Bienvenue à Mortancia

Merci de mettre ton nom conforme et d'ajouter une virgule, puis ta race. On est très chiants ici avec cette règle, surtout Xenshi.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 BG Xorth [officiel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Xorth, Mortanyss

avatar

Nombre de messages : 1712
Age : 28
Localisation : Hall of empty melody
Date d'inscription : 18/01/2007

MessageSujet: Re: BG Xorth [officiel]   Jeu 3 Déc - 14:05

Testament
Nom: inconnu
âge: inconnu
Mois: inconnu
Année: Mon ans zéro.

Les bougies n'éclairent plus
Le temps figé à cette heure.
Voici l'ode d'une vie révolue
Et la fragilité de son coeur.

Cet homme aurait souris
Sous un regard glacé
Qu'une seule fois dans sa vie,
Avec toi comme pensée.

Cet homme aurait rêvé,
Devant l'horloge qui s'est tue
Et de sa prose épuisée,
L'aiguille s'est tordue.

Cet homme aurait crié
Une année durant,
Coudre ce qui s'est déchiré
Au détour d'un coeur pesant.

Cet homme aurait pleuré,
Tous les jours de sa vie
Une croix, un cerisier
Et une femme aux yeux taris.

Cet homme c'était moi,
Il ne sera plus de la fête
Cette femme c'était toi,
Il est mort dans sa tête.

_________________
Bien sûr, j'ai vu des amours infinis finir
Et j'ai même vu mourir des immortels
Et j'ai vu des chemins qui n'menaient pas à Rome
Et j'ai cru en des dieux inventés par des homme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xorth, Mortanyss

avatar

Nombre de messages : 1712
Age : 28
Localisation : Hall of empty melody
Date d'inscription : 18/01/2007

MessageSujet: Re: BG Xorth [officiel]   Jeu 28 Jan - 21:04

Du fond de ta tombe, pourquoi tu ne m’écris pas ?

Je me suis assis à un moment précis de ma vie, sur le bord de la falaise qui s’élevait au-delà de la mer. Le soleil s’étirait à l’horizon et l’eau était violette, comme si la terre elle-même c’était entaillée le cœur et saignait. Ma main droite effleure mon visage d’une tendresse oublié et je pus constater que ma peau était vielle. Les âges s’étaient dérobés à ma poigne, je n’avais su les retenir. Entre mes doigts craqués, auront filés mes jeunes années. Je ne suis pourtant pas plus vieux qu’hier, si ce n’est que d’une ride au front, mais je sens que ma vie est épuisée, qu’elle cherche enfin à respirer. C’est ironique que d’être en vie et de vouloir vivre, mais de n’en être capable. J’aurai courus ce qu’il me restait de jambe et mes souliers ont éclatés il y a de cela quelques milliers d’années. C’est d’avoir pris le mauvais d’épart, c’est d’être parti à contretemps.

Si je regarde derrière moi, d’un œil grisâtre, oser regarder ce que j’aurai fais de ce chapitre qui m’était alloué...Voici le bilan de ma vie, que je murmure gêné à ce soleil en panne.

Mon histoire ; celle d’une étoile qui ne file pas et l’autre à côté, morte d’une nova. Mon histoire; Celle d'un poète illettré et son ami l’acteur moche. Une pluie sans personne pour critiquer sauf la fleur qui pousse à l’envers. Mon histoire; celle de plusieurs masses solaires qui s’étirent d’un trou noir. C’est l’étoile à neutron qu’on ne peut voir et ce visage qu’on voit trop. C’est un miroir qui reflète un fou. C’est deux miroirs qui éternisent notre dimension, l’un face à l’autre. C’est une prose peu soignée d’un écrivain aux rimes sans saveur ; c’est la saveur soignée d’une prose d’écrivain sans rimes…

Je glisse une main fatiguée dans la poche trouée de mon pantalon et en sort un petit bout de papier. Sur celui-ci on pouvait y lire d’une main incertaine ;

<<Ci-gît un homme dont le nom n'a que peu d'importance. Un presqu'homme qui malgré ses efforts, fut oublié en quinze secondes. On raconte qu'il aurait voulu être éternel, que ses proses épuisées gravent un millénaire ou deux, mais le temps fait bien son œuvre; qu'un vieux squelette aux os fragiles puisse en être la preuve...>>

_________________
Bien sûr, j'ai vu des amours infinis finir
Et j'ai même vu mourir des immortels
Et j'ai vu des chemins qui n'menaient pas à Rome
Et j'ai cru en des dieux inventés par des homme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xorth, Mortanyss

avatar

Nombre de messages : 1712
Age : 28
Localisation : Hall of empty melody
Date d'inscription : 18/01/2007

MessageSujet: Re: BG Xorth [officiel]   Ven 29 Jan - 19:26

Mes yeux se sont lentement évanouis à l’horizon et dans un respire de mon existence, j’ai cru sourire. Je sais, c’est idiot, le bonheur m’eut été dérobé il y a longtemps déjà. La folie doit s’emparer de moi, j’ai souris.

Mes iris, teintés de mer, étaient dirigés vers cette eau violette qui s’assombrissait lentement. Comme si les derniers rayons de soleil étaient entrainés dans les profondeurs abyssales qu’était l’éternité de ces eaux.

Ça me rend triste tu sais, d’avoir laissé un sourire percer ce qui me reste d’armure. C’est la preuve maintenant tangible que je t’oublie peu à peu. Je suis heureux, qu’elle horreur. Pardonne mon insouciance chérie, oh je fus chancelant.

D’une main fatiguée, je repousse quelques pierres pour reprendre une stature plus droite. Mes épaules sont tombantes, elles n’ont plus le courage d’enchainer les combats. Ce poids qui me ronge l’âme, qui épuise mes pensées, une lourdeur invisible, c’elle de tout un âge qui s’effrite avec les vents de la mer. Tout comme ces vielles falaises et leurs immortels combats contre ces vagues incomprises. J’aurai fais naufrage, m’échouant sur les rives de ma tête, prisonnier d’une présent trop cruel. Ma belle figure de proue s’est dissoute avec les vers et j’en mourrai…

_________________
Bien sûr, j'ai vu des amours infinis finir
Et j'ai même vu mourir des immortels
Et j'ai vu des chemins qui n'menaient pas à Rome
Et j'ai cru en des dieux inventés par des homme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xorth, Mortanyss

avatar

Nombre de messages : 1712
Age : 28
Localisation : Hall of empty melody
Date d'inscription : 18/01/2007

MessageSujet: Re: BG Xorth [officiel]   Dim 7 Fév - 19:59

Je suis maintenant rendu à un moment important de ce qui me reste de vie. Ce point pivot dans ces vagues houleuses de mon existance; disparaitre...

Je dois partir et je le sens, les arbres pèsent de plus en plus lourd et je vois leurs branches m'écraser de leurs bourgeons épuisés. Ma vie se dérobe peu à peu au creux d'un ligne trop profonde; dans cette main, viellie d'une jeunesse qu'on aurait égorgé.

Au delà de mon grisâtre regard, les vagues ont cessées cet infini mertellement, la mer devenant calme, seraine, voir morte. Le vent s'est endormi au rêve d'un départ pour ne laisser qu'un long et blanc silence. Les nuages ont prit vacance sous un ciel qui m'était inconnu. Laissant la grisaille des cieux s'étendre jusqu'à la pointe de ce trop petit monde. La terre cessa de tourner, comme si les yeux de ce même monde étaient dirigés sur la silhouaite courbée qu'était mon être. La vie avait cessé, le temps d'un instant, comme si elle m'attendais une réponse...

_________________
Bien sûr, j'ai vu des amours infinis finir
Et j'ai même vu mourir des immortels
Et j'ai vu des chemins qui n'menaient pas à Rome
Et j'ai cru en des dieux inventés par des homme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xorth, Mortanyss

avatar

Nombre de messages : 1712
Age : 28
Localisation : Hall of empty melody
Date d'inscription : 18/01/2007

MessageSujet: Re: BG Xorth [officiel]   Sam 20 Fév - 12:51

Ce jour-là j'ai disparu, ce jour-là, j'ai été descendre la vallée, à l'Ouest du rivage, en contrebas de cette vielle route oubliée. De gauche à droite, sur les flancs de ma solitude, s'égrainent quelques pics rocheux. L'air semblait y être en suspent, comme si sur la grande carte du monde, on eut oublié cet endroit. Creusé entre deux terres, berçé contre le ciel, s'étirait ce vierge plateau. J'ai suivis la parade sinueuse d'un peu d'eau de pluie qui semblait s'éteindre avant d'atteindre la côte. Les traces de ce ruisseau me menèrent à un petit lac aux formes incertaines, petit, pas plus grand qu'hier sans doute, mais vieux, très vieux. l'eau avait la sagesse d'un cadavre, celle-ci oscillait entre le mauve d'un soleil mourant et le noir d'un coeur mélancolique. Étrangement morte, cette vallée me donnait l'impression d'être en vie. Du moins, un zeste de plus que moi...Il m'eut prit quelques minutes bien comptées, pour en contourner la cîme.

Le soleil, au coin de mon oeil à demi froissé, recevait l'extrème onction par delà la cisaille des monts. Lentement je la sentait quitter l'horizon, le rendant orphelin, une fois de plus.

La pénombre avait déjà conquérit une grande partie de l'épiderme de cette valée. Seuls les sommets coupants étaient toujours peints d'orangé. Les mains derrière la tête, sur un lit de fougères, drappée d'une tige de rosier; fixant le tiède et dernier rayon de soleil s'esquiver au loin. Je fus entrainé dans les profondeurs d'un sommeil au goût d'espoir...

_________________
Bien sûr, j'ai vu des amours infinis finir
Et j'ai même vu mourir des immortels
Et j'ai vu des chemins qui n'menaient pas à Rome
Et j'ai cru en des dieux inventés par des homme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xorth, Mortanyss

avatar

Nombre de messages : 1712
Age : 28
Localisation : Hall of empty melody
Date d'inscription : 18/01/2007

MessageSujet: Re: BG Xorth [officiel]   Sam 27 Fév - 14:35

Du peu que je puisse réellement oser le dire, je ne me souviens que très peu du rêve que j'eus cette nuit là. Quelques parcelles éclatées d'une vie qu'on eut brûlée, d'un village fantôme que j'ai quitté et de ma morte femme et son amour éthéré. Entre mes cils, bat la rythme d'un volage inconscient. Laissez-moi dormir, un siècle ou deux; laisser le temps à mon coeur d'être creusé par les rides et les scillons. Laissez-moi rêver, puisqu'endormi, les maux d'amour se crispent sous le givre d'un octobre trop tôt. Que se repose mes peines sous le froid gravat de mes paupières.

Et je les vois, ces visages incongrus; d'un ami, d'un père, d'un cousin oublié. C'est pourtant impossible, j'ai toujours été seul...Les visages que j'entrevois se déforment comme d'un galet qu'on eut lancé à la hâte dans l'eau froide et calme de ma conscience. Quelqu'un ou quelque chose de plus fort que moi en avait sans doute assez. Je devais retourner marcher pieds nus, réouvrir les plaies que le rêve avait cicatrisé.

Voilà une autre douloureuse renaissance après le coma d'une nuit passer à oublier. Je suis là, toujours là, recouvert de rosier, au creux d'un tombeau de fougères. Je suis là, à ouvrir les yeux sur le couchant des ombres et l'amarage des jours. Mon iris plutôt vide examine le ciel peindre une toile d'océan. C'est comme si je pouvait voir ces navires percer les cieux, proue pointant la terre, à l'inverse d'ici. Deux mondes l'un face à l'autre. Les étoiles qui s'effacent, seraient les feux de camps que les voyageurs aux pieds troués auraient abandonnés. Ils m'observent peut-être, moi, étendu au creux de ces vallons, ton souvenir comme oreillé.

_________________
Bien sûr, j'ai vu des amours infinis finir
Et j'ai même vu mourir des immortels
Et j'ai vu des chemins qui n'menaient pas à Rome
Et j'ai cru en des dieux inventés par des homme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xorth, Mortanyss

avatar

Nombre de messages : 1712
Age : 28
Localisation : Hall of empty melody
Date d'inscription : 18/01/2007

MessageSujet: Re: BG Xorth [officiel]   Sam 6 Mar - 16:48

De retour à la vie, je passai une main entre mes cheveux en deuil d'une certaine jeunesse. En quelques jours, j'ai l'impression qu'ils ont viellit d'au moins trois vies; grisonnant ma tête d'une fatigue bien trop évidente. En fait, je crois que c'est tout mon être qui semble avoir vieillit d'un demi-ton.

Je me redresse au ralentis, examinant l'endroit où je m'étais assoupis. Courbé comme la branche d'un saule, mon dos tracera bientôt ses derniers pliés. Comme ceux d'un vieux danseur que la santé eut égaré. Mon arabesque dernier ne sera pourtant pas grandiose; je disparaîtrai côté jardin, sans une vague, dans les coulisses d'un triste destin.

Et étrangement le soleil s'est levé ce matin-là. Osera-il brûler sans moi ? Il est pourtant bien évident que le monde cessera de tourner sans moi. Il a déjà prit du retard à ta mort ma belle, il s'écroulera lorsque mes épaules ne seront plus là pour le supporter...

_________________
Bien sûr, j'ai vu des amours infinis finir
Et j'ai même vu mourir des immortels
Et j'ai vu des chemins qui n'menaient pas à Rome
Et j'ai cru en des dieux inventés par des homme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xorth, Mortanyss

avatar

Nombre de messages : 1712
Age : 28
Localisation : Hall of empty melody
Date d'inscription : 18/01/2007

MessageSujet: Re: BG Xorth [officiel]   Lun 26 Avr - 23:51

Étrangement le soleil était chaud ce matin-là, un peu comme s'il avait compris la décision que j'eus pris; de m'éffacer un moment. Ses rayons semblait étirer ma peau lentement, la rendant moins craquante, un peu moins triste. Ma silencieuse avancée me rapproche de la côte, dumoins je le crois; les vagues, de par delà les monts, semblent vouloir m'étreindre d'une sourde plainte. Lorsque je redressai mon regard, il était possible de distinguer les pics rocheux de ces massifs s'effacer doucement au lit de l'horizon. Au dessus de moi, de par ma grandeur affaisée, les feuilles de ces arbres vierges laissaient éclater la lumière en quelques centaines d'aiguilles fugaces. Pavant ma dernière marche d'un peu de magie. Il n'aurait fallu qu'une petite bouquetière et ta présence pour rendre à mes traces de pas le destin qu'elles méritent. À l'autel d'une vie trop courte, l'homme de foi m'aurait sommé de répéter ''jusqu'à ce que la mort vous sépare''. Tu vois, chérie, je n'aurai pas eu besoin de mariage pour en comprendre la signification...

_________________
Bien sûr, j'ai vu des amours infinis finir
Et j'ai même vu mourir des immortels
Et j'ai vu des chemins qui n'menaient pas à Rome
Et j'ai cru en des dieux inventés par des homme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xorth, Mortanyss

avatar

Nombre de messages : 1712
Age : 28
Localisation : Hall of empty melody
Date d'inscription : 18/01/2007

MessageSujet: Re: BG Xorth [officiel]   Ven 30 Avr - 22:50

J'ai pivoté sur la pointe de mes talons d'une poigne prise au coeur. Balayant ma vie d'un iris plutôt gris, d'un regard plutôt mort; à ton image ma belle. Quoi qu'on en dise, je n'aurai épargé l'encre sur les pages de mon histoire. Écrivant une comédie presque triste à la plume de mes larmes. Navigant entre un songe imparfait et l'avidité du vers dans ta peau. Et c'est ce matin perdu de printemps que j'ai fermé, pour un temps au temps discret, les reliures de mon angoisse, de mon époque. Et à l'image de ces jeunes poètes, maudits par l'envie d'être aimés, je ne terminerai pas mon dernier chapitre. j'aurai laissé, d'une nostalgie bien peu pesée, un peu de place à la fin; esperant qu'un jour tu l'écrive pour moi. Parce que les mots me manque sur la fin de ma vie, d'un dernier trajet souflé à cloche-pied...

_________________
Bien sûr, j'ai vu des amours infinis finir
Et j'ai même vu mourir des immortels
Et j'ai vu des chemins qui n'menaient pas à Rome
Et j'ai cru en des dieux inventés par des homme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xorth, Mortanyss

avatar

Nombre de messages : 1712
Age : 28
Localisation : Hall of empty melody
Date d'inscription : 18/01/2007

MessageSujet: Re: BG Xorth [officiel]   Dim 6 Juin - 18:41

Devant, le temps, bien malgré moi, eut peur de l'un de mes psaumes et prit la lumière en otage. Au dessus, le ciel s'était obscurcit d'un trait plutôt gras, comme s'il avait en réprimande un quelconque pêcheur. Le crépuscule s'est étendu prestement au lit de l'horizon, balayant ma vision d'un gris assez terne et d'une odeur de feuille mouilée. Tout autour, l'air était devenue aussi lourde que cent ans d'âges appuyés contre mes frêles épaules; quand les premières gouttes ont atteint l'ascencion, se fracassant sur le sol.

[...]

Être heureux, c'est sentir la pluie en verser pour soi. Être libre, c'est sentir le froid traverser sa chemise. être amoureux, c'est t'aimer encore, même après ta mort.

Mes cheveux s'y collent, embrassant mon front en recrachant l'eau qui s'y glisse. Le regard vers le ciel, les paupières mi-close, je souris. Prêter attention à la pluie, lui rendre toute sa grâce ne me coute que quelque secondes de ma vie déjà misérable; je puis me le permettre. Regardez bien la puis tomber; c'est le ciel qui perd ses étoiles. Des milliers de fragements azuré venant bercer la vie et abrever les morts dans les cimetières...Pour peu, j'aurais préféré que tu te noie. C'est beaucoup plus doux et moins baveux. D'ailleurs, je viens de me donner une idée...

_________________
Bien sûr, j'ai vu des amours infinis finir
Et j'ai même vu mourir des immortels
Et j'ai vu des chemins qui n'menaient pas à Rome
Et j'ai cru en des dieux inventés par des homme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xorth, Mortanyss

avatar

Nombre de messages : 1712
Age : 28
Localisation : Hall of empty melody
Date d'inscription : 18/01/2007

MessageSujet: Re: BG Xorth [officiel]   Dim 13 Juin - 22:01

Voici une simple histoire d'oubli,
En scène, son sourire dilué.
Un peu d'eau sur ma vie,
Et cette peur que j'eus créée

D'un franc regard sur ce passage
Je constate ma douce misère.
Que le vent tourne la page,
De ce chapitre vieux, de cette Ère.

C'est un sourire au coin,
De ces lèvres qu'on eut scellées
Je partirai, un jour prochain,
Aillieur qu'ici, un peu blessé.

Que l'aube vierge se souvienne
D'un morceau de ma peau, ma vie.
Qu'en buvant j'y parvienne,
L'eau du lac qui me détruis...

_________________
Bien sûr, j'ai vu des amours infinis finir
Et j'ai même vu mourir des immortels
Et j'ai vu des chemins qui n'menaient pas à Rome
Et j'ai cru en des dieux inventés par des homme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xorth, Mortanyss

avatar

Nombre de messages : 1712
Age : 28
Localisation : Hall of empty melody
Date d'inscription : 18/01/2007

MessageSujet: Re: BG Xorth [officiel]   Dim 29 Aoû - 10:03

Et juste avant de passer le porche, j'ai décidé de fouiller un peu mes vieux souvenirs. Que l'étrange et miséreux archéologue en moi s'engouffre dans les caves de sa tête. C'est d'ouvrir l'un de ses tirroirs scellés par l'oubli. Rien d'exaltant si ce n'est que quelques chiffons disparates, que la beauté avait en deuil. En redressant mon regard à mi-corps, j'ai vu le jeu d'échec que je t'avais froidement offert pour l'un de tes anniverssaires...

Une ligne de soldats malhabiles et usés par l'idiotie, qu'un seul cavalier, l'autre ayant déserté. Les flancs, braqués de deux tours au courage aussi éventré que leurs propres fissures dans la pierre de leur mur. Un fou interné, l'autre suicidé. Un roi toujours debout et une reine couchée. J'entends encore, aux méandres de ma tête, le bruit sourd d'un index qui pousse la reine contre l'ébène glacial de ce carrelage un peu barbare.

Sur la droite, de petites photos avec ma figure comme déchirure; j'imagine qu'à ce moment, je ne me cru pas assez digne pour partager la pelliculle avec toi. Tu sais, même morte tu me réchauffe toujours. C'est fou comme le soleil en fut jaloux; quelqu'un eut déjà rayonné plus que lui...

Tièdes sont les rayons qu'il m'envoit aujourd'hui, l'hypocrite...

J'hausse enfin mes épaules endolories par leur affaissement pour me forcer à me changer les idées. Comme les pierres de la grève, la falaise n'en a plus pour longtemps, à l'image de mon corps. Là, mon iris malade se pose alors sur une petite boîte au vert velours épuisé. Deux de mes doigts craquants l'ouvre sans trop de difficulté; crachant deux ou trois grain de poussière à qui veux bien les respirer. Dans la boîte, enfoncée dans un coussinet sans doute plus très confortable; dormait une montre de poche aux allures baroque-malade. Le bas-relief du couvercle semblait avoir été gravé d'un ongle amoureux, il y a de celà des centaines d'années. Celui-ci représentant une silhouaite que je m'imagine triste, tendre la main vers ce qui semble être la mer, ou dumoins, une étendu éternellement plat et lointain, très lointain. Et c'est en ouvrant le couvercle pour examiner les aiguilles que je fut saisi par de vieux souvenirs, s'étant cachés, sans doute par peur de décadrer.

Les fines aiguilles du cadran étaient figées à 14hrs 27 précisément...

[...]

-Regarde ma belle comme c'est beau ici !
-C'est vrai...
-On raconte que cet endroit est rempli d'histoire ! Les ruines là-bas entre-autre.
-Ah ?
-Oui ! Et puis bon, peu importe, mon histoire à moi, elle est à mes côtés...

Nous nous sommes enlacés quelques instants, l'un de ces moments où tu peux sentir le coeur de l'autre battre contre sa poitrine. Battre le contre-temps du sien. Puis, la fleur au parfum printanier brisa la silence d'une voix à mi-ton; à demi cassée.

-J'aimerais que...
-Quoi ?
-Que l'on puisse rester à ce moment, pour toujours...

Je repousse faiblement de l'une de mes paumes la femme que j'aime pour glisser ma main au fond de l'une de mes pochee; en retirant une montre que mon arrière grand-père eut oublié sur terre. Je l'examinai un court moment de l'un de mes iris hazel et pétillant. Sur le bas-relief de l'instrument, il était facile de distinguer la douce silhouaite de quelqu'un d'heureux. tendre la main vers l'espoir ! Je place mes doigts contre le mécanisme et après avoir croisé son regard, l'arrêta d'un coup sec, le sourire aux coins des lèvres. Elle me regarda un moment, intriguée.

-Qu'est ce que tu fais ?
-J'arrête le temps.
-Hm ?
-Oui, regarde ! Tu voulais garder ce moment précis pour toujours; alors j'ai arrêté le temps.

Elle me regarde, un peu émue, avec l'un de ses sourires qui vous pétille jusque dans le dos.

-Alors voilà. Le temps ma belle, s'est arrêté à....euh...14hrs, 14hrs 27. Et chaque fois poru les deux ou trois prochaines éternités, que je vais regarder ma montre; je vais penser à toi et à ce moment précis. Comme quoi il n'est pas impossible de tuer le temps. Ou dumoins, le neutraliser par la force de nos coeurs, de nos coeurs, force de, coeurs, par la force...coeurs...nos...

Je tressaille, ayant réouvert mes paupieres craquellées par l'amertume d'une seconde d'inscouciance; je replace ma montre dans le coffret moisi, qui ressemble plus à un corbillard qu'à d'autre chose. Déposant celui-ci dans le tirroir, sans grande bataille, avec une sorte de tendresse dilué par une peine étouffée. Je referme la commode sèchement, le scellant à l'oubli, pour toujours cette fois-ci.








_________________
Bien sûr, j'ai vu des amours infinis finir
Et j'ai même vu mourir des immortels
Et j'ai vu des chemins qui n'menaient pas à Rome
Et j'ai cru en des dieux inventés par des homme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xorth, Mortanyss

avatar

Nombre de messages : 1712
Age : 28
Localisation : Hall of empty melody
Date d'inscription : 18/01/2007

MessageSujet: Re: BG Xorth [officiel]   Mar 31 Aoû - 17:30

Ciel d'automne,
Le coeur coulé au marbre.
Dehors l'éclair tonne,
Je l'attends, je suis sous l'arbre.

_________________
Bien sûr, j'ai vu des amours infinis finir
Et j'ai même vu mourir des immortels
Et j'ai vu des chemins qui n'menaient pas à Rome
Et j'ai cru en des dieux inventés par des homme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xorth, Mortanyss

avatar

Nombre de messages : 1712
Age : 28
Localisation : Hall of empty melody
Date d'inscription : 18/01/2007

MessageSujet: Re: BG Xorth [officiel]   Dim 26 Sep - 22:48

Son œil, au teint du lazuli,
L’outre-mer de mes derniers remparts
La rive même de mon oubli
Et l’œuvre en chair; mis à part.

Sous la trifide, perdre son Latin
Sans ne l’avoir jamais vraiment acquis
Pour un sourire presqu’en coin
Rejoindre l’Hélice d’un ciel moins gris.

_________________
Bien sûr, j'ai vu des amours infinis finir
Et j'ai même vu mourir des immortels
Et j'ai vu des chemins qui n'menaient pas à Rome
Et j'ai cru en des dieux inventés par des homme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xorth, Mortanyss

avatar

Nombre de messages : 1712
Age : 28
Localisation : Hall of empty melody
Date d'inscription : 18/01/2007

MessageSujet: Re: BG Xorth [officiel]   Lun 18 Oct - 17:27

Hier je riais de la mort, ou dumoins, ne savait pas ce que c'était. Vivre sa vie au jour le jour, vaincre les secondes au combat; grand combattant des saisons qui passent. À l'instar d'Orion, je me suis cru fort, l'éternel gladiateur de ces figées cieux.

Aujourd'hui j'ai peur de la mort. Mais ne comprend pas plus ce qu'elle peut être. Perce ton coeur encore rose de son épine un zeste assassine. Que fâne la fleur au tapis de ses pétales et vive l'oublie des souvenirs au creux d'un petit crâne déjà rongé par les vers de la détresse.

Demain, la mort, je la regretterai seulement dans le fait de n'avoir choisi la bonne gamme. Autrement, je l'attendrai, ne bravant rien de vraiment précis; le courage en fuite devant cet incertitude. Mais la peur, je la laisse à aujourd'hui et regrette hier. Demain est certain je n'y échapperai guerre, mais comme j'aimerai poser une seconde les paumes de mon existences sur les rêves de la nuit entre hier et aujourd'hui.

Si je pouvais seulement glisser mes doigts frêles et glacés dans le sablier du temps qui fût.; pincer le grain de ta mort et me le greffer aux poumons. Respirer ta dernière seconde d'air, boire ton dernier souffle, rire de ton dernier regard, voir la dernière expression qui eut tissée ton visage. D'effroi ou de peur qu'importe. Ton cadavre n'a rien pour tenir la conversation. Laisse-moi simplement, ma belle, ma moisie, vibrer au dernier battement jamais perçu, de ton coeur un peu perdu...

_________________
Bien sûr, j'ai vu des amours infinis finir
Et j'ai même vu mourir des immortels
Et j'ai vu des chemins qui n'menaient pas à Rome
Et j'ai cru en des dieux inventés par des homme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xorth, Mortanyss

avatar

Nombre de messages : 1712
Age : 28
Localisation : Hall of empty melody
Date d'inscription : 18/01/2007

MessageSujet: Re: BG Xorth [officiel]   Mar 8 Fév - 12:18

À ma naissance on entendit le corbeau geindre trois fois

À ma mort c'est sont fils qui jouira de mes vicères.

Mon coeur bat toujours ce sang venin et je suis pourtant toujours debout. courbé, mais debout. Étrange réalité que d'être en vie et avoir une idée de la fin. Je devrais me concentrer sur mes premiers pas, ces premiers mots, mais mon oeil tangue vers les derniers chapitre. Je suis conscient que ce n'est pas au temps qui passe que je goutterai terre, mais bien au combat de ma tête. Duel inégal, gladiateur fougueux qui reçois le premier coup au torse. Le légat baisse le pouce et j'y passe.

_________________
Bien sûr, j'ai vu des amours infinis finir
Et j'ai même vu mourir des immortels
Et j'ai vu des chemins qui n'menaient pas à Rome
Et j'ai cru en des dieux inventés par des homme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xorth, Mortanyss

avatar

Nombre de messages : 1712
Age : 28
Localisation : Hall of empty melody
Date d'inscription : 18/01/2007

MessageSujet: Re: BG Xorth [officiel]   Mar 8 Fév - 15:53

L’ocre ciel s’étalait à la cime de ce petit bout de vie
Chemins sinueux, hachés d’une palpable incertitude,
Mars eut ouvert les cieux pour y poser ses interludes
Du sang à l’iris, sinistre arc-en-ciel ; ce que je vis.
D’une main tremblante, j’eus ris, sans remords.
L’ivresse de la gloire, bue aux torses des morts

Je ne prendrai jamais l’âcre horizon de cette mer.
On me l’eut interdit, d’être libre, Ô Neptune,
Toise ces océans lointains aux mornes reflets de lune,
Je suis d’ailleurs, l’œil dans la pierre; face contre terre.
D’ici ou là, qu’importe au ludus de toute la Discorde,
‘’Hic jacet lupus’’; Ci-gît le loup, au son de l’heptacorde…

_________________
Bien sûr, j'ai vu des amours infinis finir
Et j'ai même vu mourir des immortels
Et j'ai vu des chemins qui n'menaient pas à Rome
Et j'ai cru en des dieux inventés par des homme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xorth, Mortanyss

avatar

Nombre de messages : 1712
Age : 28
Localisation : Hall of empty melody
Date d'inscription : 18/01/2007

MessageSujet: Re: BG Xorth [officiel]   Ven 7 Oct - 15:20

Sur ma gauche, une abbaye en fleurs d'hiver,
Ses ruines s'étirent entre les ronces des champs.
Un vitrail est tombé et on voit la lointaine mer,
Qui murmure au violet des vieux temps.

Sur ma droite, au delà d'un cimetière en âge d'hier,
La grève se dresse derrière le silence des cercueils
Les rides aux tombes de leurs vaines prières,
Et du prêtre qui, aux vagues, frappe l'écueil.

Et moi j'adosse le mur d'une vielle cuisine d'été,
L'échine brisé aux vierges murmures des gens;
Le soleil à l'Ouest rose vient de se sacrifier,
Et dans le coeur gît, ces deux corps d'amants.

Ma vie s'étire comme la toile d'un romantique
Aux ruines du monde qui se meurt cendré.
Et les vignes prennent mon corps squelettique
Que je glisse au grès de mon scépulcre décadré.

Au dessus de moi, une abbaye en fleurs d'hiver,
Dont les ruines s'étirent entre les ronces des champs.
Les vitraux sont tombés et on voit la lointaine mer,
Qui murmure à l'acre violet de mon sang.

_________________
Bien sûr, j'ai vu des amours infinis finir
Et j'ai même vu mourir des immortels
Et j'ai vu des chemins qui n'menaient pas à Rome
Et j'ai cru en des dieux inventés par des homme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xorth, Mortanyss

avatar

Nombre de messages : 1712
Age : 28
Localisation : Hall of empty melody
Date d'inscription : 18/01/2007

MessageSujet: Re: BG Xorth [officiel]   Sam 15 Oct - 16:55

Vois, que derrière les grands nœuds des grands pins
Est dépeinte la fine route qui te mène au loin
Au-delà du vieux quai du bout du monde,
Celui-là même d’où les amants tombent,
Tu verras que dépassé l’ile aux cents tombeaux
Naît d’entre les ormes un grand palais des roseaux.

Ne frappe pas, le domestique doit être mort
Tu te souviens de l’ile aux cents tombeaux ?
Entre simplement ! Mais dit bonjour aux corps,
Qui fleurissent le grand palais, comme ses eaux.
Il arrive que l’on entende le bruit de pas lourds :
De cents danseurs qui valsent tout autour.

Car vois-tu, les vieilles poutres blanches de la salle de bal
S’ennuient de la tarentelle et de ces joutes verbales
Qui résonnaient à l’arche du hall, celui des sourdes mélodies,
Faisant vivre la dame au balcon, là, morte d’ennuie.
Où sont les contre-danses, les belles femmes et les hommes beaux ?
Ah oui, creusés dans la pierre de l’ile aux cents tombeaux…

Alors grimpe sur la scène et chante ! Et danse !
Tu auras peut-être à la fin, des morts une ovation.
Les bouquets de roses sont lancés en abondance.
Pour te voir, même les oubliés se lèvent au balcon !
Vois la tristesse du lieu; mais les âmes ne se sont tues !
Sur le marbre blanc, du grand palais des pas perdus…

_________________
Bien sûr, j'ai vu des amours infinis finir
Et j'ai même vu mourir des immortels
Et j'ai vu des chemins qui n'menaient pas à Rome
Et j'ai cru en des dieux inventés par des homme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xorth, Mortanyss

avatar

Nombre de messages : 1712
Age : 28
Localisation : Hall of empty melody
Date d'inscription : 18/01/2007

MessageSujet: Re: BG Xorth [officiel]   Mar 1 Nov - 14:06

On perçoit un murmure entre les reins des vallées
On s’y rend d’entre les stèles d’or et d’ivoire
Il faut marcher par-dessus le marais des trois noyés
À l’Est des monts et ces minces lardoires :
Gît des écumes, un énorme bloc de trachyte isolé
Qu’un homme au chapeau, garde si désolé.

Il discourt aux fantômes du marais croisé;
-Se noyer dans son cœur c’est…
Bien plus cruel que dans l’eau !

Il porte en épithète, sa propre bague de grenat
Vestige d’une fable jouée pour deux.
La foule ? Ils arrivent du vieil orphelinat
Oui ! Celui-là même qui disparut. -Au feu !
Cria l’artiste aux brûlés, Ha ! Ses histoires latentes
Il s’incline et remercie, souriant à la plèbe suintante

_________________
Bien sûr, j'ai vu des amours infinis finir
Et j'ai même vu mourir des immortels
Et j'ai vu des chemins qui n'menaient pas à Rome
Et j'ai cru en des dieux inventés par des homme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xorth, Mortanyss

avatar

Nombre de messages : 1712
Age : 28
Localisation : Hall of empty melody
Date d'inscription : 18/01/2007

MessageSujet: Re: BG Xorth [officiel]   Sam 5 Nov - 21:59

Je suis sculpteur, de la vie bénévole et presque mort.
Ici, je suis bustier, officiellement celui des jeunes noyées
Pêcheur de mes amies, du cœur battant de leurs corps
Je tiens le vieux phare incliné, celui de la pointe aux suicidées.
Et quand la marée baisse, je pleure !
Car flotte encore, une jolie robe de fleurs…

Alors je sculpte la pierre blanche de ses traits d’heureuse
La noue au granite de la vieille pointe côtière
Elle, je lui grave le doux sourire d’une amoureuse,
Qui sauta loin, en manque d’histoires à la mer.
Et quand la marée baisse, je pleure !
Car flotte encore, une jolie robe de fleurs…

Il y a sept statues aux vents de la pointe aux suicidées
Et sous l’ombre du phare incliné, ci-gît;
De vierges enfants que je ne reverrai que figées
J’étais bustier, pêcheur de corps sans vie.
Et quand la marée baisse, je pleure !
Car flotte mon corps, dans un champ de fleurs…



_________________
Bien sûr, j'ai vu des amours infinis finir
Et j'ai même vu mourir des immortels
Et j'ai vu des chemins qui n'menaient pas à Rome
Et j'ai cru en des dieux inventés par des homme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xorth, Mortanyss

avatar

Nombre de messages : 1712
Age : 28
Localisation : Hall of empty melody
Date d'inscription : 18/01/2007

MessageSujet: Re: BG Xorth [officiel]   Sam 10 Mar - 3:23

Au matin de mai, entre les schistes d’une lointaine terre.
Juste-là, au cœur du grand pays des mille étangs.
Geint un écho, une ode que je ne saurais taire,
Que j’avance vers la fin de l’un de mes premiers printemps.
Traverser les brumes du delà des jeunes ronces du marais,
Gît un homme triste, au plus profond d’une vieille roseraie.

Son échine est cassée et sa solitude est hurlante,
Jeune poète isolé, entre l’épine et le parchemin
Les fleurs dans l’arche, comme en un cercueil de plantes,
Qu’un rossignol, le plus joli, en murmure la fin.
L’homme écrit de sa chère indolente, ce qu’un baiser serait;
C’est qu’il t’attend, au plus profond de la vieille roseraie.

_________________
Bien sûr, j'ai vu des amours infinis finir
Et j'ai même vu mourir des immortels
Et j'ai vu des chemins qui n'menaient pas à Rome
Et j'ai cru en des dieux inventés par des homme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xorth, Mortanyss

avatar

Nombre de messages : 1712
Age : 28
Localisation : Hall of empty melody
Date d'inscription : 18/01/2007

MessageSujet: Re: BG Xorth [officiel]   Mer 26 Déc - 1:40

C'est le désert..

_________________
Bien sûr, j'ai vu des amours infinis finir
Et j'ai même vu mourir des immortels
Et j'ai vu des chemins qui n'menaient pas à Rome
Et j'ai cru en des dieux inventés par des homme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: BG Xorth [officiel]   

Revenir en haut Aller en bas
 
BG Xorth [officiel]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» nouveau supplement-non officiel?
» Texte officiel des amendements de la constitution de 1987
» Site Officiel du Pool
» [Question] Format officiel des socles à Mordheim
» Diamond & Fashion S - Site officiel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue à Mortancia :: Discussion Hors Rôle-Play :: Grimoire-
Sauter vers: