Bienvenue à Mortancia

Merci de mettre ton nom conforme et d'ajouter une virgule, puis ta race. On est très chiants ici avec cette règle, surtout Xenshi.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [BG] Lucium.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eraz'x, Mortanyss

avatar

Nombre de messages : 276
Age : 27
Localisation : France.
Date d'inscription : 26/06/2007

MessageSujet: [BG] Lucium.   Dim 8 Mar - 6:52

Parce que ici au moins je serais lu...voici le bg de mon second perso.
Citation :
Dive Confection – An 4003.



Deux belles femmes, d’habits de soie vêtues, entrèrent dans une taverne qui se voulait de bonne réputation. L’on pouvait voir gents damoiseaux s’adonnant à des parties de cartes, de dés, ou des discussions plus ou moins animées. Nos deux beautés, le premier pas fait dans l’antre de la joie et du divertissement ne purent s’empêcher de jeter un œil dans un coin sombre de la taverne…Il était encore là.

Dans cette ombre grasse se trouvait un plus ou moins jeune homme. Ses habits semblaient montrer que ses bourses n’étaient certainement pas vides, mais sa prestance disait l’absolu contraire. Il se tenait affalé sur la table, une odeur méphitique s’échappant de ses linges pourtant propres d’apparence. Ses cheveux plus gras que l’ombre dans laquelle ils se terraient nous laissaient croire que l’hygiène de vie de l’homme n’était pas à son comble. Ses pommettes rosées traduisaient un enivrement avancé et la table sur laquelle il siégeait nous en disait d’autant plus : trois pintes vides, deux bouteilles emplies de néant, et une assiette à peine commencée la garnissait. Elle était pourtant vide d’individus, confirmant nos doutes sur l’argent qu’il avait amassé, d’une façon ou d’une autre, un ivrogne de taverne habituel ne peut s’offrir tout cet alcool.

Il se redressait parfois pour voir qui entrait ou sortait de la taverne, et l’on voyait ses yeux vitreux, envahis par le grenat de son sang. Il ne put, bien sûr, s’empêcher de remarquer les deux splendeurs qui s’étaient désormais assises au comptoir, commandant certainement quelque chose. D’une agilité que nous n’étions pas en mesure de soupçonner, l’alcoolique se releva d’un bond, puis s’avança, concentré sur chacun de ses pas, vers les demoiselles. Certains citoyens doutant de l’état du soiffard le lorgnaient, inquiets.

Après une escapade qui ressemblait à un parcours du combattant : marcher droit, notre boit-sans-soif arriva enfin à ses intentions. Il s’assit aux côtés de celle qu’il trouva la plus agréable du regard, et d’un sourire qu’il voulait charmeur lui proposa un verre :

- « Saluta-Hips-tion mes demoiselles. Puis-vje vous zoff…Offrir un verre ? » Visant plus le décolleté que les prunelles de sa dame.
D’une feinte gestuelle, elle accepta soucieusement de la tête. Le tavernier apporta un verre de vin pour la femme, le reste de la bouteille pour l’homme, et ils allèrent s’assoir tout deux à sa table qu’il débarrassa rapidement pour donner l’illusion d’être un homme ordonné.

- « Es-tu obligé de vider tant de bouteilles en attendant mon arrivée, Loreno? » Dit-elle d’une voix gracieuse, presque suave.

- « Tu sais bien que sans l’ivresse à ta vue, le vin ne m’est d’aucune utilité, ma mie » Le sérieux reprenant doucement le dessus sur l’eau-de-vie.

- « Même ainsi tu es poète… » Elle soupira de plaisir.
Il l’invita à s’assoir d’un geste de la main, puis pris place à ses côtés, déposant la dive bouteille entre eux deux. Les mots de sa dulcinée l’avaient touché, si bien qu’il ne se resservit pas un verre de la soirée, et arriva à parler avec une aisance certaine à la déesse à ses côtés, la faisant souvent même rire. A mesure que la soirée passait, la taverne se vidait, mais nos deux protagonistes transportés par l’alcool et le plaisir de s’écouter l’un l’autre restèrent si longtemps qu’une chambre leur fut offerte pour la nuitée, après une telle consommation, le tavernier n’avait rien à perdre.


De fil en aiguille, la fille et l’homme gais s’entrelaçaient sans douter, ô grand jamais, de l’acte de nativité qui aurait lieu dans les temps qui suivraient.


Trente-neuf semaines plus tard.


- « Il arrive ! Il arrive te dis-je ! » Hurlait-elle, assise à une table qui semblait avoir beaucoup changé. Une fenêtre avait été construite juste derrière celle-ci, laissant entrer la lumière et tuant les ombres, nettoyée et décorée on ne pouvait la reconnaître, c’était pourtant bien elle.
- « Bien…Je..Euh..Vite ! Que l’on m’aide ! Il faut l’apporter aux guérisseurs ! »

La suite n’aura été qu’un banal accouchement. Les citoyens amenèrent la femme et l’homme sobres depuis trente-sept semaines aux guérisseurs qui firent leur travail à merveille. Lucium ouvrait les yeux à la puissance d’Odéon, le représentant du Cilias utilisant l’influence du soleil lui-même pour le baptiser.

Citation :

Rivière, Fleuve, Mort.



Sinueuse comme une rivière de lait ; c’était le spectacle que nous offrait le bol renversé par le garçonnet.
Le père de celui-ci était rentré de la grande guerre depuis un bon moment, comptons en mois. Il fut traumatisé par celle-ci, comme tout homme rentrant d’un génocide et ayant vu amis comme ennemis mourir sous ses yeux le serait. Le rhum avait, de ce fait, coulé de nouveau dans ses veines jusqu’à lors libérées d’eau-de-vie comme de mort.

Le garçon fut donc élevé par sa mère, la majeure partie du temps, et son père lorsque celui-ci ne se noyait pas à cause du courant de ses pensées. L’homme était heureusement très protecteur et loyal, jamais il ne toucha à un cheveu de sa femme ni de son enfant, même lorsque le démon, ou plutôt l’esprit-de-vin, prenait le contrôle de ses faits et gestes. Le petit évolua donc ainsi, avec un père la plupart du temps absent et une mère perdue dans son monde ; mais pourtant peu traumatisé. Les années s’écoulaient et le jeune apprenait tant bien que mal les choses de la vie, ses douze ans étaient là, la Confirmation l’était également.
L’on put croire qu’avec un père perdu et une mère en perdition, l’éducation du préadolescent eût été mal faite. Victorieusement, le jeune passa la confirmation sans trop de problèmes, les préceptes et valeurs de son peuple semblaient être imprégnées dans l’esprit du garçon, il n’eût pas de mal à démontrer ses vertus ; il était probablement en avance sur son âge.


Voguant sur le flot de l’adolescence, Lucium souriait à la vie.
Il avait réussi à calmer les humeurs maussades de son père et il s’occupait de sa propre personne, ne faisant que loger chez ses parents qui eurent donc le temps de redécouvrir leur amour. Il fit connaissance de plusieurs jeunes femmes avec lesquelles il entraîna les principes qui semblaient plus fondamentaux que d’autres dans sa famille : batifolage et amusement. L’année de sa deuxième allégeance approchait, mais il ne s’en faisait pas, il savait se tenir à carreau lorsque le temps le devait. Il continua donc amours et amourettes, brisant plus d’un cœur…Doucement, cependant, autre chose se brisait. L’amour de porcelaine de ses parents était fissuré. Non par un acte quelconque déloyal, mais par une invitée que tous redoutent, la Mort.


Loreno se joindrait bientôt à la mer des morts.
Il souffrit pendant plusieurs mois, se plaignant de perdre la tête, de douleurs abdominales et de ne plus pouvoir penser ; sa peau prenait une teinte jaunâtre à mesure que le déclin approchait. L’alcool était mis en cause, mais il était bien trop tard pour penser qu’arrêter le sauverait. Il profita de ses derniers instants. Juste avant de mourir, ses dernières paroles furent adressées à son fils, elles resteront à jamais gravés dans l’esprit du jeune homme :

- « Je suis fier de toi »

Les larmes coulèrent sur le visage des trois membres de la famille, le fleuve des âmes s’abreuvant de ce nouveau convive.

Peu de temps après seulement, sa mère partit également, dans des circonstances plus qu’étranges : deux inséparables, dans la vie comme dans la mort. Touché une nouvelle fois par cette perte, Lucium était désormais livré à lui-même. Lui qui avait aidé son père à sortir du gouffre, il prenait désormais sa place, assis au comptoir d’une taverne, naviguant sur sa pauvre galère, buvotant sa bière…


[ Les commentaires sont appréciés, merci d'avoir lu. ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vincent C., Hastane.

avatar

Nombre de messages : 1128
Age : 29
Localisation : Ste-Catherine, Montérégie
Date d'inscription : 18/11/2006

MessageSujet: Re: [BG] Lucium.   Dim 8 Mar - 10:21

J'adore le vocabulaire un peu plus morbide, si je puis dire. Bref, de source Mortanyss, bien évidemment. Cool

Excellent BG. ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xenshi, Mortanyss

avatar

Nombre de messages : 1565
Age : 30
Localisation : Saint-Jean Chrysostome, Lévis
Date d'inscription : 17/11/2006

MessageSujet: Re: [BG] Lucium.   Dim 8 Mar - 12:07

Vraiment, j'adore ! Ton écriture est impressionante, digne d'un bouqin !

On dirait un cycle qui recommence à la fin Razz

_________________
-Anima Draco Immortalis-
Senseï Xenshi, Merci Xhilyan'ntru ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [BG] Lucium.   

Revenir en haut Aller en bas
 
[BG] Lucium.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue à Mortancia :: Discussion Hors Rôle-Play :: Grimoire-
Sauter vers: