Bienvenue à Mortancia

Merci de mettre ton nom conforme et d'ajouter une virgule, puis ta race. On est très chiants ici avec cette règle, surtout Xenshi.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Tar'Arak, Le Maître des Araignées

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ax'x, Mortanyss

avatar

Nombre de messages : 260
Age : 28
Date d'inscription : 23/05/2008

MessageSujet: Tar'Arak, Le Maître des Araignées   Mer 10 Sep - 18:51

La saison des abysses venait tout juste de débuter lorsque vint au monde un jeune garçon dont le futur était rempli de nombreuses promesses, de corruption et de maintes choses étranges. Dès son enfance, il fut reconnu comme ayant un tempérament très excessif voir même capricieux. Ses colères et ses idées étaient d’autant plus étrange étant donné son jeune âge. Cependant, il s’entretenait déjà avec les personnes plus âgées avec un vocabulaire approfondit et il se démarquait des autres jeunes par son manque d’intérêt pour les jeux qu’il qualifiait de : jeu d’enfant. À de nombreuses occasions, les parents du jeune garçon devaient le séparer de sa sœur avec qui il entretenait une relation tendue, à un point tel que leurs disputes se finissaient souvent en bagarre. À l’école toutefois, il était reconnu comme ayant un futur très prometteur, ses capacités d’apprentissages étaient extraordinaires et les professeurs qui lui enseignaient lui prédisaient de grandes choses.

À peine avait-il atteint l’âge de 10 ans que le jeune garçon démontra un très grand intérêt pour les sources magiques qui l’entouraient. Il passait de nombreuses heures à réviser les éléments vus en classe par ces enseignants et pratiquait avec acharnement chaque nouvelle connaissance qu’il pouvait acquérir. Son caractère tempétueux lui value cependant de nombreuses punitions de la part de sa mère qu’il craignait. Éventuellement, la puissance du jeune adolescent devint de plus en plus grande et ses humeurs de plus en plus changeantes. Un jour lors d’une altercation avec sa sœur ainée, il perdit complètement le contrôle de lui-même, déclenchant autour de lui de nombreuses explosions de matières d’arcanes, blessant par le fait même sa sœur mortellement. Il fut cependant épargné par sa propre perte de contrôle mais cela ne lui value que le fardeau de porter sur ces épaules la mort de sa propre sœur. Les calomnies incessantes ne firent qu’amplifier la puissance des colères du jeune garçon qui ne supportait plus de vivre sous ces conditions de rejet et de haine que son entourage lui portait.

Il finit par se lasser de sa vie de rébus et décida vers l’âge de 15 ans de s’exiler de son village natal pour vivre au loin de ces êtres qui lui faisaient vivre l’enfer. Son exile le conduit vers les confins des grottes du nord ou le mal y habitait, le mal à huit pattes. Malgré son jeune âge, l’adolescent réussi à atteindre un certain niveau de contrôle sur les bêtes qui se terraient dans l’antre, ses capacités magiques lui vinrent en aide à maintes reprises. Il fut connu sur les routes dans les années qui suivirent son exil comme étant le Maître des Araignées, ce titre lui valut d’ailleurs une réputation de crainte qui s’instaura auprès des voyageurs qui s’aventuraient dans les confins du Nord à la recherche de nouvelles landes. Les routes septentrionales n’étaient à partir de ce jour plus sûr pour les voyageurs et malgré la menace qui y régnait certains exilés des villes avoisinantes s’y aventuraient tout de même en quête d’abattre le jeune adulte qui était à ce jour recherché pour ces crimes commis contre les nations. De nombreux mercenaires perdirent la vie aux mains du Maître des Araignées, sa puissance magique augmentant à chaque jour, il devenait maintenant une menace pour les Empires de Citria et des Gorlaks. La haine qui animait le sorcier était telle qu’il ne différenciait plus les différentes races qui osaient s’attaquer à lui tellement le nombre devenait incalculable, il se savait toutefois activement recherché et les primes qui étaient maintenant mises sur sa tête frôlaient les 50 000 écus. Lors de l'une de ses nombreuses sorties en forêt, le Maître fit une mauvaise rencontre qui lui value sa capture et son jugement.

Trainé devant le tribunal qui devait le condamner à mort, le sorcier avait la mine piteuse et les gens ne cessaient de murmurer des insultes et des calomnies à son sujet. Son jugement fut rapidement délibéré par le jury qui conclut que la potence était la meilleure solution au cas du malfrat. Quelques minutes après l’audience, il fut rejeter dans les geôles ou il croupissait depuis maintenant plusieurs jours entouré de rats et de multitudes d’insectes étranges. Sa mère vint le visiter quelques jours avant son exécution, à ce moment là, il sut que cette visite serait sa dernière chance de se faire entendre par un être extérieur à son procès. La discussion qu’il eut avec sa mère ne fit que confirmer ce qu’il pensait au sujet des êtres l’entourant, tous étaient contre sa personne et nul ne saurait le sauver de la potence outre lui-même. Il reçu la visite d’un prêtre la veille du jour J avec qui il put partager ses quelques secrets ainsi qu’une part de sa vie. Il raconta en détail les événements qui conduisirent à sa capture ainsi que les quelques péripéties qu’il vécu. Il dicta sa rencontre avec quelques brigands de grands chemins qui par une journée pluvieuse lui tombèrent dessus à 6 contre 1 et que ce jour fut considéré à ses yeux comme l’apocalypse pour ces malfrats. L’homme religieux considéra longuement le sorcier puis il lui fit les derniers sacrements que l’Église procurait à tous les futurs exécutés. À la suite de cela, le prêtre sortit de la cellule sombre dans laquelle le jeune homme attendait l’heure fatale. Après un dernier repas durant lequel il garda le silence, se refusant de toucher à quoi que ce soit qui lui était offert par ces êtres qu’il jugeait inférieurs, la garde entra dans son cachot, armée jusqu’aux dents, le pointant de leurs lances. L’un d’eux cria un ordre stricte et clair au prisonnier : « Lève toi sale rébus, ton heure approche. » Ils le traînèrent en dehors du trou sombre dans lequel il gisait depuis plusieurs jours déjà puis l’amenèrent vers la place publique ou devait avoir lieu l’exécution. À peine sortit à la lumière du jour, le sorcier entendit les nombreuses calomnies et les insultes qui fusaient de tous bords et de tous côtés à son intention. Nombre de paysans étaient furieux contre lui pour les crimes qu’il avait commis contre la populace et ils ne manquaient pas de manifester leur mécontentement face à ce criminel de renom. Promenant son regard sur la foule en colère, il crut apercevoir sa mère qui le regardait d’un regard morne et piteux, elle semblait porter sur elle le fardeau de la honte que les gens lui avaient attribué. À peine avait-il détourné le regard de sur sa génitrice qu’il reçu une tomate en plein visage, celle-ci fut lancé d’à proximité, causant une vive douleur au prisonnier qui était à présent couvert de jus de tomate pourrit. Secouant la tête, il envoya du liquide nauséabond sur les gardes qui lui flanquèrent un coup de poing dans les flancs qui provoqua une quinte toux au prisonnier. Traînant le condamné dans les marches de l’estrade qui fut érigée pour l’exécution, ils le laissèrent aux soins du bourreau qui le regardait d’un regard vide. La corde lui passa autour du cou lentement, le moment semblant solennel, la foule retint alors son souffle, lorgnant le repris de justice d’un œil mauvais. Le Maître souffla alors quelques mots avant le moment fatidique : « Tous, tous ici présents et vos descendants paieront l’injustice qui est commise en ce jour, ce sera… *d’une voix lente* l’apocalypse pour vos fils et vos filles… ». Ce fut les dernières paroles qu’il prononça de son vivant, la trappe s’ouvrit dans un grand bruit et son corps fut balancé dans le vide, il mourut sur coup et la foule acclama la mort de celui que tous nommaient : « Le Maître des Araignées ».

Quelques heures après le trépas du puissant sorcier, sa dépouille fut balancée dans les flots tumultueux de la rivière qui avoisinait le village ou l’exécution eut lieu. Le corps inerte flotta pendant quelques miles dans les eaux agitées pour finalement être recueilli sur une berge par les vagues qui s’affalaient sur le sable et la terre. Une saison entière passa sans que personne ne trouve ou ne sache ce qui était advenu du macchabée. L’hiver fit de nombreux ravages sur l’enveloppe corporelle du jeune homme qui était maintenant là depuis plusieurs semaines. Subitement, les yeux du cadavre s’ouvrir et il inhala une bouffée d’air comme s’il revenait d’une quasi-noyade. Secouant la tête vivement, il examina les alentours d’un regard effrayé et rempli d’étonnement. Il s’exprima d’une voix lente et teinté d’un long sommeil : « HmM… MaIss.. QU’esT-Cee… Qu’eST- CE Qui M’aRrIve? » Sa tête lui semblait martelée de grands coups de maillet et son corps lui semblait lourd et fatigué. Sa respiration devint plus rapide, constatant ce qui lui était arrivé, il était revenu à la vie, ou plutôt… à la mort.
Tar’Arak
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Tar'Arak, Le Maître des Araignées
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bagu Kirima, une araignée au plafond...
» repousser les araignées
» Araigné géante
» Attention, araignées qui tuent ..
» L'araignée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue à Mortancia :: Discussion Hors Rôle-Play :: Grimoire-
Sauter vers: