Bienvenue à Mortancia

Merci de mettre ton nom conforme et d'ajouter une virgule, puis ta race. On est très chiants ici avec cette règle, surtout Xenshi.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Cataplax

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cataplax, Mortanyss



Nombre de messages : 24
Age : 28
Date d'inscription : 09/02/2009

MessageSujet: Cataplax   Mar 10 Fév - 21:28

Bon courage! Si y a quelque chose qui foire dans ce bg, fouettez moi j'aime ça!

La Haine



Citation :
La course folle au travers des bois, la dégringolade en bas du raidillon parcouru mille fois et plus encore depuis ma tendre enfance, le bond par dessus le vieux tronc, le plongeon tête la première dans le petit lac à l'eau glacée, le tout poursuivi par mon grand frère.

Mon essoufflement ne m'aurait jamais empêchée de rire à gorge déployée tout le long de ce trajet, ce couloir pavé de joie, ce refuge. Rien sauf la souillure de ce chemin même, la présence nauséabonde de ces créatures.

Mon pied se retrouva comme piégé par le sol,et manquant de trébucher, je m'arrêtai aussi sec; j'étais incapable de bouger. Mon souffle coupé déchirait ma poitrine, et je ne pu prendre ma respiration avant que mon frère ne me rejoigne.

Un des zombies se retourna vers moi, et s'approchant d'une démarche chaloupée, esquissa ce qui se voulait être un sourire. Sa bouche répugnante s'ouvrit et sur un ton amorphe il me posa la question. Ou sont mes parents...

Ils étaient repartis sous nos jets de pierre, nos cris et nos insultes amusée. Comme ils étaient faible, c'est ce que nous nous étions dit. Ne pas se défendre contre deux enfants.



Le Vide



Citation :



Le soleil avait harcelé le haut de mon crâne et ma nuque toute la journée, faisant émaner de mes cheveux une odeur chaleureuse; malgré nos jeux joyeux et la clémence du temps, je ne pouvait m'empêcher de sentir les larmes monter en moi. Et toute la journée, la gorge serrée, éblouit par un soleil qui me semblait malsain, j'avais feint l'euphorie, et quand enfin le ciel se fit sombre, arborant des teintes violacées encadrant des nuages sombres, j'avais pu rentrer et me cacher dans la vieille armoire pour que personne ne me voit pleurer.

Rien ne motivait la douleur, les pleurs mais tout était là, et j'avais mal à l'âme. Caché pendant une heure, mon père finit par s'inquiéter, le voyant sortir j'aurais voulu le retenir, sentant sur mes épaules tout le poids de la perte d'un être cher.

Quelques secondes plus tard, son cri trancha net les rires béats de mon frère, la porte cogna contre le mur. Mes tremblements firent vibrer l'armoire, mais le fracas des meubles renversés, et les cris stridents de ma mère couvraient cela. Une silhouette haute comme un troll s'approcha de ma mère, et de la toge noire comme l'ébène sortit une main décharnée qui agrippa le col de ma mère, et de cette toge sortit une voix caverneuse et sifflante à la fois.
"Ouu est ce que vous nous avez voléééé, morteeelle?"





La Peur



Citation :


La course affolée à travers les bois, ma chute violente contre le vieux tronc, la tête de mon père plongée dans l'eau du lac par un vampire, j'étais poursuivie par ceux qui se nomment entre eux les frères. Les feux folets éclairaient parfois un spectre dissimulé dans les fourrés, un corbeaux sautillait vers moi, croassant comme pour signaler ma présence.

Mon père était essoufflé, haletant à chaque fois qu'on lui laissait sortir la tête de l'eau, mais il semblait que rien n'aurait pu lui faire dire ce qu'ils attendaient qu'il dise. L'odeur âcre de la faucheuse m'indiquait qu'il serait bientôt trop tard, elle arrivait près de moi. Mes cris le sauveraient peut-être. Et je lui criai de tout avouer.

De petites lucioles bleutées se mirent à danser devant la faucheuse, matérialisant une faux. La lumière de la lune créa un reflet sur celle-ci et m'aveugla, en ouvrant les yeux, je vit la lame qui touchait ma gorge. Et mon père avoua tout, je ne comprenais rien à leur dialogue, si ce n'est que les éternels semblaient satisfaits.
"Bieeeen mon cher collaborateur, je vais vous offrir le privilèèèège de rencontrer le pèèèère." La lame étincelante égorgea mon père.


Le Repos


Citation :


"Ma chérie, parle moi de ce que tu as vu dans ton rêve."

Ma grand mère essayait toujours d'être le plus attentionné possible, caressant mes cheveux, affichant sur son gracieux visage de vieillarde un air paisible.

"Il va bien, au début il avait peur, mais maintenant il est heureux. Il n'est pas seul, on s'occupe bien de lui.

-Ton frère et ta maman sont avec lui? Comment se sentent-t'ils?

-Oh non, eux je ne les voit pas, ils sont partis. C'est seulement papa, il sourit dans mes rêves, et des centaines de bras l'étreignent et le soutiennent.

-Ma chérie..."

Et sa main rêche se posa sur mon front. Elle sortit de la chambre en poussant un soupire.

"Lève toi vite ma petite, tu iras me chercher de l'eau au puits. Tu dois aider ta grand mère maintenant que tu es avec là. Remercie le ciel d'être encore en vie."

Mon père me manque, j'envie son repos. Son sourire a beau être édenté et encadré par des lèvres fissurées, il est ce que j'ai vu de plus sincère. Et si les bras qui le soutiennent sont décharné et que le teint de leur peau est blême, ils sont les plus solides que j'ai vu. Chaque nuit je le voit, et il s'adresse à moi avec tendresse.


La Mort


Citation :



Ma fille, mon coeur palpite encore, et il envoie mon sang hors de moi, qui se mèle à l'eau du lac, devant tes pauvres petits yeux horrifiés. Pardonne moi ma fille si tu meurs, soit forte s'ils te laissent la vie. A chaque battement de mon coeur, je sens pourtant ma haine pour eux s'effondrer, mon amour pour toi aussi. Le vide se fait en moi et plus rien ne compte.

Pourquoi ai-je encore conscience? Je sens bien que mon coeur est inerte, je ne ressens plus rien d'autre que cette absence complète. Tout est opaque, impénétrable. Mais mon sang coule encore, je le sens, et mes membres fatigués, ils bougent encore, ma gorge, aucune douleur et pourtant elle est ouverte...


L'Amour


Citation :



Si j'aime, bien sûr que j'aime, mes frêres m'aiment eux aussi, et notre père à tous nous aime. Oh que cette sensation est suave, et la sérénité qui m'absorbe ne me quittera pas tant qu'à chaque instant mes frères parraineront mon allégresse.

Rien ne vaut l'amour d'un père. Merci Kalos.




Pouah beaucoup trop long...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xenshi, Mortanyss

avatar

Nombre de messages : 1569
Age : 31
Localisation : Saint-Jean Chrysostome, Lévis
Date d'inscription : 17/11/2006

MessageSujet: Re: Cataplax   Mer 11 Fév - 9:30

Beaucoup trop long? J'espère que c'était sarcastique Razz

T'as pas encore vue le texte de Azax, V., et tout ceux de Xhil Razz.

Pour en venir à ton ''BG'', je dois avouer que j'ai été charmé. C'est plutôt rare que j'accroche sur des textes avec des sous-titres, et pourtant j'en fais moi-même XD.

L'essentiel, sans en mettre trop, laissant ainsi une forme mystérieuse à ton personnage pour le développer IG par les événements qu'il vivra et par les joueurs qu'il croisera.

Je suis curieux de te croiser IG, encore un autre potentiel... *Lui met du poid sur les épaules*

_________________
-Anima Draco Immortalis-
Senseï Xenshi, Merci Xhilyan'ntru ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cataplax, Mortanyss



Nombre de messages : 24
Age : 28
Date d'inscription : 09/02/2009

MessageSujet: Re: Cataplax   Mer 11 Fév - 21:24

Arh j'ai toujours l'impression que c'est trop long pour etre lu, pour moi quand ca dépasse 10 lignes je me dit que personne ne lit.(enfin moi j'en lit qui font plusieurs page sans pbm parfois)

Ravi d'entendre que ca se laisse lire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Cataplax   

Revenir en haut Aller en bas
 
Cataplax
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue à Mortancia :: Discussion Hors Rôle-Play :: Grimoire-
Sauter vers: