamo retira son moignon de la cuve. L'Ixxip avait été totalement consumer ainsi que le bras du démon.

Cependant, le membre commença à repousser de façon extrêmement rapide. En seulement 1 minutes, le bras avait repris se forme normale. Il bougea ses doigts pour s'assurer d'avoir repris toute sa mobilité, puis, content, il alla se choisir une autre pierre. Il donna quelque coup de pied sur des pierres de hiérarchie trop faible pour être d'un réel intérêt, puis il s'emparera d'une roche qui semblait protégé un Ixxip de valeur.


-Laissez-le, cria une grosse voix parmi les pierres.

Gorg arriva, marteau en main, les yeux menaçants. Il revêtait une petite armure de cuir qui ne le protégerait certainement d'aucune attaque.

-Laissez mon peuple en paix ou vous aurez à faire à la colère du grand Gorg, dit l'Ixxip.

-Vraiment, dit Nazamo. RELLLLLL PORRRRRR


Le démon disparu pour se rematérialiser à quelques centimètres seulement de Gorg. Il lui arracha sévèrement le marteau des mains et lui assena un dur coup de sceptre sur la tête. L'Ixxip tomba sur le sol, étourdi par la solide attaque qui lui avait été porté. Le démon retourna vers la cuve pour y brûler la pierre qu'il venait de ramasser.

-Parle…, cria Gorg, parle, Maazel pourra tout de même les détruire.

Belth fini par reprendre sa forme à seulement quelques pouces de se faire consumer par la lave. Même si la loyauté envers la fille de Nicarus était importante, les Ixxip avaient cependant trop peur de la mort pour se sacrifier.

-Maazel vous dites, s'interrogea Nazamo, voilà donc le nom de notre envahisseur, que savez-vous lui.

-Nous ne l'avons pas vue longtemps, dit Belth. Cependant, j'étais là lorsqu'elle a massacré le Khortis. Elle l'a tué seule par un incroyable jet de flamme qui à pulvériser la bête en quelques secondes.

-Elle l'a tué en un seul jet de flamme, demanda Nazamo, surpris par la force de la magie employée par l'étrangère.

-Oui, c'était des flammes d'une chaleur incroyable, j'ai eut peur que mes propres cheveux brûlent. Elle était accompagnée d'un grand chevalier. Son armure était si résistante, que les griffes de l'animal étaient incapables de le blesser.

-C'est tout?

-Il y avait aussi un vieille homme, mais il était endormi.

-Endormi? Même pendant le combat?

-Oui, il était peut-être aussi en transe, en contact avec un autre monde, qui sait.

-Qu'est-ce que vous en pensez Nathan, demanda Nazamo en se retournant vers son petit démon personnel.


Nathan était un petit diable pouvant facilement être confondu avec un imp. Un mètre de haut, deux petites ailes, des dizaines de yeux qui clignaient à tout instant ainsi que de longues oreilles pointus qui ne cessaient de bouger. Le petit démon ailé n'avait pas vraiment écouter l'histoire de Belth. Il savait que les Ixxip avaient tendance à exagérer et à changer la réalité à leur convenance.

Chapitre 2, Derniere Partie


-Ils étaient ici il y a très peu de temps, dit Nathan en inspectant le village Ixxip. Nos intrus ont peut-être même pensé s'établir ici pour un long moment. Regardez, le cercueil et le trône, leurs proportions sont bien trop importantes pour être d'une quelconque utilités à ces petits nabots. Je dirais que les Ixxip ont vu l'envahisseur tuer le Khortis et qu'ils les ont pris en vénération. Ils ont construit une cercueil et un trône. Si on calcule que la bête est morte il y a environ 6 heures, le temps que les agresseurs viennent jusqu'ici, que le trône soit construit, ils doivent encore être tout prêt.

-Envoyez des détachements parcourir les alentours, cria Nazano. Je veux que chaque crevasse, chaque galerie, chaque village soit parcouru de fond en comble. Évanka, dirigez vos hommes dans la poursuite, je veux retrouver leurs traces dans au plus vite, ne me décevez pas.

Les chevaliers chaotiques partirent dans toutes les directions suivant les ordres donnés par leur chef militaire. Évanka savait bien que ses prouesses passées ne seraient pas suffisantes pour excuser un échec de sa part dans la recherche des ennemis. Elle déployait donc une énergie à fouetter ses troupes en réfléchissant au lieu probable de la cache des étrangers.

-Que pouvez-vous me dire d'autre sur eux, demanda Nazamo à Nathan.

Le petit diable porta attention au trône de Maazel. Il découvrit une coupe d'or encore gorgée de quelques gouttes de sang Ixxip. Nathan renifla le breuvage puis il se tourna vers Gorg. Le petit Ixxip apeuré voulait se changer en pierre, mais la vue du bassin de lave le rappela à l'ordre. Il laissa le imp s'approcher de lui.

Nathan s'intéressa au poignet de Gorg. Il y avait une petite cicatrice. La blessure était peu profonde mais avait été faite par une arme très effilée. Le démon agrippa le bras et se mit à renifler la blessure.

-Une coupure récente faite à l'aide d'un couteau magique, dit Nathan avec certitude. Rien que pourrait posséder ces races ou leurs cousins. Il s'agit donc d'un ennemi se nourrissant de sang. Un vampire ou un quelconque démon qui n'a point perdu de temps pour asservir le village. Voilà pour sûr une personne qui voudra vous faire compétition Nazamo, qui voudra prendre votre place comme nouvel empereur des profondeurs.

Nazamo ne montra aucun signe de crainte ou de nervosité à l'idée que l'on voudrait lui subtiliser son royaume. Beaucoup de voyageurs des mondes extérieurs réussissaient par des moyens détournés à entrer ici, mais aucun d'eux n'avaient pu avoir une chance de le détruire ou de voler l'un de ses précieux artefacts.

-Vous croyez que ce vampire pourrait avoir la force de me terrasser, interrogea Nazamo sur un ton menaçant dans l'espoir d'intimider Nathan pour que celui-ci lui dise ce qu'il voulait entendre.

Cependant, l'imp n'avait guère peur des colères de son maître. Si Nazamo pouvait à souhait se départir de tous ses serviteurs et les remplacer dans l'immédiat, Nathan savait qu'il faisait exception à la règle. Nathan avait été un cadeau que Boltrog, un Balron très puissant, le père de Nazamo, avait fait à son fils. Malgré tous les artefacts que Nazamo possédaient, le petit démon était son arme la plus précieuse.

-Pour vous répondre, dit Nathan, je devrai tout d'abord prendre connaissance du site du combat. Il m'étonnerait beaucoup que le vampire se soit alourdit du corps sans valeur de la créature. Nous pourront donc percevoir quel maléfice il a utilisé pour en venir à bout.

-Et pour les Ixxip, questionna Nazamo, on les tue?

-Non, répondit Nathan, laissez des hommes aux alentours, si les visiteurs se perdent, se sentent en danger ou dépareillés, ils pourront revenir ici. Après tout, ils ont été très bien reçu, un vampire n'abandonne pas son cercueil si rapidement.

Nathan se dirigea ensuite vers la dépouille du Khortis. La forte odeur du cadavre rendait sa localisation très facile. Un petit sourire se forgea sur la figure de l'imp à la vue du corps calciné du monstre. Il retira, de ses doigts agiles, un petit morceau de verre noirci coincé dans le poil de la créature.

Nazamo entra dans la pièce à son tour et vit la figure amusée de son inspecteur.

-Voilà "l'incroyable jet de flamme" de notre visiteur, dit Nathan, des potions d'explosion. Plusieurs mêmes. À voir les traces de griffes sur le sol, l'un d'eux devait être en grande difficulté.

Nathan se saisi d'une languette de métal déchiquetée restée sur le sol.

-Voilà aussi l'armure indestructible du guerrier, continua Nathan. Il semblerait que le Khortis à bien failli avoir le dessus. Je dirais que le guerrier devait lui aussi être un mort vivant, sinon nous aurions pu percevoir un peu de sang par là. Tient, tient, qu'avons nous ici.

Nathan marcha quelques mètres et se pencha pour observer de plus près un liquide jaune sur le plancher.

-Élixir de guérison, une grosse dose en plus, dit l'imp. La potion semble de plus avoir été faite de façon rapide et négligente. Jamais ce liquide ne pourrait guérir quoi que ce soit. Je crois que nous n'avons nulle raison de craindre ces intrus. Un vampire dont l'arme principale consiste en des potions explosives, un guerrier incapable d'avoir le dessus sur un Khortis et un alchimiste incompétent. Sans les sous-estimés, nous pouvons facilement conclure qu'ils ne représentent pas un véritable danger.

-Vous en êtes certain, demande Nazamo d'un air content.

-En fait les Ixxips parlaient d'un vieil homme endormi, dit Nathan. Mon avis est qu'il devait plutôt être sans connaissance. Alors à moins que la véritable puissance du groupe fut ce vieil être qui, pour une raison ou une autre n'a pas pu participer au combat, je suis certain que les autres ne présentent pas un réel danger.

-Bien, dit Nazamo, Évanka devrait rapidement les retracer et, à ce moment, nous allons régler avec éclats ce problème de parasites.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zalhaxa, Mortanyss

avatar

Nombre de messages : 2221
Age : 29
Date d'inscription : 28/11/2007

MessageSujet: Re: Recherche d'un écrit : Les géoles de cilia   Mar 12 Fév - 21:02

Chapitre 3, Partie 1


Alexander conduisait les Molrhs au travers des galeries de la grotte. Il s'était montré évasif sur le lieu exact de leur destination prétextant cependant qu'il s'agissait là d'un endroit où ils seraient en sécurité. Maazel utilisait ses talents d'actrice, faisant quelques glissades et feintant de perdre l'équilibre, pour recevoir l'aide du sorcier dans les endroits plus apiques.

Osilik quant qu'à lui suivait loin derrière, Lakkak sur son épaule gauche, son arme à la main droite. Il était convaincu qu'Alexander fut un agent à la solde du démon et qu'il était venu les chercher pour les conduire à un piège. Maazel, devant, n'aurait d'autres choix que de subir l'attaque de front des assaillants, le temps que le chevalier mette Lakkak à l'abris. Maazel serait un bon écran car, lorsqu'elle est forcée au combat, elle présente des qualités indéniables à trancher ses adversaires en deux et à boire leur sang. Mais Osilik avait l'esprit tranquille, convaincu qu'Alexander ferait semblant d'être leur ami un peu plus longtemps pour connaître les faiblesses du groupe et préparer un meilleur assaut. Cependant, ce temps d'observation donnerait le temps à Lakkak de se réveiller et, à ce moment, le groupe n'aurait plus aucune faiblesse.

Quelques lieux de marche dans un tunnel plus ou moins accidenté les menèrent devant un immense mur de pierre. De très larges meurtrières laissaient percevoir les ruines de balistes situées derrière la palissade. Une porte de lourd métal faisant trois mètres de haut était adjacent à la structure. On avait souvent dû tenter de l'enfoncer car elle était tortue et même éventrée en plusieurs endroits.

-L'endroit est abandonné, dit Alexander en se dirigeant vers la porte. Il y a très longtemps que les peuples de ce monde ont cessé de se faire la guerre, tous sont maintenant trop occupés à servir Nazamo.

Maazel restait aux côtés d'Osilik, incertaine de vouloir suivre Alexander qui avait déjà poussé la large porte en invitant les autres à le rejoindre à l'intérieur.

-Je vais m'occuper de père pendant que tu inspectes le territoire, proposa Maazel. Ce magicien pourrait bien nous conduire à une embuscade. Tu as longtemps été stratège de guerre, tu pourras reconnaître s'il y a là des choses anormales.

-Car maintenant c'est moi le stratège de guerre, répondit Osilik. Bien, comme il te plaira, attend ici. J'ai justement envi d'une bagarre contre autre chose qu'un Khortis.

-Bien, dit Maazel, je vais t'attendre derrière cette grosse pierre là-bas.

Osilik était déjà parti vers Alexander. Il traversa l'enceinte de la porte. Il découvrit un large poste de garde en ruine. Il y avait d'abord une dizaine de rangées de petites habitations de pierre creusées en tranchées dans le sol. Ces lieux devaient être des dortoirs. Au centre une grande tour instable menaçait de s'écrouler à chaque instant. Le poste de défense avait presque été réduit en cendres et plusieurs cadavres encore en habit de combat reposaient sur le sol. Leur corps était dorénavant habités par les araignées ou certains nécrophages. Le guerrier remarque une série de trous dans les parois de la galerie.

En s'approchant, il s'aperçut que les trous étaient en fait l'entrée de tunnel d'environ 50 centimètres de hauteur. Tout au long des murs, de bas en haut, il y avait des tunnels creusés dans le rock. Des archers pouvaient facilement se cacher dans les tunnels les plus haut, ayant une position parfaite pour les cribler de flèches.

-C'était un camp Lansfal il y a bien des années, expliqua Alexander. Les Lansfals et les Halfling avaient pourtant longtemps vécu en amicale relation, jusqu'à ce que les petit-homme découvrent une gigantesque source d'or. Craignant que ces tonnes de métaux mettent leur supériorité en péril, les Lansfals, dirigés par Torn le Grand, ont conquit la mine pour extraire l'or à leur profit. Ils ont construit cet endroit pour protéger les mineurs contre les Halfling en colère voulant reprendre leur territoire. Incapable de franchir la porte de fer, les Halflings ont creusé une multitude de petits tunnels pour attaquer l'endroit sans se faire arrêter par la mur de protection.

-Ces chemins mènent au village Halfling, demanda Osilik en plongeant son regard au fond d'un des tunnels.

-Certains peut-être, répondit Alexander. Mais les Halflings ont crée un réel labyrinthe pour éviter que l'on utilise les chemins pour attaquer leur ville dans le futur.

Osilik faisait semblant de s'intéresser au réseau de tunnels, mais sa réelle attention était portée sur d'autres facteurs. Il voulait entendre le frottement d'une épée d'un guerrier maladroit, la corde d'un arc se bander, le souffle d'un respire ou une armure en mouvement. Il regardait par terre, s'assurant que des traces n'avaient pas été imprimées sur la poussière du sol.

-Et la guerre entre Lansfal et Halfling elle est terminée?, demanda Osilik toujours concentré à sa tâche d'inspection.

-Oui, dit Alexander, l'arrivée de Nazamo à vite fait changer les priorités des deux peuples. Ils ont été contraint de laisser tomber leur rivalité de pépites d'or pour se protéger contre la nouvelle menace. Le roi Torn, souverain Lansfal, a pris la défense en mains. On le connaissait comme un stratège de talent. Il possédait une lourde armure qui lui aurait été donné par les mains même du dieu Nicarus. Cependant, Nazamo possède un pouvoir de corruption important. Il recrutait ses hommes de mains à mêmes les forces armées des Lansfals, des Halfling et des Alwish. Le démon semble capable de dresser des monstres sauvages de puissance légendaire. Les Khortis en sont de bons exemples, mais il envoya des créatures 10 ou 20 fois plus fortes pouvant a elles seules détruire des villages entiers. La résistance arrêta lorsque le roi Torn disparu. Nazamo avait corrompu la chef militaire de Torn, une dénommée Évanka. Se sentant isolé et abandonné de son peuple qui voulait se soumettre pour avoir la paix, Torn se réfugia dans son château. Lorsque Nazamo et ses hommes y entrèrent pour prendre sa place, le roi a rapidement disparu, on ne l'a jamais revu. Il doit s'être sauvé dans un autre monde, comme l'ont fait plusieurs magiciens avant lui. Nazamo a installé son royaume sur les ruines de l'ancienne ville Lansfal, dans le château de Torn qu'il a réaménagé à son goût.

Osilik fit signe au magicien de se taire. Il était venu à la conclusion que l'endroit était parfaitement sécuritaire et il appela Maazel a entrée avec Lakkak.

-Nous serons en sécurité ici, dit-elle en regardant de façon dédaigneuse les vieilles machines de guerre rouillées gisant ça et là. Je vais installer Lakkak dans l'une de ces petites maisons et je vais aller voir s'il n'y aurait pas quelque chose de sanglant à manger dans les environs.

-Je suis ravi que l'endroit vous plaise, dit le magicien, cependant ceci n'est point le lieu de notre destination. Les hommes de Nazamo seront ici dans quelques temps. Nous iront un peu plus loin, je connais un endroit où ils ne nous trouveront pas.

Le magicien avait pointé la porte situé au nord. Encore faite de fer, celle-ci n'avait pas été abîmée par la guerre. Elle conduisait à l'entrée de la mine. Alexander ne tarda pas d'ailleurs à presser ses invités de le suivre.

Des écriteaux et des tableaux ornaient l'entrée de la mine d'or. On y voyait diverses avertissements, règlements et des horaires de travail qui dataient de plusieurs décennies.

D'immenses poutres de métal soutenaient le plafond. La structure semblait parfaitement stable sans danger d'effondrement. Une centaine de mètres plus loin, la route se divisait en deux embranchements. Un panneau indiquait que "la voûte de marbre" était à droite et que l'or était à gauche. Sans donné d'explication, Alexander pris automatiquement le chemin de gauche.

On ne pouvait dire si le choix était judicieux, mais le son de fortes voix graves au loin firent douter Osilik et Maazel.



Chapitre 3, Partie 2

On ne pouvait dire si le choix était judicieux, mais le son de fortes voix graves au loin firent douter Osilik et Maazel.

-Noooon, Jeeee peeeeeeennnnse paaaaasss. C'eeeeesssst toissss qui devaiiiitt y alller.

La phrase était dite avec une incroyable lenteur. L'interlocuteur avait de la difficulté à prononcer ses mots.

-Moi? Moi? C'est, C'est, toujours jours toi, toi, toi qui veux veux Y, Y, Y, ALLER. LÀ, là, J'ai, J'… Faim.

-Beeennn, T'aaavaisss juuuusssttte à ALLLLLLER CHASSSSSSSERERER commmmme JE te l'avaiiiis diiiiiit.

-C'est, C'est, Pas, C'est pas, pas, mon mon TOUR BON.

Le premier interlocuteur s'entretenait avec un autre être à la voix grave. Il bégayait de façon agaçante.

-VOYONS!, cria un être en échos!. ALLEZ-Y ENSEMBLE, MOI AUSSI J'AI FAIM.

-Mais mais

-Maaaaaaiiiss.

Alexander semblait accélérer le pas, comme s'il lui tarderait d'entrer dans la discussion. Osilik demanda à Maazel de transporter le corps de Lakkak quelques instants pour qu'il puisse avoir les mains libres dans l'éventualité d'un combat. Ils arrivèrent dans une très large pièce. On pouvait encore voir quelques lueurs d'or non extrait des parois.

Derrière un grand feu de camp et un peu de paille, il y avait un immense troll, cheveux vert avec une grande boucle d'oreille fabriquée à partir d'os de bétail. Le troll s'adressait brutalement à un géant à deux têtes Ettins.

Peu rassurées devant les paroles violentes du troll, les deux têtes ne pouvaient que bégayer davantage.

-Mais, mais, mais.., c'est à à à lui d'y d'y aller, se plaignit la première tête.

-C'essstttt, toujouuuurs moiiii qui y vaaa, répondit la deuxième.

-C'est c'est même même pas pas vrai. C'est, c'est toujours jours moi oi qui y va..

-On ne va pas se bagarrer pour si peu, dit Alexander en se présentant sans peur devant les dangereuses créatures qui étaient armées de puissantes masses.

Cependant, autant le troll, que l'Ettin semblaient content de voir le magicien.

-Vous vous, avez avez apporter de de la nourriture ture?

-Je ne vous aurais jamais oublié, dit Alexander avec le sourire. Vous m'avez hébergé avec tant d'hospitalité que je ne pourrais jamais vous faire faut bon.

Osilik se plaça devant Maazel prêt à se défendre. La vampire ne se fit pas prier pour reculer de quelques pas, pour assurer la protection de son père bien sûre…

-LA FERME LANSFAL, ordonna le troll, DONNE NOUS VITE TA NOURRITURE, ON SE MEURT DE T'ATTENDRE LE VENTRE VIDE.

-Mais avec plaisir…

Le magicien entra dans une transe de quelques instants.

-In Mani Ylem, In Mani Ylem, In Mani Ylem, In Mani Ylem

Une quantité impressionnante de viande était apparue des suites de la formule magique qu'Alexander utilisa à répétition tant que ses hôtes ne furent pas totalement rassasiés.

-MERCI LANSFAL, dit le troll en en faisant entendre les gargouillements de sa gorge.

-Tuuu aaaaaasss aapppooorrrté deeeessss vizzzzziteurrs?

-JE LES AI VUE AVANT TOI, s'insurgea le troll, NE T'AVISES PLUS JAMAIS D'ESSAYER DE DEVANCER MES QUESTIONS.

L'Ettin abaissa l'une de ses deux têtes, pendant que l'autre se demandait encore comment un si petit Lansfal avait pu transporter autant de nourriture sur son faible dos.

-Je suis Maazel, dit la vampire, rassurée que les gros bêtas semblaient amicales.

-QU'EST-CE QU'ILS FONT ICI. DEPUIS QUAND TU NOUS DÉLAISSES POUR DES AMIS DE TA TAILLE ALEXANDER ?

-Se sont des nouveaux, expliqua Alexander. Ils ne savent pas encore comment échapper aux hommes de Nazano qui les poursuivrent dans la grotte. Je sais que les gardes évitent ce lieu de peur de se faire massacrer par votre immense puissance, alors je pensais qu'ils pourraient s'installer dans la crevasse.

La crevasse dont Alexander parlait était à l'extrémité de la pièce. Il s'agissait d'un nouveau chemin d'environ un kilomètre au bout du quel se trouvait la salle de repos des mineurs.

-Bien bien bien, ce ce, serait rait

-Innnntéérrressssannnnnt d'avvvvoirrrr de nouvvveauuuuxx ammmmiiiiss.

-LA FERME, grogna le troll. JE VOUS AI DÉJÀ DIT DE NE PAS TERMINER LES PHRASES DE L'AUTRE CA ME DONNE MAL A LA TÊTE. ET QUOI, DE NOUVEAUX AMIS, VOUS ÊTES TANNÉS DE MOI.

-Non, non non, ce, ce n'est pas pas pas pas.

-Caaaaaa, nouuuuusssss…

-J'AI COMPRIS, dit le troll.

Ce dernier grimaça en montrant l'intérieur de ses babines et il alla s'asseoir dans le coin en ruminant et en boudant. Le grand troll ressemblait maintenant plus à un enfant de 5 ans en train de chialer qu'à un dangereux mastodonte.

-Ça lui passera, dit Alexander. Il fait toujours sa petite colère quand on le contre dit. Je vais vous montrer la crevasse. C'est là que je suis installé depuis plusieurs années et jamais Nazano ne vient par ici. Pour une raison que j'ignore, tous semblent trop craindre ces gros hommes pour venir traîner dans le coin.

-On se demande vraiment pourquoi, dit Osilik en regardant les yeux des deux têtes de l'Ettin qui louchaient dans 4 directions différentes pendant que le troll avait la larme à l'œil dans son coin.

Maazel quant qu'à elle ne disait rien, elle avait comme seul objectif de se reposer et de s'éloigner au plus vite de ces imbéciles à la seconde où son père se réveillerait. Son domaine sur ZyX lui manquait déjà. Il allait probablement être détruit à son retour, mais il lui tardait de venir le reconstruire et d'étendre sa domination à l'ensemble des peuples, avec l'aide des Molrhs de son père bien sûr.

La salle de repos était simplement meublée un lit, un banc, une table et une bibliothèque. Celle-ci contenait plusieurs livres d'histoire sur la grotte. Chacun se trouva un endroit confortable pour se reposer.

Une heure passa avant que des bruits de pas à la course ne viennent briser le silence totale de la crevasse. Osilik était déjà sur ses gardes l'épée dégainée. Maazel se leva aussi attendant avec appréhension les visiteurs. Alexander sembla surpris, il ne dit rien, fixant le chemin pour percevoir l'identité des arrivants.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zalhaxa, Mortanyss

avatar

Nombre de messages : 2221
Age : 29
Date d'inscription : 28/11/2007

MessageSujet: Re: Recherche d'un écrit : Les géoles de cilia   Mar 12 Fév - 21:04

Chapitre 3, Partie 3

On aperçut rapidement les armures d'os des hommes d'arme de Nazamo. Bien qu'Osilik ne fut pas étonné de cette apparition soudaine, la surprise d'Alexander fit douter qu'il ait quelque chose à voir avec cette attaque. De plus, un des gardes laissa filer une petite chauve-souris. Ces bêtes agissaient un peu comme des pigeons voyageur, il allait indiquer à Nazamo le lieu des intrus. Si Alexander aurait été du côté ennemi, l'envoi de l'animale aurait été inutile.

Osilik, s'avança vers ses ennemis de façon lente et machinale, s'assurant de faire résonner son armure à chacun de ses pas. On aurait dit un golem sans sentiment s'avançant sur ses ennemis pour les massacrer. On pouvait compter 6 agresseurs.

Maazel, mécontente de s'être fait déranger pendant son repos, se rua de façon violente vers l'un des gardes. Celui-ci n'eut pas vraiment le temps de réagir, Maazel s'était projetée sur lui en faisant pénétrer ses griffes vampiriques dans son cou. Les griffes de sa main droite s'étaient logées dans la gorge du soldat et celles de sa main gauche dans la nuque. On a pu voir les yeux mourant du démon mineur au travers de son casque d'os. Maazel retira ses griffes en tourbillon. Elle se tourna ensuite vers un deuxième opposant.

-Et toi, de quelle façon tu veux mourir, demanda la vampire en essuyant le sang sur ses griffes et en sortant son épée.

Le deuxième agresseur n'eut pas le temps de répondre que Maazel avait volé vers lui et avait commencé à entailler sa chaire.

Trois gardes entouraient Osilik. Les trois soldats semblaient d'abord confiant. Ils étaient habitués d'être respecté en raison de leur statut de milicien de Nazamo.

On n'attendait pas le souffle d'Osilik. Celui-ci bloquait presque toutes les attaques des trois êtres, sauf quelques unes qu'il jugeait inoffensives et qui allaient mourir dans son armure sans même l'égratigner. Osilik, en fait, s'amusait quelque peu avec les hommes, conscient que ceux-ci n'avaient aucune chance même à 10 contre lui. Il attendit que les agresseurs se rendent compte qu'ils n'avaient aucune chance de le vaincre et qu'ils allaient mourir face à lui. À ce moment, Osilik profita d'une erreur d'un des démons mineurs pour passer sa lame bord à bord de son tronc. Le garde, coupé en deux s'écroule sur le sol. Avec le même élan, Osilik envoya son épée à la tête d'un deuxième malheureux fendant mortellement son casque.

Pendant que Maazel s'occupait à déchiqueter son opposant et qu'Osilik intimidait le dernier garde devant lui. Un des soldats avait le champ libre pour charger sur Alexander. Le magicien, surpris qu'on tente de porter une attaque à son endroit, recula de quelques pas.

-An Ex Por… An Ex Por, s'écria Alexander, espérant que son adversaire ne résiste pas aux influx magiques de son sort.

Le garde s'immobilisa à quelques pouces seulement du magicien. La paralysie durerait assez longtemps pour qu'Osilik et Maazel mettent à mort leur opposant respectif. Le chevalier tua le sien avec calme et froideur, portant un coup mortelle après avoir laissé à son adversaire la chance de faire quelques attaques. La vampire quant qu'à elle n'avait pas fait dans la dentelle…

-J'en ai immobilisé un, dit Alexander horrifié par le spectacle. Nous allons pouvoir le conserver comme prisonnier.

-Prisonnier?, ria Maazel en retirant le casque du soldat paralysé et en lui plantant ses crocs dans le cou.

Le repas fut toutefois de courte durée. Mazel recracha le sang noir du démon avec dégoût. Ses grimaces en disaient beaucoup sur le goût âcre de sang.

-Le liquide de la corruption, dit Alexander. Ils devaient être des Lansfals. Tous ceux adhérant aux troupes de Nazamo portent le sang noir et prennent la forme de chevaliers démoniaques.

Maazel grimaça encore une fois en laissant tomber le cadavre du dernier agresseur. Puis, elle s'avança vers le magicien. Elle lui attrapa solidement le bras en lui faisant une légère coupure dans le poignet pour vérifier la couleur de son sang.

-Mais ca fait mal, se plaignit Alexander en essayant de briser la poigne de la vampire qui tenait toujours son bras.

-Rouge, dit Maazel satisfaite. Bien, il semblerait que les hommes de Nazamo n'aient pas si peur du troll et de l'ettin que cela.

-Ils ont dû les combattre, dit Alexander. Nous devrions allons voir s'ils sont encore en vie.

-Ils sont mieux de ne plus l'être, dit Maazel en colère. Je tente désespérément de me reposer depuis que je suis ici et je ne trouve que des gens qui me veulent querelle. Pour l'instant je suis restée douce, compréhensive et gentille, cela pourrait changer.

Osilik suivit Maazel dans le passage menant hors de la crevasse. Il était bien heureux de voir la vampire agressive et forte qu'il avait déjà connu. Toujours effrayée par la nouveauté, elle ne tardait cependant jamais à retrouver ses instincts machiavéliques.

En sortant de la crevasse, le groupe vit les deux géants assis près du feu.


-Se se se se sont sont.

-Leeeessss invvviittééé quuuuuiiiiii

-ONT GAGNÉ!

Le troll se leva et se saisi de sa masse dans l'appréhension qu'on veuille se venger du fait qu'ils aient laissé passer les gardes en leur indiquant où se trouvaient les fugitifs.

-J'espère au moins qu'ils vous ont bien payé pour votre trahison, hurla Alexander envers ceux qu'il croyait ses amis. Il me semblait que vous ne les aimiez pas et que vous les mettiez à mort a vue.

-Mais mais

-Maaaaaiiissss

-MAIS!

-Je ne crois pas que vous puissiez dire quoi que ce soit qui vous sauvera la vie, dit Maazel. J'ai dernièrement fait beaucoup d'exercice et le sang Pixie, bien que succulent, n'est guère fait pour combler les grands appétits comme le mien.

-Vous mangeriez de l'Ettins? demanda Osilik de façon ironique.

-Seulement pour calmer la faim qui me hante, en attendant de trouver mieux.

-Dé dé dé désoler, nous nous.

Le troll décida de prendre l'initiative chargeant Maazel avec sa masse. Cependant, il ne fit que quelque pas. Une voix résonna du font de la caverne.

- POR IN CORP

Le troll fut pris de convulsions. Il tomba fortement sur le sol en tremblant sans arrêt. De la bave sortait de sa bouche et ses yeux semblaient sortir de ses orbites. La grande créature n'eut bientôt plus le contrôle de ses muscles qui étaient attaqués par des spasmes. Cependant, le troll était soumis à de bien plus atroces douleurs, son âme avait été attaquée par une puissante magie de nécromancie. Peu intelligent, peu civilisé, peu évolué, l'âme d'un troll était très facile à percer. Le troll arrêta bientôt de bouger. Une fumée blanche sortie de son corps en direction de l'entrée de la crevasse. La fumée, l'âme du troll, pénétra dans le bâton de Lakkak qui regardait la scène.

Non seulement le corps mais aussi l'âme du troll avait totalement été détruits par la magie du père des Molrhs qui avait finalement été tiré de son sommeil.

L'Ettin fut pris de panique, sachant qu'il serait très probablement la prochaine victime. Malheureusement les deux têtes tentèrent de se sauver dans une direction différente, si bien que le géant se déséquilibra lui-même. Ses deux têtes se heurtèrent à un immense rocher.

-Aye, Aye..

-Ayyyyyyeeee

Le grand homme se plaignit un peu avant que les deux têtes s'évanouissent à l'unisson, en même temps. On attendait cependant encore les deux fort respires de l'ettins qui avait survécu au choc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zalhaxa, Mortanyss

avatar

Nombre de messages : 2221
Age : 29
Date d'inscription : 28/11/2007

MessageSujet: Re: Recherche d'un écrit : Les géoles de cilia   Mar 12 Fév - 21:04

Les Geôles de Cylia
Chapitre 4

-Nous allons prendre le temps qu'il faut, disait Nazamo, mais nous allons discuter le moindre détail du déroulement des festivités. Je ne veux que rien ne soit laisser au hasard, que tout soit parfait.

-Je sais que les célébrations entourant la fête de votre prise de pouvoir vous tiennent à cœur, disait un Lansfal bien en chaire habillé de façon richissime. Pour cela, j'ai écouté au détail près tout ce que vous m'aviez demandé et je crois que nous avons fait un excellent travail.

-Oui, nous ne fêtons ma domination du monde qu'une fois à tous les dix ans. La grandeur du festin et l'ampleur du décor doit démontrer ma force. Je veux donc voir des esclaves, de toutes les races, enchaînés et suppliants pour leur vie. Je veux des sacrifices, je veux un trône, des femmes. Je veux que chacun de mes invités puissent avoir la joie de tuer un esclave et de le manger s'il leur en plaît ainsi. Je veux de la musique…

-Nous avons bien des choses a nous occuper, dis le marchand en frottant la bague à or situé à son petit doigt. Tout d'abord, nous avons conçu un habit qui sera porté par l'ensemble des serveurs et un autre pour les esclaves.

Le Lansfal tapa dans ses mains et instantanément, une pléiade de mannequins entrèrent, revêtant les habits que le marchand avait conçus. Nazamo regarda et fit le choix des couleurs qu'il préférait. Les mannequins portant les couleurs refusées furent tués.

-Puis il y a le repas, poursuivi le marchand. Nous avons pensé au plat principal. Il y aura bien sûr un grand festin pourvu d'autant de mets que l'on peut en vouloir, mais j'ai pensé que, pour en mettre plein la vue, nous pourrions proposer une viande très rare. Il s'agit d'un Kraken que nous ne trouvons que dans les régions glacées, beaucoup plus dangereux que leurs frères des mers ils sont généralement invincibles. Ne serait-il pas une preuve irréfutable de votre puissance si vous en serviriez un à vos invités.

-J'ai entendu parler qu'une de ses créatures se cachait dans la partie gelée de la grotte, dit Nazamo. Je me suis d'ailleurs mis en tête d'aller le dompter tôt au tard, pour l'ajouter à la nombreuse horde d'abominations domestiques que je possède.



-Bien il vous faudra le tuer si vous voulez le servir en repas, répondit le marchand.

-Car c'est moi en plus qui devrait tuer la bête? Non, poursuivit Nazamo, ce serait de la gaspille de mettre à mort une créature avec un si grand potentiel destructeur seulement par gourmandise. Imaginez plutôt ce que le Kraken de glace pourrait faire s'il travaillait pour moi. Il vous faudra trouver autre chose.

-Dans cette éventualité, j'ai demandé à notre meilleure cuisinière de préparer un plat de harpy. Bien que cela semble simple, une fois que vous y aurez goûté vous ne pourrez faire autrement que donner votre aval à ce repas.

Le marchand tape dans ses mains pour appeler la cuisinière. Celle-ci transportait un petit chariot sur lequel une harpy était finement préparée. La senteur révélait déjà que le met serait succulent.

Cependant, avant qu'on ait pu y goûter, une petite chauve-souris vint se poser sur un perchoir, non loin du trône de Nazamo. Essoufflé, l'animal volant apportait des nouvelles concernant les intrus. On venait de les localiser près de l'ancienne mine d'or.

-Nathan!, hurla Nazamo. Nathan!

Nathan se fit attendre quelques instants. Il arriva en volant au travers de la fenêtre sans vitre de la salle du trône. Il avait un petit bonnet de nuit de couleur rouge avec un pompon mauve. La moitié de ses yeux étaient encore à moitié fermés et il ne pouvait s'empêcher un bâillement laissant percevoir ses puissantes canines.

-Il n'est pas le temps de dormir pendant que des intrus rôdent sur mon territoire, dit Nazamo. Allez chercher Évanka, cria-t-il à un garde.

Nathan voyait la chauve-souris sur le perchoir et savait bien que celle-ci devait avoir localisé les visiteurs. Ces petites bêtes volantes se déplaçaient tellement rapidement, que les intrus ne devaient pas avoir eu le temps de se déplacer de façon importante.

Évanka entra en trombe dans la pièce.

-Dites à vos hommes d'aller vers l'ancienne mine d'or, dit Nazamo. Ils y retrouveront la trace des parasites.

-Pardon, dit le marchand Lansfal en entrant dans la discussion. Ne serait-il pas bien, pendant la grande fête, d'ajouter un volet "exécutons les intrus"? Nous pourrions en profiter pour montrer le sort réservé à ceux tentant de se soulever contre le grand Nazamo. On pourrait placer un bûché ou une potence et les tuer avant le repas, question d'ouvrir l'appétit de nos invités.

-J'adore cette idée, s'exclama Nazamo. Nathan, je veux que vous organisiez une stratégie pour les capturer vivants. Il faut faire vite, la fête est dans deux jours et je veux que ceux-ci soient capturés à temps.

-J'ai bien peur que cela ne soit pas possible, dit Nathan sans craindre la colère que cette réponse puisse provoquer chez Nazamo. Tout d'abord il faut bien prendre le temps de les observer avant de leur porter l'attaque décisive. Il est fort probable que nous ne les capturerons pas avant votre fête. Bien qu'ils ne semblent n'être qu'une faible menace, ils pourraient bien nous réserver quelques surprises désagréables. Les capturer risquerait bien de nous être défavorable plus tard. Nous allons les tuer le plus rapidement que nous le pourrons et cela n'est en aucun cas négociable.

-Quoi?, s'insurgea Nazamo. Qui ici donne les ordres? J'exige qu'ils soient capturés et vivants au moment des festivités pour que nous puissions les mettre sur la potence.

Nazamo n'allait certainement pas montrer des faiblesses face à son "Imp de luxe" devant de simples Lansfals. Cependant, il savait que Nathan se moquait bien de ses colères et des apparences.

Nathan ne répondit pas tout de suite, il se dirigea vers le chariot de la cuisinière et regarda la harpy qui s'y trouvait. Avec la pointe acérée au bout de sa longue queue, il piqua dans l'oiseau, découpa la tête de celle-ci en un seule coup et l'amena vers sa bouche. Il croquait dans le crâne de la harpy broyant sans difficulté les os pourtant très solides qui protégeaient le cerveau. Tous les Lansfal, habitués de percevoir Nathan comme un simple petit démon amusant, furent surpris de le voir pourfendre des os avec une si grand facilité.

-Votre père m'a donné la responsabilité de veiller à ce qu'il ne vous arrive rien, dit Nathan en commençant à mastiquer le cervelet de la harpy. Pour cela je dois m'assurer qu'aucune force extérieure ne puisse vous faire du mal. Je dois aussi m'assurer que vous ne preniez pas de décisions stupides qui mettraient en péril la santé de votre royaume. Ces adversaires ne viennent pas de ce monde. Ils ont, pour des raisons encore inconnues, atterrit ici. Mon idée est qu'il sont venus pour les socles. Si tel est le cas ils ont prévu votre existence, ils vous connaissent et auront en leur possession des moyens pour vous mettre à mort. Pour cette raison, je veux voir plus en détails leurs techniques de combat. Mais sachez bien que même s'ils s'avèrent être de faibles opposants inoffensifs, je préconiserai tout de même de les tuer le plus rapidement possible sans les garder en captivité une seule seconde.

-Mais vous devez comprendre, dit Nazamo, que cette fête dois montrer ma supériorité. Déjà que je n'aurai pas la gigantesque statue d'or, si je ne peux pas non plus exécuter mes ennemis et que ceux-ci courent toujours, de quoi aurais-je l'air?

-Comment vous n'aurez pas votre statue d'or, interrogea le marchand, qu'ait-il arrivé à votre artisan.

-Il ne pouvait pas respecter ses délais alors je l'ai fait tuer.

-Bien l'ordre avait été de l'enfermer, contesta Évanka. Il repose présentement dans l'un de nos donjons en attendant que vous vous penchiez sur son sort.

-Ah!, bien tout ceci est parfait. Nazamo, voilà ce que je vous propose, dit le marchand émerveillé. Nous repoussons la fête de 2 jours. Au lieu d'être dans 2 jours, elle sera dans 4. Cela nous donnera le temps de raffiner nos préparatifs. Le temps de plus permettra à l'artisan de finir son œuvre et à Nathan de tuer les visiteurs. Si nous ne pouvons pas les pendre pendant la soirée, nous pouvons tout de même récupérer leur corps et les accrocher au bout d'une corde comme si nous les avions exécuté juste avant la fête. Ce serait un décor d'arrière scène percutant montrant ce qui arrive à ceux qui vous tiennent tête. On ne les verra pas mourir, mais les gens pourrons présupposer que nous les avons exécuté avant leur arrivé.

-Et pour les invitations, pensez-vous pouvoir changer la date en si peu de temps?

-Pas de problème, dit le marchand. Nos messagers sont rapides vous le savez bien. Personne n'en sera fâché car vous êtes Nazamo, vous avez le droit de repousser votre fête comme il vous plaît et ils se plieront à votre décision.

-D'accord, dit Nazamo, la fête sera dans 4 jours, pas plus. Mais, je veux que les visiteurs soient mort, que la statue d'or soit terminée et que tous mes amis et alliés passent la meilleur soirée de leur existence. Et si une seule de ces conditions n'est pas remplies, je vais faire tuer tout ceux qui sont dans cette salle présentement.

-Bien sûr, bien sûr Nazamo, dit Nathan qui était le seul à ne pas être impressionné par son maître.

Tous les autres firent la promesse que tout serait parfait et se dépêchèrent de se retirer avant que le démon ne change d'idée et les tue tout de suite. Nathan fixait Nazamo en continuant de déguster la harpy. Il s'en prenait maintenant aux ailes de la créature en pulvérisant les cartilages avec ses forts crocs.

-Je déteste lorsque vous me ridiculisez devant mes sujets, dit Nazamo en prenant place sur son trône. Lorsque père m'a fait don de vous, il m'a bien spécifié que j'avais le droit de vous donner les ordres de mon choix et que vous vous deviez d'obéir. Si vous êtes en désaccord avec moi, vous pouvez m'en faire part en privé au lieu de le faire devant tout le monde.

-Ce marchand sera mort dans quoi, 50 ans, proposa Nathan. Peut-être moins même, surtout s'il continu à travailler pour vous. Il emportera dans sa tombe cette vision de Nazamo persécuté par son petit démon de compagnie et la prochaine génération ne saura jamais rien de cette injure à votre égard. Tous ce soumettent à vous car vous avez un pouvoir innée de corruption… c'est dans votre nature. Mais vous apprendrez qu'il y a toujours des êtres à notre mesure, et que ces êtres peuvent se cacher au travers du plus niait des déguisements.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zalhaxa, Mortanyss

avatar

Nombre de messages : 2221
Age : 29
Date d'inscription : 28/11/2007

MessageSujet: Re: Recherche d'un écrit : Les géoles de cilia   Mar 12 Fév - 21:06

Chapitre 5, Partie 1

Maazel se jeta au cou de son père heureuse de le voir enfin éveillé. Alexander s'approcha des restes du troll, tentant d'identifier le sortilège qu'avait utilisé le nécromant pour littéralement s'emparer de l'âme de la créature.

-Je ne pense pas reconnaître cet environnement, dit Lakkak en regardant autour de lui. Sommes-nous encore retranchés au Nord?

-Non, dit Osilik. Cylia nous y a retrouvé et a usé de son énergie céleste pour nous faire sombrer dans un vortex. Je ne crois pas que nous soyons encore en ZyX. L'endroit est contrôlé par un démon du nom de Nazamo.

-Oui, c'est un dangereux Balron et ses hommes sont à nos trousses, dit Alexander pour entrer dans la discussion, nous ferions peut-être mieux de nous éloigner avant qu'ils n'envoient des renforts.

-Je ne me rappelle pas de cet être, dit Lakkak en regardant le magicien. Serait-il un de mes apprenties dont j'aurais oublié l'existence?

-Non, nous l'avons rencontré peu après notre arrivée, dit Maazel. Il connaît déjà bien l'endroit et pourra nous mettre à l'abris.

-Nous mettre à l'abris… Fuir commence à être une mauvaise habitude, marmonna Lakkak. Reculer devant le peuple Lansfal, puis devant Cylia, puis en face d'un inconnu du nom de Nazamo. Il faudra renverser cette tendance à la fuite. Cela commence sérieusement à m'indisposer. Je n'ai pas créé la race parfaite pour devoir me sauver au moindre petit danger.

-Bien, dit Osilik, il ne s'agit pas seulement de créer la perfection, il faut aussi diriger nos hommes avec sagesse et compétence.

-Que voulez-vous ainsi insinuer, répond Lakkak au chevalier. Voudriez-vous avancer que nous avons perdu nos dernières bagarres en raison de mauvaises décisions de ma part ?

-Plus précisément une décision de votre part et plusieurs d'une personne se tenant présentement à votre gauche.

Maazel était directement visée par l'attaque verbale d'Osilik. Le chevalier n'avait guère l'habitude de mettre en doute les ordres de ses supérieurs, mais donner le commandement des armées Molrhs à Maazel était d'un ridicule inacceptable. Maazel, pour retirer tous les bénéfices de la victoire Molrhs sur les Lansfals, avait ignoré la totalité des suggestions d'Osilik. Le chevalier avait dirigé durant de nombreuses années l'armée de Ciceron. Il connaissait ses forces et ses faiblesses en plus des endroits où l'on mettait en sûreté les femmes et les enfants en temps de guerre. Ses conseils et son expérience aurait été cruciaux pour assurer la victoire Molrh. Cependant, en acceptant les idées d'Osilik, c'est lui qui en aurait tiré toute la gloire et Maazel ne pouvait l'accepter. Elle avait donc convaincu son père de lui donner le commandement de l'armée avec les résultats que l'on connaît. Osilik ne se gênerait pas à donner son avis sur l'ensembles des points ayant conduit les Molrhs vers une défaite assurée. Bien entendu, tout était de la faute à Maazel car c'est elle qui avait tout décidé.

-Je crois que nous avons, pour le moment, des choses bien plus importantes à penser, dit Lakkak. Lorsque nous auront le contrôle de cet endroit, nous rediscuterons de tout ceci. Pour l'instant il est inutile de s'apitoyer sur le passé. La première chose que je veux savoir est l'identité du magicien que vous avez là.

-Je me nomme Alexander, dit le Lansfal. À ce que je vois, vous semblez le chef de ce groupe de mort-vivants. Il me fait donc extrêmement plaisir de vous mettre au courant de mes projets. Je suis venu en ce monde après la rencontre d'un prêtre qui a réussi à échapper aux griffes de Nazamo. Il m'a raconté que le démon tirait sa puissance d'objets installés sur des socles. Nous étions au départ un groupe de plusieurs aventuriers et nous avions dans l'idée de nous emparer des objets, de puissants artefacts d'une force et d'une valeur inestimable. Cependant, mes compagnons sont morts et j'ai dû me cacher pendant quelque temps. Cependant, à vous voir combattre, je crois bien que nous pourrions passer une entente…

-Des socles de puissances, voilà qui est intéressant, disait Lakkak en écoutant le récit.

-Vous connaissez cela, demande Alexander.

-Cet un procédé utiliser pour assurer la protection des haut-mages dans leur demeure. Ils placent des socles magiques en cercle ou en carré autour de leur manoir. Les socles siphonnent les influx magiques des objets pour les transférer au magicien et ainsi accentuer sa puissance. Plus les objets utilisés sont puissants, plus la force ajoutée au magicien est importante. C'est un rituel puissant mais difficile à effectuer. Ce Nazamo doit posséder une connaissance très appréciable de la magie. Si ce sont bien des artéfacts qui reposent sur les socles, nous sommes en présence d'un protagoniste très dangereux.

-Et il y a des moyens de briser le lien entre les socles et le magicien, demanda Maazel.

-Si le magicien est entraîné en dehors de sa demeure ou de la surface entourée par les socles il ne recevra plus les influx. De même, chaque objet que nous enlevons de son socle est une puissance diminuée de la force du sorcier.

-Si vous voulez combattre Nazamo, dit Alexander, vous devrez préalablement retirer tous les objets de leur socle. Il s'avère que je connais le lieu où reposent chacun d'eux. Alors, moyennant un certain paiement, je pourrai vous conduire.

-Qu'entendez-vous par, paiement?

-Un de ces socles est tout près d'ici, dit Alexander. Il s'agit d'un médaillon. Celui-là même qui m'était destiné lorsque je suis venu avec mes autres compagnons au départ. Si nous allons là-bas, que nous récupérons le médaillon et que vous me le remettez, je vous conduirai ensuite aux autres… et vous pourrez les garder ceux-là.

Osilik entraîna Lakkak un peu à l'écart.

-Que pensez-vous de tout ceci, demanda le chevalier.

-Les socles doivent être disposés aux extrémités du royaume, répondit Lakkak. Il serait donc très difficile d'attirer Nazamo à l'extérieur. Si nous prenons possession de ses artefacts, il sera forcé d'agir rapidement pour nous contrer et il pourra commettre des erreurs. Une fois que nous l'aurons affaibli, il deviendra une cible facile et nous prendrons sa place. Nous utiliserons ensuite les socles pour me donner la force nécessaire à ouvrir une porte qui nous ramènera sur ZyX.

-Et pour cet Alexander, dit Osilik. Il semble évident qu'il s'agisse d'un magicien filou qui n'hésitera pas à nous vendre ou nous abandonner au premier signe de danger, comme il semble d'ailleurs avoir abandonné ses anciens compagnons.

-On ne peut guère avoir confiance en lui, cependant il dégage une vibration magique digne des plus habilles sorciers, rétorqua Lakkak. Il pourra nous être très utile, surtout lorsque je lui aurai préparé un petit rituel pour assurer son obéissance.

Osilik sourit et les deux retournèrent auprès du Lansfal. Les regards complices de Lakkak et du chevalier inquiétèrent le magicien qui voulut se réfugier derrière Maazel.

-Nous allons accepter votre offre, dit Lakkak. Cependant, nous allons vous demander un petit sacrifice pour nous assurer votre loyauté.

-Croyez-vous que nous aillons le temps pour ceci, dit le Lansfal inquiet, j'ai cru entendre des bruits de pas au loin. Je crois que les hommes de Nazamo arrivent. Ils seront nombreux et très fort, nous devons faire vite. Le premier socle est tout près, dans la pièce de marbre située dans l'autre embranchement de la mine. Si nous faisons vite, nous pourrons avoir le premier artefact avant qu'ils n'arrivent.

-Le manque de temps n'est jamais un facteur lorsqu'il faut s'assurer de la loyauté d'un sujet, dit Lakkak.

Le nécromant leva les bras dans les airs.

-Vas Des Sanct In Corp

Une lueur blanche entoura l'Ettin qui était encore assommé sur le sol. La lumière se modela et on pu bientôt distinguer une nuée de formes spectrales de quelques centimètres de hauteur. Les petits êtres lumineux tournoyaient autour du géant comme un essaim d'abeille. En quelques instants, le corps entiers de l'Ettin fut dévoré. Les spectres déchiquetèrent la chaire du géant avant de disparaître dans la pénombre.. Sur le côté droit du géant, il ne restant plus que le squelette tandis que son côté gauche contenait encore un peu de chaire en décomposition. L'Ettin ressemblait maintenant au format géant de la jonction d'un zombie et d'un squelette.

-Necro In Corp

Les doigts du géant commencèrent à se mouvoir.. Ayant d'abord de la difficulté à bouger, l'Ettin réussi tout de même à se lever debout et à pousser deux hurlements bien distincts.

-HuhUh MaÎ Maî Maî trE, Qu QU QuE PuIs-jE-jE FaiRe PouR-VoUs ?

-MAAaaaAA TÊTtttEEE. QueeEESsssEE Quuuuiii ArRRiiivvE.

-À partir de maintenant tu répondras au nom de Xhiuma, dit Lakkak. Je veux que vous preniez vos masses et que vous aillez faire taire les guerriers qui sont à notre poursuite. Nous pouvons d'ici entendre leur pas.

-JeeEEE lEEEssss

-EnT EnT EnTEnD.


-Va mon fils, lorsque tu auras fini de les mettre à mort poursuit ton chemin. Je te donne libre recours pour créer le chaos et la mort dans cette caverne.

L'Ettin se saisi de ses deux grosses masses et pris le chemin des chevaliers de Nazamo.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zalhaxa, Mortanyss

avatar

Nombre de messages : 2221
Age : 29
Date d'inscription : 28/11/2007

MessageSujet: Re: Recherche d'un écrit : Les géoles de cilia   Mar 12 Fév - 21:07

Chapitre 5, Derniere Partie

L'Ettin se saisi de ses deux grosses masses et pris le chemin des chevaliers de Nazamo.

-Bien, maintenant que nous ne sommes plus pressé par les soldats, dit Lakkak, vous accepterez certainement de vous soumettre à mon rituel.

-Dire non n'est point une option, dit Maazel en tournant autour du Lansfal. Vous acceptez et vous obtenez notre confiance ou vous refusez et vous devenez mon dîner.

-Puis-je au moins savoir en quoi consiste ce rituel, demanda Alexander de plus en plus inquiet.

Lakkak ne répondit pas. Il avait déjà commencé à disposer une série de pierres pour former un pentagramme. Il invita ensuite le Lansfal à s'y coucher. Alexander pris place toujours pas rassurer du traitement qu'on lui réserverait. Maazel entailla la main d'Alexander pour récupérer un peu de son sang dans une fiole. Lakkak fit lui aussi quelque goutte de sang dans le contenant. La mixture d'hémoglobine pétilla pendant quelque instant pour former une substance pâteuse. Maazel trempa ses doigts dans la crème sanglante et traça une croix rouge sur le visage Alexander.

-Vas Des Sanct In Corp

Des lueurs blanches en forme de spectres apparurent. Le Lansfal fut alors pris de panique et il tenta de se relever, pour ne pas subir le même traitement que le géant. Il fut cependant retenu par le bâton de Lakkak.

-Ort Sanct Jux

Le bâton s'illumina. Lakkak le planta fortement dans la poitrine d'Alexander. Immédiatement, l'âme du magicien fut aspiré par l'artefact de Lakkak. Le crâne qui surplombait le bâton se mit à reluire avec intensité.

Lorsque les spectres lumineux eurent fini de déchiqueter la chaire du Lansfal. Le nécromancien leva le bâton dans les airs. Le visage Lakkak se crispa et ses yeux devinrent livides l'espace d'un moment. Un éclat bleuté vint entourer le bâton. Étrangement, les dernières paroles du rituel ne furent pas prononcées par Lakkak. Le son "JUX NECRO XEN" avait résonné depuis l'intérieur du crâne attaché à l'extrémité du bâton. Comme si le père des Molrhs ne faisait qu'un avec son gourdin.

L'âme d'Alexander retourna dans son nouveau corps. Il avait cependant perdu ses traits de Lansfals. Sa chaire décomposée révélait une évolution marquée. Ce n'était pas un zombie, ni même un simple squelette. Il s'agissait d'une liche. Atout indéniable pour le groupe, on serait maintenant certain de la fidélité de nouveau venu. Maazel donna la fiole de sang à Lakkak. Une réaction s'était produite dans le contenant durant la transformation. En effet, une aura bleu flottait de la fiole. Il s'agissait en quelque sorte du repère de l'âme du nouveau Molrh.

La lumière entourant le crâne sur l'artéfact de Lakkak s'était éteinte. Pour que l'être puisse garder sa précieuse mémoire malgré la transformation, le nécromant avait sacrifié plusieurs des esprits emprisonnés dans le bâton. En effet, loin d'être une simple baguette de gitan, le sceptre de Lakkak avait la capacité d'emprisonner des âmes et d'utiliser l'énergie de celles-ci pour l'accomplissement de divers rituels. Il devait cependant faire attention, car si on utilisait toutes âmes, sans penser à les remplacer, le bâton perdrait toute capacité.

-Nous allons l'appelé Xander, proposa Maazel en regardant la création de son père. Je crois que celui-ci sera beaucoup plus aimable que cette Xxarg laissée en ZyX.

-Ne t'attache pas trop, coupa Osilik. S'il faut sacrifier l'un des nôtres pour faciliter l'atteinte de notre but, ce Xander risque de nous quitter de façon prématurée.

-En voilà une façon de parler de ton nouveau petit frère, dit Maazel. Serais-tu jaloux ou alors apeuré que nous lui prêtions plus d'attention qu'à toi ?

-La différence entre toi et moi Maazel, dit Osilik, c'est que je suis ici parce que je suis un guerrier et un chef militaire extrêmement compétant… tandis que toi, tu as eu la chance d'être la fille de ton père. Cependant, plusieurs années plus tard, je suis toujours un chef militaire extrêmement compétant, alors que toi, même après tout ce temps, tu n'es encore, que la fille de ton père.

-Assez, dit Lakkak las des éternelles disputes infantiles de ses deux aînés.

Lakkak ne dit rien d'autre. Prendre position dans le débat n'avancerait à rien et, de toute façon, il ne pourrait jamais convaincre l'un d'accepter l'autre. Il profitait du calme pour observer son nouveau fils. Il attendait le moment de l'éveil de Xander avec beaucoup d'appréhension.

Maazel, peu encline à écouter les ordres de son père voulu relancer le débat par quelques insultes faciles envers Osilik. Cependant ce dernier lui fit signe de se taire. Il avait perçu quelque chose. Le chevalier arrêta de bouger et devint extrêmement attentifs, tentant de distinguer les quelques clapotis qui étaient parvenus à ses oreilles.

-Des êtres, en armure métallique, chuchota Osilik, je dirais qu'ils sont 5 ou 6 et de taille humanoïde.

-Des guerriers Lansfals? s'interrogea Lakkak en quittant la liche des yeux.

-Certainement une patrouille de chevaliers démoniaques comme ceux que nous avons déjà combattu, répondit Osilik. Leurs pas semblent rapides et ils se rapprochent.

Maazel n'entendait rien, mais elle faisait confiance aux perceptions de son frère. Elle restait sereine à l'idée qu'avec son père éveillé, et Osilik en bonne forme, elle n'aurait certainement pas à se salir contre les nouveaux arrivants. Elle pris donc place sur un rocher près de Xander pour manucurer ses griffes pendant qu'Osilik ferait tout le travail.

Bientôt, l'ombre de six guerriers apparaît dans le passage de pierre. Les êtres étaient en fuite. Ils avaient été attaqué par Xhiuma, l'ettin qui s'était déchaîné en tuant les quatre autres membres de leur patrouille. Les miliciens de Nazamo s'arrêtèrent sec en voyant le chevalier de la mort, la vampire, la liche et le Lansfal. Ils allaient certainement s'en vouloir d'avoir choisi le mauvais chemin.

Lakkak se leva en riant. Il épia les soldats pendant un court moment.

-Nous allons en profiter pour voir si ils ont des capacités, dit-il en faisant tournoyer ses mains.

-KAL SANCT CORP, cria Lakkak.

Le sol trembla et une large muraille composée d'ossements se leva derrière les guerriers de Nazamo pour les empêcher de fuir. Les os étaient tassés les uns sur les autres de façon très opaque créant un mur solide que les opposants n'auraient pas le temps de détruire avant d'être mis à mort. Habitués que l'on ait peur d'eux, les hommes de Nazamo regardaient leurs adversaires avec crainte. Pour qu'on veuille empêcher leur fuite, on devait leur préparer une mort atroce. Cela aurait été le parfait moment pour se prosterner et demander grâce, mais leur sang était corrompu par la volonté de Nazamo, ils allaient devoir faire face à leur destin.

-KAL SANCT CORP, recria Lakkak.


Un nouveau mur se leva, cette fois-ci devant les guerriers de Nazamo. Ces derniers étaient prisonniers entre les deux parois. Ils ne pouvaient ni fuir, ni se porter à l'attaque. Les chevaliers chaotiques commencèrent à ébranler le premier mur dans l'espoir de pour se libérer et fuir avant que le nécromant ne termine son rituel.

-POR JUX CORP

Une multitude d'os pointus d'une longueur de 50 centimètres apparurent sur les murs. Puis, les deux murailles tremblèrent et commencèrent à se mouvoir pour se reprocher l'une de l'autre. Le père des Molrhs voulait écraser ses ennemies entre les deux parois, les faisant empaler par les ossements pointus. Les cris des proies ne faisaient qu'augmenter le plaisir de les voir mourir.

-Voilà le moment le plus jouissif, dit Maazel en s'approchant de la scène. Lorsque l'adversaire sait qu'il va mourir et qu'il pousse ses derniers cris en suppliant de le laisser en vie.

La vampire se nourrissait des cris de peur et bientôt de douleur des guerriers. On entendit la chaire des êtres se faire sévèrement lacérer. Les pauvres, empalés par les os en forme de pieux, respiraient difficilement en attendant la mort. Cependant, Lakkak fit disparaître ses murs avant que les agents de Nazamo expient.

Le nécromant s'approcha de ses victimes qui gisaient sur le sol en cherchant difficilement à respirer. Ils étaient tous paralysés par la douleur. À proximité d'un premier, Lakkak serra son bâton pour faire sortir une lame à son extrémité. Il planta violemment la lame dans le corps du chevalier chaotique. Le crâne s'illumina, et le guerrier cessa de bouger, il était mort… son âme avait été absorbée par l'artéfact de Lakkak qui répéta son geste pour chacun des adversaires. Il pouvait ainsi recharger son artéfact qui étaient presque vide après le rituel de transformation d'Alexander.

Pendant le combat, la liche avait commencé à bouger. Étourdi, Xander avait du mal à mettre de l'ordre dans ses idées. Il avait, en lui, l'image d'un Lansfal du nom d'Alexander. Il savait qu'il avait été cet être et avait toute la mémoire de l'existence du sorcier. Cependant, ses priorités avaient changé. Il sentit grandir une appartenance et une fidélité exagérée pour celui qu'il considérait désormais comme son nouveau père. Il avait oublié ses intentions d'arnaquer et de tromper et ne pensait plus à son gain personnel mais plutôt à celui d'une race dont il n'avait jamais entendu parler, les Molrhs.

Une jeune femme lui avait saisi la main en l'aidant à se relever. Maazel, il la connaissait bien. Il la trouvait déjà magnifique lorsqu'il était Lansfal. Le regard de cette dernière avait cependant changé. Elle l'avait considéré comme un repas ou une marionnette. Maintenant ses yeux étaient accueillant, il faisait parti dans ce clan et rien ne pourrait plus briser le lien de confiance entre lui et les trois autres êtres autour de lui.

On ne lui laissa cependant pas beaucoup de temps pour s'extirper de sa torpeur. Le chevalier noir, Osilik, repoussa Maazel sur le côté. Il inspecta la peau de la liche pour voir si celle-ci n'avait pas été abîmée durant la transformation.

-Vous vouliez vous mettre à l'abris de ces soldats?, demanda Lakkak en pointant les cadavres sur le sol. Je me rappelle avoir eu plus de difficultés contre les mouches lors de notre dernière expédition en forêt. Ils pourront tout de même servir d'appuis à Xhiuma.

Lakkak entama un rituel ayant pour but d'animer les corps sans âme des soldats. Ceux-ci ne se rappelleraient plus de leur vie de vivant et ne pourraient pas réellement réfléchir et prendre des décisions. Ils seraient toutefois en mesure d'utiliser leur arme et de confronter les autres mercenaires rôdant dans le coin. Les soldats se relevèrent de façon difficile. Il s'agissait maintenant de mort-vivant tout simple sous le contrôle total de Lakkak. Celui-ci leur ordonna de rejoindre au plus vite Xhiuma et de l'aider à faire son chemin au travers des ennemies.

On invita ensuite Xander a indiqué le lieu du premier socle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vincent C., Hastane.

avatar

Nombre de messages : 1128
Age : 28
Localisation : Ste-Catherine, Montérégie
Date d'inscription : 18/11/2006

MessageSujet: Re: Recherche d'un écrit : Les géoles de cilia   Mer 13 Fév - 9:31

O_o Bon sang, plutôt longue comme histoire! Razz Elle vaut la peine d'être lue ? Si oui, je me ferai un plaisir de la lire. ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xaros, Mortanyss

avatar

Nombre de messages : 286
Age : 30
Date d'inscription : 19/11/2006

MessageSujet: Re: Recherche d'un écrit : Les géoles de cilia   Mer 13 Fév - 12:52

Juste te dire Vincent, normalement je lis pratiquement pas et celle la je l'ai lis toute d'un coup jusqu'à deux heures du matin alors que j'avais de l'école le lendemain ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xenshi, Mortanyss

avatar

Nombre de messages : 1565
Age : 30
Localisation : Saint-Jean Chrysostome, Lévis
Date d'inscription : 17/11/2006

MessageSujet: Re: Recherche d'un écrit : Les géoles de cilia   Mer 13 Fév - 13:11

Vincent, Hastane a écrit:
O_o Bon sang, plutôt longue comme histoire! Razz Elle vaut la peine d'être lue ? Si oui, je me ferai un plaisir de la lire. ^^

Je vais t'envoyer ca par MSN quand tu voudras.

Bien plus simple que de copier ça ici... Si parfois tu veux la publier Zalhaxa tu devrais refaire un post de ça avec juste l'histoire et non remplis de commentaire un peu partout entre les chapitres.

_________________
-Anima Draco Immortalis-
Senseï Xenshi, Merci Xhilyan'ntru ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zalhaxa, Mortanyss

avatar

Nombre de messages : 2221
Age : 29
Date d'inscription : 28/11/2007

MessageSujet: Re: Recherche d'un écrit : Les géoles de cilia   Mer 13 Fév - 17:05

bah, si on veut le mettre en post-it qu'on le fasse. On supprimera les commentaires. C'est tout. Et si j'ai envie de le partager avec les autres, je le fais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xenshi, Mortanyss

avatar

Nombre de messages : 1565
Age : 30
Localisation : Saint-Jean Chrysostome, Lévis
Date d'inscription : 17/11/2006

MessageSujet: Re: Recherche d'un écrit : Les géoles de cilia   Mer 13 Fév - 21:01

C'est une option que j'avais pas penser. C'est juste difficile à suivre... quand tout est séparé.

_________________
-Anima Draco Immortalis-
Senseï Xenshi, Merci Xhilyan'ntru ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zalhaxa, Mortanyss

avatar

Nombre de messages : 2221
Age : 29
Date d'inscription : 28/11/2007

MessageSujet: Re: Recherche d'un écrit : Les géoles de cilia   Sam 16 Fév - 2:47

La suite, encore Surprised

Chapitre 6, Partie 1


Xander se rappelait que le premier socle était tout près, dans l'autre embranchement de la mine qui conduisait à un téléporteur. Ce dernier expédierait le groupe dans la voûte de marbre où était fortement protégé le premier artefact. Étrangement, la liche n'avait plus le désir de conserver cet artefact mais voulait plutôt en faire profiter le groupe. Si Lakkak en ferait un meilleur usage, il était normal de lui remettre le médaillon. La liche ne comprenait même plus pourquoi elle avait autant désirée avoir l'artéfact pour sa propre personne.

Ils arrivèrent rapidement devant le pentacle rouge. Un écriteau décrivait le lieu comme le portail conduisant à la salle de marbre. Tous savaient qu'au moment où ils entrerait dans le téléporteur, ils subiraient les immondices que Nazamo avaient prévus pour protéger son bien. Il n'était point le temps de se remettre en question : Xander, Lakkak et Maazel disparurent chacun leur tour en mettant les pieds au milieu du pentacle.

Osilik avait retenu son élan pendant quelques secondes. Juste avant de pénétrer dans le pentacle, il avait entendu un souffle dans son dos. Il se retourna convaincu de ne point être seul.

Derrière lui, un petit démon ailé flottait dans les airs. Nathan regardait le guerrier avec intérêt. Pendant que certains des yeux du démon englobaient la physionomie du guerrier, les autres s'attardaient aux trous béants toujours présent dans l'armure d'Osilik. L'armure était usée, le Molrh devait la posséder depuis très longtemps, préférant toujours la réparer plutôt que la remplacer. Certaines armoiries étaient gravées sur les épaulettes. Probablement les galons qu'avaient chèrement gagnés le chevalier. Un être fier, habile, discipliné, sans peur. Un trophée d'une valeur exquise qui décorerait avec goût la place d'armes du château de Nazamo.

Nathan savait que le groupe allait se présenter à l'assaut du premier socle. Les Molrhs étaient attendu et on avait dû leur préparer une rude réception. Osilik tenta de pénétrer dans le pentacle, pour avertir les autres qu'une embuscade se préparait, mais aussi pour réunir les troupes et faire face à l'ennemi de façon organisée. Cependant, un champ énergétique puissant coupait le passage permettant au chevalier d'entrer dans le transporteur.

-Trop tard, dit Nathan, tu ne peux plus rien pour eux. Mais, dans la même situation, j'aimerais mieux être à leur place qu'à la tienne.

Une porte dimensionnelle s'était ouverte derrière le démon. Une dizaine de soldats, les mieux entraînés de Nazamo, en sortirent et prirent position autour d'Osilik. Ils revêtaient tous de lourdes armures de métal et agrippaient des lances.

-Se rendre sans combattre serait la meilleure chose à faire, dit Nathan.

-Je ne vous conseille pas de vous rendre, répondit Osilik sans broncher, car même si vous me demandez grâce je vais tous vous tuer.

Osilik fit un pas et esquinta la joue du démon avec son arme. Nathan, peu habitué aux combats directs, retourna vers la porte dimensionnelle en laissant la garde d'élite s'occuper du chevalier.

-Alors, vous avez une préférence pour l'ordre à suivre pour vous tuer, demanda Osilik aux soldats qui se mettaient en formation.

Il n'eut droit à aucune réponse. Les premiers lanciers foncèrent sur lui avec vigueur. Un premier opposant fut désarmé bruyamment et reçu l'épée d'Osilik directement dans la gorge. Le chevalier n'allait certes pas perdre son temps à s'amuser contre ces miliciens "'d'élite".

Pour une rare fois, Osilik prend avantage de son incroyable vitesse en se frayant un chemin un travers de la lignée d'opposants. Il n'esquivait pas les coups avec son arme, il tentait plutôt de les éviter par des gestes vifs. Cela lui donnait toute la latitude de faire tournoyer mortellement sa lame au travers des têtes des soldats. Leur plate était cependant solide et il dut se résoudre à attaquer constamment la même faiblesse qu'il avait découvert au niveau de la gorge. Pour une raison qu'il ignorait, certainement par les largesses d'un concepteur ignorant tout de la bataille au corps à corps, la plaque métallique protégeant le cou n'était pas suffisamment épaisse. Enfin, elle n'était pas suffisamment épaisse pour amortir la force des coups portés par Osilik. Voilà un forgeron qui allait se faire tuer lorsque l'on découvrirait son incompétence.

Après avoir fait tomber les 4 premiers sans être inquiété par les lances que les soldats tenaient maintenant à bout de bras, Osilik se donna le défit de trouver une nouvelle faille dans la conception de leur armure pour chaque nouveau milicien tué. Cependant, il devait garder en mémoire le danger couru par Lakkak. Même en faisant vite, il découvrit une faiblesse dans les plaques de métal recouvrant le bas du dos, la troisième côte, l'œil droit, le poumon droit… le poumon gauche ainsi qu'au niveau du front. Finalement, leur armure n'était pas si solide.

Osilik retira avec fierté son glaive du front de son dernier opposant. Cependant, une série de cris d'oiseau annoncèrent l'arriver d'un nouveau danger. Une harpy de pierre sortait de la porte dimensionnelle.

-Cela aurait pu être pire, se dit Osilik.

Cependant, la harpy de pierre fut suivi d'une autre, encore d'une… En tout, 6 harpy de pierre se présentaient devant Osilik. Il devait les empêcher de l'entourer, il serait ainsi submergé d'un nombre trop important d'attaques et il ne pourrait pas luter de façon effective.

Les oiseaux tardaient à donner l'assaut. Ils prenaient quelques moments pour parader de façon hautaine en regardant avec dépit et condescendance l'être qu'ils allaient bientôt dévorer. Osilik n'attendit cependant pas que les harpy finissent leur toilette avant d'entamer le combat. Dès que l'une d'elle s'éloigna un peu du reste du groupe, il la chargea. Il mitraillait le canaris de pierre autant avec son épée qu'avec son poing. Le solide gantelet du guerrier ainsi que sa grande force eurent tôt fait d'assommer la créature qui fut ensuite éventrée par la lame.

Cet assaut surprise remit de l'ordre chez les autres Harpy de pierre qui se ruèrent sur Osilik pour venger leur sœur. Malgré ses efforts, Osilik fut submergé par le nombre trop important d'adversaires. Il concentrait toutes ses énergies à dévier la totalité des attaques venant en sa direction en tentant de se déplacer pour éviter d'avoir les 5 harpy sur le dos en même temps. Il parvenait parfois à donner un petit coup d'épée ou alors une charge avec son poing, cependant il ne voulait pas risquer de perdre pied car, une fois sur le dos, il ne se relèverait jamais. Il aurait bien aimé, à ce moment précis, ne pas avoir perdu son bouclier dans la bataille de Ciceron. Les oiseaux n'auraient pas fait vieux os pour sûr.

À force d'efforts, Osilik eu la possibilité de se dégager et de s'enfoncer plus loin dans le corridor. Les harpy tentèrent toutes de le suivrent, mais elles s'entre choquèrent en voulant toutes passer les unes devant les autres. La première à se dégager fut une cible facile.

Au corps à corps contre un seul de ces oiseaux, le chevalier dominait parfaitement la situation. Deux charges d'épée à la tête du canari furent plus que suffisantes pour faire taire pour toujours ses odieux jacassements. Osilik se dirigea ensuite vers une autre harpy à qui il avait pu porter quelques attaques mordantes durant sa défense totale. Il l'acheva en vitesse pour se retrouver devant seulement trois opposants. C'était déjà bien, mais il avait encore beaucoup à faire.

Le chevalier décida de prendre davantage de risques pour accélérer la mort des oiseaux. Chaque moment ici pouvait signifier la mort de Maazel ou Lakkak. Les fentes dans l'armure d'Osilik furent agrandies par bon nombre de coups puissants provenant des Harpy, cependant chacune des attaques du guerrier percutaient violemment les canaris. Une fois qu'une d'elle tomba, raide morte, empalée par la lame d'Osilik, les deux dernières n'avaient plus aucune chance. Le guerrier eut vite fait de les mettre à mort.

Osilik, content de sa victoire, passa sa main au travers d'une ouverture maintenant béante de son armure. Son squelette avait été solidement touché et Osilik fut forcé de replacer certaines de ses côtes. L'une d'elles fut même complètement fendue ce qui le fit grimacer.

La porte dimensionnelle s'agrandissait. D'abord intrigué, Osilik se rapprocha. Une patte d'oiseau, format géant, apparue. Ensuite, une énorme corps d'oiseau, au moins 10 fois la grandeur des plus grosses harpy qu'Osilik avait pu voir.

Il faisait face à une immondice, on aurait dit qu'il s'agissait en fait d'un Phoenix. L'oiseau déploya ses ailes laissant percevoir toute sa prestance. Son corps étaient d'un jaune plus éblouissant que le soleil. L'extrémité de ses ailes était teinté de rouge. Il avait un bec pointu et effilé à l'extrême. Sur sa tête, une richissime couronne reposait. Une "Reine Phoenix", voilà qui n'augurait rien de bon. Le chevalier pouvait ressentir toute la chaleur qui se dégageait du corps de la bête.

L'oiseau légendaire poussa un lourd cri. Immédiatement, un tremblement de terre ébranla la mine. Osilik eut de la difficulté à rester sur ses jambes. Il s'ennuyait vraiment, de son bouclier. Le chevalier se recula à quelques mètres de la créature pour l'examiner. Cependant, au lieu de se porter à l'attaque, la reine Phoenix resta là. La couronne s'illumina quelque peu puis une violente boule de flamme tomba sur le chevalier.

Ce dernier fut un peu ébranlé par le choc, mais la magie utilisée pour créer le feu n'était pas suffisamment puissante pour vaincre la résistance d'Osilik. Surprise que son sortilège ne face aucun effet, le Phoenix envoya ensuite une immense salve de feu qui toucha le guerrier de plein fouet. Les os du chevalier furent noircis par l'incroyable chaleur. Osilik fit mine de rien, comme si le second sortilège n'avait pas non plus eut d'effet.

Peu contente du résultat, la reine se mit à courir sur quelques mètres, puis elle décolla en vol plané. Le plafond n'était pas très haut ce qui limitait grandement la capacité de vol de la créature, cependant, celle-ci put prendre suffisamment de vitesse pour charger le chevalier avec succès. Le dangereux bec de l'animal perfora l'armure d'Osilik. bord en bord au niveau de la cage thoracique. Les côtes du Molrh volèrent en éclats et sa colonne vertébrale fut presque sectionnée.

Sous la puissance de l'impact, le guerrier fut repoussé près de 10 mètres plus loin. Osilik atterrit durement contre le sol, il tenta de se relever, mais son squelette avait été entièrement brisé par l'attaque et l'impact. Il ne pouvait plus bouger. L'oiseau s'avança et plaça une de ses lourdes pattes sur le dos d'Osilik. Les pieds du Phoenix étaient presque aussi grand que le corps du chevalier. Il s'en dégageait une chaleur incroyable qui réduirait rapidement en cendre les os du guerrier. L'oiseau mettait tout son poids sur sa jambe dans le but d'écraser son adversaire. Sous l'énorme pression, l'armure d'Osilik, déjà très amochée, commença à se fendre bruyamment. S'il avait été un Lansfal, il aurait été étouffé sous le poids de la bête.

Vilaine avait été Maazel de gaspiller la poudre de guérison. Osilik devait désespérément trouver un moyen pour soigner ses profondes blessures, sans quoi il serait complètement incapable de marcher ou même se tenir debout. Il posa son regard sur l'anneau que Lakkak lui avait donné. En effet, il y a déjà plusieurs années, le nécromancien avait fait un gage de confiance en lui remettant une puissante bague. À l'aide de l'anneau, Osilik pouvait faire appelle à la puissance magique de Lakkak, aux sorts de cercles mineur de celui-ci. Il ne l'utilisait jamais car cela drainait de l'énergie à Lakkak. En utilisant le pouvoir de la bague, il pourrait invoquer la magie du père de Molrh et l'utiliser pour soigner ses blessures. Cependant, si Lakkak était en danger dans la salle de l'artéfact, la baisse d'énergie imprévue pourrait lui être fatale.

Le Phoenix retira sa lourde patte de sur le dos de guerrier. Osilik n'avait que quelques secondes pour agir avant de recevoir le bec de l'animal au travers de son heaume. Il frotta l'anneau et se concentra pour demander la magie guérisseuse de Lakkak. Son corps fut entouré d'un aura rouge. Ses os se remettaient en place, il allait retrouver sa motricité.

D'un bond, Osilik esquiva la gueule du Phoenix, puis d'un rapide mouvement il empêcha la patte de la créature de l'assommer. Le guerrier commença à courir. Il devait faire une retraite stratégique en se retranchant dans un environnement plus favorable à sa victoire. Il se dirigeait vers le poste de garde qu'avait érigé les Lansfals pour protéger la mine d'or devant les attaques Halfling.

Il entra dans l'enceinte du poste Lansfal et se dépêcha de refermer le porte fer. Il savait que celle-ci n'arrêterait pas le Phoenix longtemps. Il inspecta rapidement les alentours à la recherche d'arme susceptible d'aider à blesser le monstre. Il croisa du regard les machines de guerre laissées là. Deux énormes balistes étaient pointées vers la porte. Elles n'étaient pas chargées, mais des caisses tout prêt donnaient l'espoir à Osilik qu'il reste quelques munitions en réserve. Il se dépêcha de faire éclater les boîtes de bois. Il eut la délicieuse vision de découvrir deux harpons non utilisés.

Il fallait généralement 3 hommes pour manœuvrer la machine de guerre. Osilik serait cependant capable de les faire fonctionner seul. Il inséra les harpons dans les deux balistes, puis il ajusta leur angle. Il entendait les pas de la reine Pheonix qui commença bientôt à marteler la porte de son bec. L'oiseau n'eut pas de difficultés à faire tomber son obstacle. Les larges pentures métalliques se sont tordus et la porte s'affaissa. Osilik tourna la première baliste quelque peu puis déclencha la détente. Le harpon se dirigea directement dans le vendre de l'oiseau.

Sans attendre, il pousse un peu la deuxième machine puis il tire le deuxième harpon qui se loge dans la tête du Phoenix. Celui-ci vacille, affecté par le choc imprévu. Il est cependant en mesure d'enlever les harpons avec des coups d'ailes pour continuer sa course vers le guerrier.

Osilik regarda par terre en inspectant les cadavres de la guerre Lansfal / Hafling. Il voulait se trouver une épée et un bouclier. Il pourrait ensuite faire face au Phoenix et concentrer ses coups dans les larges blessures qu'il venait de causer.

Il plongea à sa droite pour s'emparer des armes du cadavre d'un soldat Lansfal. Osilik se retourna pour faire face à l'oiseau. Les coupures creusées par les harpons étaient disparues… déjà. L'organisme de la reine Phoenix les avaient complètement cicatrisées et la créature s'était entièrement remis des inconforts de ses blessures. Osilik n'avait jamais vue un être régénérer aussi rapidement, il avait déjà vaincu de simples Phoenix, mais c'est la première fois qu'il voyait une reine. Il se sentait quelque peu désemparé surtout que le premier coup de bec de la bête fut suffisant pour réduire son nouveau bouclier en cendre.

Un nouveau changement de tactique s'imposait. Le Molrh se dirigea vers les tunnels qu'avaient creusé les Hafling pour assiéger le poste Lansfal. D'une hauteur d'environ 50 à 75 centimètre, les trous n'étaient pas assez grand pour permettre à la reine d'y poursuivre Osilik. Ce dernier courra donc à l'abri, il attrapa un arc ainsi qu'un carquois de flèche, qu'un archer mort avait oublié sur le champ de bataille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zalhaxa, Mortanyss

avatar

Nombre de messages : 2221
Age : 29
Date d'inscription : 28/11/2007

MessageSujet: Re: Recherche d'un écrit : Les géoles de cilia   Sam 16 Fév - 2:47

Une fois recroquevillé dans un tunnel choisi au hasard, Osilik banda son arc. Une flèche fendit l'air pour se loger directement dans un œil de la bête. Le cris de douleur du Pheonix provoqua un tremblement de terre. De la poussière de roche se détacha du toit du petit tunnel. N'étant pas capable de rejoindre son ennemi, le Phoenix commença à crier à répétition. Chaque cri provoquait un séisme… chaque séisme endommageait les fondations des tunnels Halfling. De larges fissures étaient apparues et il devenait clair que le tout allait s'effondrer.

Cette situation plaça Osilik devant un choix bien difficile. Soit il s'échappait dans les tunnels Halflings en espérant en trouver la sortie avant que les fondations ne lâchent et qu'il se face écraser sous des tonnes de pierre. Ou alors, il retourne dans le poste de garde faire face à la reine, chez qui il n'avait pas pu trouver de faiblesses. Osilik se trouvait en meilleur posture alors qu'il se faisait ruer de coup par le Khortis… Du même coup, il se demanda pourquoi le destin le poussait à affronter seul, toutes les créatures invulnérables.

Le chevalier décida de s'enfoncer dans les tunnels. Les hurlements de la reine Pheonix ne cessaient pas. À tout moment les murs vibraient, des roches se détachaient du plafond et de la poussière s'élevait dans les airs. Après avoir rampé pendant quelques instants, Osilik entendis un bruit de fracas. Il y avait eu un éboulis… certains tunnels avaient été complètement aplati et celui dans lequel était Osilik serait lui aussi bientôt impraticable.

Un reflet verdâtre attira le regard d'Osilik. Une lumière s'échappait de l'extrémité du tunnel. Le chevalier s'y rend rapidement. Il s'agissait d'une parois fissurée d'où émanait de la lumière, c'était peut-être une sortie. Le guerrier donna des coups de poing pour agrandir la fissure, puis il sauta vers la lueur verte. Il fit une chute de plusieurs mètres pour atterrir dans un bassin d'eau. Autour de lui, il entendait les rugissements de la pierre qui s'entrechoquait. Les tunnels Halfling avaient été remplis par les éboulis pierre. Heureusement, le nouveau couloir dans lequel il s'était retrouvé semblait avoir survécu.



Chapitre 6, Partie 2

Lakkak avait pénétré dans le téléporteur en premier. Il fut envoyé dans une immense salle de forme rectangulaire. Tous les murs, le plancher et le plafond était fait de marbre blanc. Cinq gigantesques statues de pierre étaient regroupés en cercle au milieu de la pièce. Il s'agissait de représentations de Minotaures géants munis de gargantuesque marteau de guerre. Le nécromant était déjà convaincu que ces statues allaient, tôt ou tard, prendre vie. Au milieu de leur front, les créatures avaient des diamants.

Au fond de la pièce, il y avait un socle de marbre sur lequel était déposé un médaillon. La corde du pendentif était en fait un amas de petits billes de rock collées les unes aux autres. La pierre centrale du collier était en forme de grand cercle. Un visage y était gravé. Lakkak était trop loin pour distinguer avec précision les traits exacts du portrait, cependant, une voix en émanait.

En effet, la pierre centrale était un écran et le visage gravé semblait pouvoir bouger et parler. Il entonnait une genre de comptine. C'est à ce moment que Maazel et Alexander apparurent à leur tour. Le médaillon récitait un poème avec conviction.

"Le grand guerrier était de glace
Car il devait bientôt affronter la mort
En combattant le bourreau du village
Qui allait lui absoudre ses pêchers

Pour son dernier voyage il était fort dépourvu
Car de ses armes et pouvoirs on l’avait dépouillé
Il fit donc sa dernière marche
Sans aucunes chance d’être accompagné par la vie

Il s’agenouilla devant son rédempteur
Sur son chemin une foule s’était massée
On l’injuriait, lui crachait au visage
Pour ajouter du poids à son humiliation

Le bourreau crispait ses doigts sur une lourde hache
Bien déterminer à le faire trépasser
Mais alors que l’arme transperçait sa chaire
Le guerrier s’était déjà élevé dans les airs, pour se voir mourir"

À l'instant où le médaillon termina la dernière phrase, les 5 Minotaures géants commencèrent à se mouvoir en brandissant les marteaux de guerre vers les visiteurs. Xander tente d'user de télékinésie pour attirer l'artéfact jusqu'à lui et ainsi éviter le combat contre les golem cornus. Cependant, l'énergie de son sortilège se dissipa à quelques pieds du socle.

-Qui a-t-il, demanda la Liche vers Lakkak.

-Elle doit être protégée par un mur énergétique, proposa Lakkak. La force du mur doit reposer dans les diamants situés dans front de chaque statue. Seule une personne capable mettre l'ensemble des golems à mort pourra approcher l'artéfact.

-Nazamo lui-même devrait les tuer pour récupérer son bien ?, demanda Xander.

-Je crois que cette discussion peut attendre, coupa Maazel en sortant sa lame.

Le médaillon avait recommencé à réciter son poème : "Le grand guerrier était de glace…"

Maazel se lança vers les statues, les Minotaures étaient lourds et se déplaçaient lentement. La vampire bougeait avec une telle rapidité qu'elle pouvait aisément donner deux ou trois coups de glaive, esquiver les marteaux ennemies et se reporter à l'attaque sans même être inquiétée. Elle savait bien que ses coups dans la pierre n'avaient que peu d'effet, surtout que les Minotaures étaient si grand qu'elle avait de la difficulté à les atteindre plus haut que les cuisses. Cependant, elle attirait leur attention pour permettre à son père et à Xander de les massacrer avec leur sortilège.


- KAL VAS XEN CORP EM

Un élémental de sang avait fait son apparition devant le nécromancien pour le protéger. Le nécromant avait utilisé un peu de son propre sang pour conjurer la bête. Lakkak lui désigna deux cibles pour qu'il enlève un peu à la charge de Maazel qui allait finir par se prendre un marteau au visage à force de tourner autour des statues.

La liche faisait déferler de lourdes éclaires sur ses ennemies. Elle allait tranquillement pouvoir les fissurer et les neutraliser. Lakkak tenta à son tour d'évoquer un maléfice, cependant, il perdit le contrôle sur son sortilège. D'abord curieux, le nécromant compris qu'Osilik venait de faire appelle à sa magie. Il ne s'était pas aperçu que son chef de légion n'était pas dans la pièce avec eux. Quelque chose l'avait retenu à l'extérieur, quelque chose d'assez fort pour le forcer à utiliser les sorts de Lakkak pour se défendre.

"… Le guerrier s’était déjà élevé dans les airs, pour se voir mourir""

Le pendentif venait de terminer son poème. Immédiatement, d'immenses blocs pierres commencèrent à déferler sur les Morlhs, on aurait dit de petites météorites. Lakkak se plaça à l'abri à proximité de son élémental de sang qui lui servit d'écran. Maazel, quand à elle, repérait les météorites et les évitait avec grâce et dextérité. Elle ne fut même pas touchée par les éclats provoqués par le choc des pierres contre le sol. Elle utilisa même une météorite comme tremplin ; elle sauta dessus pour se donner la hauteur nécessaire d'atteindre la tête d'un Minotaure. Trois coups de lame furent suffisants pour fendre la tête de la créature qui s'écroula sur le sol. La vampire fit un atterrissage parfait retombant sur la pointe de ses pieds et repartant à l'attaque aussi vite.

Étrangement, les météorites évitaient les Minotaures. Ce ne fut pas le cas pour Xander. Il tenta bien de se mettre à l'abri, mais il fut heurter par un énorme projectile. Presque assommé il tomba par terre, en perdant le rituel qu'il était en train d'exécuter. À peine avait-il repris ses sens qu'il remarqua l'arrivée d'un golem qui, tout près, allait lui rabattre son marteau au visage. La liche se recula de deux pas pour éviter le coup, cependant, sans s'en rendre compte, Xander mit le pied dans le téléporteur de retour, et fut renvoyé à l'extérieur de la pièce.

Surpris, il se retrouva, par terre, dans la mine. Il voulait revenir dans la pièce de marbre, cependant une force le reteint. Il remarqua, tout prêt, une porte dimensionnelle ouverte. Un cris d'oiseau strident au loin provoqua un tremblement de terre. Les vibrations étaient si forte que Xander perdit pied et tomba.

Une guerrière apparue au travers de la porte dimensionnelle. C'était la silhouette d'Évanka, accompagnée de 3 soldats qui entourèrent le Liche, la maîtrisèrent et la ligotèrent. Le Molrh fut incapable de se défendre. Prisonnier, on l'apporta au travers de la porte dimensionnelle… dans le domaine de Nazamo.

Dans la pièce le combat se poursuivait de plus belle. Lakkak tenta sans succès de désenchanter la magie qui animait les statues. L'élémental de sang s'était débarrassé d'un des Minotaures, pendant que Maazel s'amusait toujours à courir partout dans la salle.

"…Le guerrier s’était déjà élevé dans les airs, pour se voir mourir"


Tous se tenaient prêt à recevoir une malédiction provenant du médaillon. Cependant, au lieu d'une nouvelle attaque météorique, c'est un nouveau Minotaure qui fut conjuré. Avec les deux préalablement tués, cela faisait encore 4 de ces statues toujours en vie. Certainement que le médaillon allait choisir de faire apparaître un nouveau golem à chacun de ses récitals. Les Molrhs devaient tous les mettre à terre avant d'épuiser la totalité de leur énergie physique et magique. Une fois qu'il y aurait 8 ou 9 Minotaures dans la pièce, il serait difficile de s'en débarrasser. Surtout que l'élémental de sang, au prise avec deux adversaires, avait fini par se faire décimer.

-Vient derrière moi Maazel, cria Lakkak en commençant une incantation.

La vampire savait qu'elle se devait d'obtempérer au plus vite, sinon sa sécurité serait mise en péril.

-KAL DES HUR CORP

Maazel se colla à son père, elle connaissait bien ce sortilège. Un pluie commença à s'abattre partout dans la pièce sauf sur Lakkak et à 40 centimètres de rayon autour de lui. Ce n'était pas des gouttes qui tombait mais plutôt des parties d'os en forme d'aiguille qui, très pointues, déferlaient sur les Minotaures à plus de 500 kilomètres à l'heure. Chaque petite aiguille osseuse passait complètement au travers du corps des statues. La pluie était très nourri, si bien que les golems furent pénétrés par des milliers d'os. Les Minotaures s'effritèrent et se désintégrèrent presque. Il n'en restait plus que des tous petits cailloux sans vie.

Les 4 dernières statues mortes, le champ de force avait disparu. Maazel voulu se rendre au socle pour prendre possession de l'artéfact, cependant :

"…Le guerrier s’était déjà élevé dans les airs, pour se voir mourir"

Un énorme mur de pierre apparu devant le socle. Maazel, à la course, eut juste le temps de freiner son élan pour ne pas se fracasser le crâne sur la pierre. Le mur conjuré avait plus de deux mètres d'épaisseur, il serait donc très long de passer au travers en creusant, de plus, le médaillon avait recommencé à réciter son poème.

Lakkak savait qu'il n'aurait pas le temps de faire le rite d'un nouveau sortilège, et il ne savait pas ce que le pendentif leur réserverait après ses vers. Il utilisa donc son bâton. Le crâne à l'extrémité du gourdin s'illumina. Lakkak fit tournoyer son arme et l'envoya directement dans le mur. Trois âmes furent utilisées par Lakkak pour amplifier de façon démesurée l'effet du coup contre la parois. On aurait dit que les âmes sortaient du crâne et pénétraient le muret pour le faire éclater.

La dernière protection du pendentif tomba en cendres. Maazel poursuivi donc son chemin et s'empara de l'artéfact juste avant qu'il n'entame le dernier vers. Au moment où la main de la vampire touche le médaillon, celui-ci arrête de chanter. Elle lance son acquisition vers Lakkak qui l'examine quelques instants, puis l'enfile autour de son coup.

Un premier artéfact avait été retiré de son socle. Nazamo allait sentir sa puissance baissée ce qui allait, pour sûr, l'inquiéter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zalhaxa, Mortanyss

avatar

Nombre de messages : 2221
Age : 29
Date d'inscription : 28/11/2007

MessageSujet: Re: Recherche d'un écrit : Les géoles de cilia   Sam 16 Fév - 2:48

Chapitre 6, Derniere Partie

Lakkak et Maazel ressortirent de la pièce de marbre en empruntant le téléporteur. De retour dans les conduits de la mine, ils s'attendaient à revoir Osilik, espérant savoir pourquoi il n'avait pu les suivre à l'assaut de l'artéfact. Le guerrier n'était cependant pas là, pas plus que Xander qui avait disparu. Maazel se souvenait avoir vu la Liche sortir de la pièce pour éviter un coup de marteau d'un Minotaure.

À une centaine de mètres, il y avait quatre oiseaux de pierre qui attendaient Maazel et son père. Lakkak voyait les corps des 10 soldats qu'Osilik avait massacré ainsi que les restes de 6 harpy de pierre mortes aux mains du guerrier. Le chevalier ne devait pas être très loin, il était grand temps de lui venir en aide. Maazel s'élança vers les 4 harpy de pierre pendant que Lakkak conjurait un élémental de sang pour aider la vampire au corps à corps.

Le nécromant savait que sa fille et l'élémental serait amplement en mesure de détruire leurs opposants. Dans l'appréhension de plus grand péril, Lakkak voulait conserver son énergie et resta à l'écart du combat.

-C'est un beau médaillon que vous portez là.

Lakkak tourna la tête. Il aperçu Nathan qui volait tout près de lui. Le diable était apparu de nul part. Il avait dû se tenir là, invisible tout ce temps pour observer les Molrhs. Nahtan envoya la pointe de sa queue au travers de la gorge de Lakkak. Le cou du nécromancien fut entaillé profondément du haut de la nuque au bas de la gorge. Un large filet de sang défila. Nathan en profita pour attraper le médaillon et l'arracher à Lakkak. Le père de Molrhs tomba à genou, il ne ressentait même plus de douleur au niveau de sa blessure. Il savait que s'il ne trouvait pas très vite un bandage, il se viderait de son sang.

Nathan, content d'avoir récupéré le pendentif, envoya le tranchant de sa queue sur le poignet de Lakkak. Il lui trancha presque la main le forçant à lâcher son bâton. L'imp s'emparer du gourdin de Lakkak puis il leva les yeux vers Maazel. Cette dernière avait poussé un cri en voyant son père en mauvaise posture. Elle avait lancé sa dague en direction de Nathan et elle courait à la rescousse pendant que l'élémental de sang brisait la nuque à la dernière harpy de pierre.

Le petit diable avait vite fait de disparaître dans la porte dimensionnelle pour se mettre à l'abri avec le médaillon et le bâton. Lakkak vit la porte s'ouvrir et Nathan entré à l'intérieur. Il savait que d'autres hommes de Nazamo pourraient sortir de là pour les achever. Il se leva difficilement et prononça à demi-mot les paroles pour désenchanter la porte dimensionnelle. Le sortilège lancé, confiant que les agresseurs ne pourraient plus se sortir de là, il s'écroula dans les bras de Maazel. La vampire avait vite fait de déchirer sa cape pour en faire des garrots. Elle devait arrêter les saignements. Une chance qu'Osilik n'était pas là car il aurait, pour sûr, reparler de la poudre guérisseuse gaspillée inutilement plus tôt.

Des bruits de pas lourds se dirigeaient vers eux. La gigantesque ombre de la reine Phoenix était apparue sur le sol. La créature poussa un hurlement. Immédiatement le sol se mit à trembler. Pour protéger Lakkak, l'élémental de sang se dirigea vers l'oiseau. Maazel regardait avec intérêt le combat, espérant que l'élémental aurait le dessus… ce qui était peu probable.

Avant même de se rendre au corps à corps avec le Phoenix, l'élémental avait reçu 2 salve de feu sur la tête. Le bec et les griffes de la reine portèrent les coups fatals.

Lakkak respirait difficilement, son bras était complètement paralysé, et il voulait limiter le plus possible ses mouvements pour réduire les saignements. Maazel avait son épée en main et faisait face au Phoenix. Elle se doutait bien que cet oiseau expliquait la disparition d'Osilik. Si la bête avait vaincu le chevalier et qu'elle n'était même pas blessée, la vampire n'avait aucune chance.

La fuite aurait été possible, mais jamais en traînant le corps de Lakkak. Maazel aurait abandonné n'importe qui d'autre à une mort certaine, mais pas son père. Si elle n'avait aucune idée de comment sauvé celui-ci, elle allait au moins protéger son Lakkak du mieux qu'elle pourrait. Deux boules de flamme ne la firent pas changer d'avis et elle se lança sur l'oiseau.

D'abord surpris par la rapidité de la vampire, le Phoenix fut capable d'heurter Maazel de plein fouet avait une de ses pâtes. Une fois la Molrh projetée contre le sol, elle devenait une cible facile. Sans pouvoir se relever, Maazel reçue le bec de la reine au travers du corps. La vampire savait qu'elle était en grand danger, cependant, un second coup de bec vint faire taire définitivement les craintes de Maazel qui expia.

Lakkak ressent la mort de sa fille. En effet, lorsqu'il créait ses Molrhs, il envoyait un peu de son énergie en eux. Cela l'aidait à suivre ses fils et les fortifier. Lorsque l'un de ses Molrhs mourraient, Lakkak récupérait l'énergie qu'il leur avait donné.

C'est dans le corps de sa fille qu'il avait sacrifié le plus de sa force vitale, ainsi, à la mort de celle-ci, les influx qui reviennent vers lui sont très importants. Sans pouvoir soigner ses blessures, Lakkak pu tout de même se relever pour faire face au Phoenix avant qu'il ne subisse à son tour le coup de grâce. La force qu'il avait reçu de sa fille ne lui permettrait d'exécuter qu'un seul sortilège. Il devait donc s'assurer que ce sort tuerait la reine Phoenix. Cependant, il devait aussi faire quelque chose pour refermer les profondes coupures à sa gorge avant de perdre le peu de sang qui lui restait.

-Ort Rel Ort Sanct Corp

Lakkak posa sa main sur une des pattes du Phoenix. Les doigts du nécromancien commencèrent immédiatement à agir comme des aspirateurs d'âme. La force vital de la créature était projeté en dehors de son corps pour être récupérer par Lakkak. Utilisant cette force de façon régénératrice, les blessures du magicien se refermaient rapidement. La reine paniqua et voulu frapper Lakkak pour rompre le lien. La succion entre la main et la patte était cependant trop forte. Le père de Molrhs recevait les coups de bec, cependant, il volait l'énergie vital de l'oiseau pour soigner les nouvelles blessures.

Voyant ses attaques inefficaces, la reine tenta de fuir. Lakkak était cependant collé sur elle et ni son envol, ses coups ou sa course n'arrivait à la dégager. Le corps de la reine se décomposa finalement, toute la force vitale ayant été mangé par le nécromant. Même l'intense chaleur que dégageait la créature avait été éteinte. Le sortilège n'était cependant pas de tout repos. Le trait de visage de Lakkak avait pris de l'âge. On aurait dit que le magicien avait vieillit de 20 ou 30 ans en quelques secondes. Cependant, les coupures au niveau de son poignet et de sa gorge étaient totalement disparues.

Avec le trop plein d'énergie reçu de l'oiseau, Lakkak pu se diriger vers le cadavre de Maazel. Le corps de sa fille avait été amoché, mais son esprit ne devait pas être aller bien loin. Il serra la main de la vampire et lui injecta une vibration guérisseuse. Les trous béants provoqués par le bec de la reine se refermèrent, puis, la vampire commença à bouger. Les sortilèges de résurrections étaient eux aussi très éprouvants. Quelques années de plus ridèrent les traits de Lakkak.

-Partons d'ici, s'exclama Lakkak, elle ne faudrait pas qu'un autre de ses êtres viennent s'en prendre à nous.

Maazel aida son père à se relever. Malgré le sentiment étrange de l'âme sortant de son corps, elle se sentait bien. Un peu engourdie dans ses premiers mouvements, elle avait eu de la chance que son père puisse se défaire de la créature, sinon leur corps auraient été dévoré et leur âme perdu à jamais. Lakkak s'appuya sur elle et ils quittèrent la mine Lansfal au plus vite. Il ne retrouvèrent pas de traces d'Osilik, mais Lakkak n'avait pas senti le pincement que la mort d'un de ses Molrhs aurait provoqué, il se disait donc qu'il était encore en vie… Il serait capable de s'en sortir sans eux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zalhaxa, Mortanyss

avatar

Nombre de messages : 2221
Age : 29
Date d'inscription : 28/11/2007

MessageSujet: Re: Recherche d'un écrit : Les géoles de cilia   Sam 16 Fév - 2:49

Chapitre 7

La reine Phoenix avait été vaincue. Tous dans la salle du trône regardaient la scène au travers d'un miroir servant habituellement à surveiller l'entrée du téléporteur conduisant à la salle de marbre. La mort de l'ensemble des Molrhs semblait pourtant certaine. Nul ne savait comment le nécromancien avait pu se relever des blessures infligées par Nathan. Maazel et Lakkak s'éloignaient dans le couloir, on allait bientôt les perdre de vue. Le petit socle permettant à la porte dimensionnelle de s'ouvrir avait été désenchanté. Cette porte servait de raccourci pour se rendre au premier artéfact à partir du château du démon.

Nazamo était bouchée bée sur son siège. Il ruminait des jurons dans sa langue natale. Ses collaborateurs croyaient qu'il s'agissait de syllabes magiques et on craint, l'espace d'un moment, que le Balron ne veuille s'en prendre à eux pour venger la perte de sa créature.

-Il était sans faille ce plan, grogna enfin Nazamo à l'endroit de Nathan. Ils ont mis à mort ma bête la plus précieuse, ils ont volé mon artéfact et sont encore tous en vie.

-Cet artéfact ? , demanda Nathan en brandissant le médaillon.

Il l'avait arraché si vite au cou de Lakkak que peu l'avait remarqué. Le petit imp déposa aussi le bâton volé au nécromancien.

-Ils sont divisés, épuisés, leur Maître a perdu son puissant gourdin et nous avons toujours votre artefact, dit Nathan. De plus, cette bataille nous a bien démontré que nous avions sous-estimé la puissance de ce Lansfal. Peut-être que si vous y seriez allé vous-même sans vous méfier, il vous aurait réservé une bien désagréable surprise.

-Nous avons aussi ce prisonnier, dit Évanka en désignant la liche qui était ligotée.

-Amenez-la et voyez ce qu'elle peut vous apprendre sur nos visiteurs, ordonna Nazamo. Nathan, vous prenez le contrôle pendant quelques temps, je vais de ce pas remplacer la perte du Phoenix. Il faisait longtemps que je voulais dompter ce Kraken de glace, il est grand temps que je m'attarde à cette quête.

-Lorsque vous partez pour dresser des bêtes, dit Nathan, vous emportez avec vous votre bâtonnait de dressage. Cet article est présentement sur un de vos socles. Si vous l'enlever, votre puissance sera temporairement réduite ce qui pourrait occasionner des problèmes.

-Je serai revenu dans la soirée, dit Nazamo. J'espère qu'à mon retour j'aurai de meilleures nouvelles.

Le démon quitta la salle rapidement. Évanka s'approcha de Nathan pour recevoir les ordres de ses prochains déplacements.

-Maintenez la pression sur eux, se contenta de dire Nathan, ils doivent se sentir poursuivis et chassés. Je vais apprendre comment fonctionne le bâton de ce nécromancien. Il semble pouvoir enfermer les âmes. Une fois que je saurai l'utiliser, nous les attraperons et nous emprisonnerons leur âme, pour toujours.



Chapitre 8, Partie 1

Osilik avait atterrit dans environ 1 mètre d'eau. Le liquide était clair et limpide. La pierre au fond du bassin était d'une couleur très vive illuminant dans la noir. Les tremblement de terre cessèrent. L'ensemble des petits tunnels creusés par les Halfling avaient dû être détruit par les éboulis et tout semblait à présent stabilisé. Le guerrier se releva difficilement et regarda autour de lui. Il était dans un long corridor et des chemin s'ouvrait à gauche et à droite.

Osilik ne pouvait pas voir où les chemins menaient. Cependant, quelque chose flottait, au loin, sur le côté gauche. S'avançant avec précaution, Osilik y alla pour découvrir les restes d'un cadavre Lansfal qui flottait à la surface. Le corps était décédé des suites d'un coup d'épée au niveau du thorax. Étrangement, l'être semblait être mort depuis très longtemps sans pourtant s'être décomposé. Le chevalier décida d'aller voir de ce côté espérant en savoir davantage.

Quelques minutes de routes le conduisirent à l'entrée d'une grande palissade. On avait construit une place forte souterraine. Prêt des grilles d'entrée, d'autres corps étaient éparpillés. Il y avait eu un combat. Osilik outre passa le grillage et se dirigea vers ce qu'il croyait être la porte de la forteresse. Celle-ci avait été défoncée. Un cadavre criblé de flèches reposait sur des escaliers.

Avant d'entrée, Osilik inspecta la scène. Il pouvait distinguer deux sortes de cadavres. Certains s'étaient entièrement décomposé tandis que d'autres n'avait pas perdu leur chaire. Une inspection plus poussée démontra que les non décomposés étaient, en fait, des humanoïdes au sang noir, les corrompus de Nazamo. Tandis que les autres étaient les soldats de l'ancienne armée Lansfal. Voilà le dernier lieu où devait s'être réfugié le roi Torn avant de disparaître comme Xander l'avait raconté.

Après avoir pénétré dans l'enceinte, Osilik se retrouva dans une énorme salle, la seule qui composait le refuge. Il y avait eut une bataille. De nombreux corps jonchaient le sol, tous armées de lance, épée ou bouclier. Le guerrier en profita pour remplacer son arme qu'il avait perdu lors de sa bataille contre le Phoenix géant.

Des étagères le long des murs contenaient des rations pour plusieurs lunes, des couvertures, des lanternes et bougies. C'est ici que les soldats avaient fuit l'avance de Nazamo. Quelques hommes corrompus par le démon ont dû les suivre et engager le combat.

Un trône était au milieu de pièce, celui de Torn le Grand. Juste devant le siège royal, un corps reposait. Il s'agissait d'une immense armure de plate noire allongée sur le sol. Tout près était installé un bouclier noir avec les armoiries du roi ainsi qu'une magnifique épée. Celle-ci était composée d'un étrange alliage lui donnant une couleur rouge très foncé presque noire.

Le roi avait laissé une note sur son trône avant de mourir.


"Vaincu par l'arrivée soudaine d'un être démoniaque. Vaincu par un ennemi recrutant ses forces à même mon armée. J'ai gagné la dernière bataille en massacrant nos poursuivants, cependant, j'ai perdu mon armée, j'ai perdu mon courage, et j'ai perdu ma foi. J'aime mieux expié parmi mes derniers supporteurs que de retourner et de perdre à nouveau. Je lègue mes restes à celui qui sera digne de terminer mon combat."

L'armure qu'Osilik portait était en lambeaux. Pour une fois, il abandonna l'idée de la réparer et pensa plutôt récupérer celle laissée par le roi Lansfal. Il vérifia la solidité de la plate noire avec la pointe de son épée. Il s'agissait d'une armure magnifique qui n'était pas du tout égratignée. Le guerrier craignait toute fois qu'elle fut trop petite pour lui. Pour s'en assurer, il entreprit d'enlever l'armure à son dernier possesseur pour essayer d'abord l'heaume, puis les gantelet, le plastron et ainsi de suite.

Il ouvre la visière tranquillement. Immédiatement, une salve de vent frais s'échappa de l'armure. Osilik, avait pu humer l'air sorti de l'armure. Ce n'était pas seulement un courant d'oxygène, il y avait plus, on aurait dit qu'une âme venait de s'extirper de l'armure. L'intérieur de la plate était complètement vide. Le corps du roi Lansfal était disparu.

-Voilà celui que j'attendais, dit une voix tout prêt.

Un être s'extirpa de sa cachette. Il s'était mis à l'abri des regards d'Osilik en se cachant entre deux étagères. L'être était complètement entouré par des bandages. Il avait un glaive dans le main et s'approchait du guerrier sans rien dire.

-Qui es-tu, demanda Osilik et fixant le nouveau venu.

-Mais je suis Torn II, Torn Junior, le second du nom, le fils de mon père, qui d'autre. Je suis le successeur de son trône, le nouveau chef des Lansfals, le nouveau possesseur de l'armure.

-Vous êtes restés ici toutes ces années, seul?, s'interrogea Osilik.

-Je n'étais pas totalement seul, dit le fils de Torn, je vivais avec l'espoir, avec l'idée qu'un jour l'armure de mon père deviendrait mienne. Mais elle se refuse à moi. On disait que seul les grands chefs militaires pouvaient la porter. Tous les autres qui la touchent sans le consentement de l'armure et de son propriétaire son soumis à des tourments.

-Quel genre de tourment, demanda le chevalier.

Le fils de Torn retira ses nombreux bandages. Sa peau était complètement brûlée.

-J'ai tenté de la prendre avec mes mains, avec mes pieds, de l'embrasser, rien à faire, dit le Lansfal. J'étais toujours victime de ses brûles, de ses feux. Je me suis dis qu'elle ne devait pas me considérer comme un véritable chef militaire alors je me suis entraîné au combat, jour et nuit pendant tant d'années. Je me suis promis que lorsque quelqu'un viendrait et qu'il serait assez "chef militaire" pour lui toucher, je le prendrais en duel pour démontrer ma véritable valeur. Et je vous ai vu mettre la main sur le casque et ouvrir la visière, votre gantelet n'a pas fondu, votre main n'a pas brûlée. L'armure vous considère… Elle me considèrera lorsque je vous aurez tué.

Le fils de Torn brandissait son épée devant Osilik. Combattre seul pendant tous ces années avait pu l'aider à obtenir une certaine habilité, mais rien ne pouvait égaler la force tirée de l'expérience du vrai combat. Si le fils du roi se butait à vouloir un duel, il allait mourir bien rapidement. Osilik ne fut cependant pas capable de convaincre son opposant de revenir sur ses positions.

Le Molrh laissa l'initiative et l'avantage de quelques assauts au Lansfal. Ce dernier avait une technique de combat horrible. Il ne tenait pas son arme de la bonne façon, le désarmer serait très facile. Ses coups manquaient d'aplomb et de précision. De plus il était facile de savoir où il allait envoyé ses attaques ce qui rendait la parade facile. Cependant, le fils du roi avait toujours pensé pouvoir remplacer son père. Il était impressionné par l'armure de celui-ci et, pendant plusieurs années, il s'était imagé roi revêtant l'armure. Jamais le Lansfal ne laisserait quelqu'un d'autre partir avec son bien.

Pour posséder la plate de son père, le Lansfal s'était même laissé corrompre par Nazamo. En effet, le sang noir de l'être était une preuve indéniable. Le jeune devait avoir été le premier à se faire corrompre. Puis il donna des indications sur comment entrée dans le château et vaincre l'armée de son père. En échange, il aurait demandé l'armure. Celle-ci valorisait seulement les chefs droits, autoritaires et disciplinés, ainsi, le pauvre n'avait jamais pu la revêtir.

Une fois le duel terminé, Osilik s'en alla vers l'armure. La forme de celle-ci s'était légèrement modifié. En effet, la plate noire s'était agrandi et était maintenant de la taille du chevalier, de plus, les armoiries sur le bouclier était maintenant celles d'Osilik.

Il l'enfila donc. Cette armure serait une protection parfaite face aux attaques physiques. Le bouclier semblait lui aussi très solide et maniable. Avec ces nouvelles pièces d'équipement, le chevalier se sentait confiant de pouvoir mieux servir la cause du père des Molrhs. Une fois que la totalité des pièces furent installées, Osilik entendit un déclic. Les différentes parties s'étaient emboîtées de façon hermétique les unes dans les autres. Osilik eut le réflexe de vouloir retirer un de ses gantelet. Impossible. L'armure n'était plus qu'une seule pièce, il ne pourrait plus jamais l'enlever.

Puis, le chevalier commença à ressentir une immense chaleur sur ses os. La plate dégageait une intense brasier qui venait désintégrer le corps d'Osilik. Celui-ci sentait ses membres être réduit à néant, mais il n'avait pas peur. Bientôt, la totalité de ses os n'étaient plus. Seule son âme restait dans l'armure. Il perdit connaissance peu après que les dernières cendres de son squelette ne fussent disparues.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Recherche d'un écrit : Les géoles de cilia   

Revenir en haut Aller en bas
 
Recherche d'un écrit : Les géoles de cilia
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» PAM GENTIL CANICHE ABRICOT 9 ANS recherche fa dans le 13
» recherche amie
» recherche chien/chienne de petit poids (environ 2-3 kg)REGLE
» recherche un ami
» AVIS DE RECHERCHE !!!!! LE PASSE SIMPLE AU PASSE COMPOSE !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue à Mortancia :: Discussion Hors Rôle-Play :: Gouffre de l'Insignifiance-
Sauter vers: