Bienvenue à Mortancia

Merci de mettre ton nom conforme et d'ajouter une virgule, puis ta race. On est très chiants ici avec cette règle, surtout Xenshi.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 BG Zadkiel - Car l'on ne meurt qu'une fois

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: BG Zadkiel - Car l'on ne meurt qu'une fois   Jeu 22 Fév - 14:02

Rien de bien unique mais voilà...

--

C’était le douzième. Le douzième souffrant de la maladie sur laquelle portaient ses recherches. De tous ses patients antérieurs, c’était le plus prometteur : celui dont l’état était le plus avancé. L’état décharné du patient était suffisant pour lui dire qu’il ne vivrait plus pour longtemps et, à défaut de pouvoir le guérir, ses études lui permettraient peut-être au moins de mieux comprendre la maladie qui l’affligeait. Certains sacrifices sont nécessaires. Dans tous les cas, la souffrance de ce malade était très négligeable : déjà, l’affection avait rongé toute perception de douleur chez le sujet.
Ce qui n’avait pas été le cas avec les onze autres.

Ils n’avaient presque tous aucune conscience de leur état (la maladie faisait des ravages autant sur le corps que sur l’esprit des souffrants) et bien qu’il tentait à chaque fois d’établir une certaine communication avec eux, ils restaient tous muets. Tous. Au moins jusqu’à ce qu’il commence ses opérations. Alors, le corps des sujets commençait à se tordre, les muscles sujets à des spasmes, et de la gorge ravagée sortaient des cris et beuglements. Enfin, lorsque ses incisions devenaient quelque peu profondes, le sujet s’immobilisait et rendait l’âme. Il n’avait encore jamais pu étudier comment les organes du malade fonctionnaient dans cet état de putréfaction. Regrettable. De plus, dû aux hurlements, il avait été forcé de quitter la ville et de trouver un nouvel endroit pour ses études dès le troisième patient : il ne pouvait laisser d’autres personnes avoir vent de ses études.
On ne lui volerait sa gloire.

Le douzième par contre était différent; sur la table d’opération, le sujet restait stoïque et ses yeux vides semblaient suivre la ligne que laissait derrière le scalpel sur la chair malade. Enfin allait-il pouvoir approfondir ses recherches : il n’avait pu rien apprendre de nouveau de ses deux dernières expériences. Déjà, il pouvait voir des différences physiques chez le patient : la chair du numéro douze était sèche alors que celle des autres était sanguinolente, la peau se détachait en lambeaux du corps, les muscles étaient beaucoup plus tendus et enfin, le corps du patient n’émettait pas l’odeur de putréfaction qu’avaient ses précédents. Et il ne faisait que commencer. Quels autres secrets l’attendaient à l’intérieur? Les organes étaient-ils flétris? Les os étaient-ils toujours en bon état? Les yeux s’étaient-ils complètements asséchés et devenus aveugles? Le cerveau avait-il été ravagé? Des questions qui le brûlaient, mais qui devaient attendre la mort du patient. En attendant, il se concentrerait surtout sur les réflexes de l’être : puisqu’il n’avait pas été pris de spasme, l’esprit du patient était probablement en meilleur état que les précédents. Qui sait, peut-être pourrait-il même émettre un son différent d’un cri ou grognement.

Ses recherches étaient encore jeunes : au tout début, après avoir fait quelques études en anatomie, il avait voulu poursuivre ses recherches sur l’être vivant et, faute de guerres et fléaux épidémiques, n’avait pas assez de matériel afin de se pratiquer. Il avait dû se tourner vers le cimetière. Par contre, pour son bonheur, il tomba sur les lieux sur un être décharné (mais frais) qui errait de tombe en tombe. C’était son premier patient et il venait du même coup de découvrir une nouvelle maladie dégénératrice. Ensuite, lorsque le sujet devint inutilisable et ses espoirs d’en apprendre plus sur cette affliction s’évanouirent avec lui, il eut la bonne fortune de trouver un autre affligé dans le même cimetière. C’était maintenant le douzième.

Plus il étudiait le malade, plus ses questionnements se multipliaient : comment le sujet pouvait-il être toujours conscient dans son état? Comment pouvait-il encore se mouvoir? Bien que les autres patients aient été mal-en-point, leur chair était encore passablement fonctionnelle. Encore plus troublant, celui-ci semblait avoir beaucoup plus conscience de ce qui lui arrivait que les autres... Le numéro douze ne regardait plus la ligne laissée sur son bras par le scalpel. Il le fixait. Était-ce un sourire sur son visage?

«LEx tALiOnIs»

Il sentit une pression autour de son cou; il ne pouvait plus respirer.

La sangle qui servait à retenir les patients en convulsions avait été arrachée.
Revenir en haut Aller en bas
Noz, Mortanyss

avatar

Nombre de messages : 437
Age : 26
Localisation : Chicoutimi, Saguenay
Date d'inscription : 18/11/2006

MessageSujet: Re: BG Zadkiel - Car l'on ne meurt qu'une fois   Ven 23 Fév - 22:54

Un bg plus que magnifique. Que dire de plus, l'enchaînement des mots qui forme ce texte furent cueillit avec une main les caressant de son divin velour.

Bref, Très bon bg. Bienvenue parmi les noobs qu'ils sont ^^.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xhilyan'ntru, Mortanyss

avatar

Nombre de messages : 1785
Date d'inscription : 26/11/2006

MessageSujet: Re: BG Zadkiel - Car l'on ne meurt qu'une fois   Sam 24 Fév - 10:59

Oh wow. Au contraire, c'est bien unique comme BG.
Une très belle approche.
Très intriguant, merveilleusement décris, et une maîtrise du francais qui a su me charmer.

Je ne sais pas d'où tu viens, mais j'espère que tu restera ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: BG Zadkiel - Car l'on ne meurt qu'une fois   

Revenir en haut Aller en bas
 
BG Zadkiel - Car l'on ne meurt qu'une fois
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Derek Boogaard meurt à l'âge de 28 ans
» Un Vampire ne meurt jamais...
» "Combats pour la vie, ou meurt" [Cathane]
» On roule ensemble, on meurt ensemble. Sabreur pour la vie ...
» comprends-tu le chant d'espoir du loup qui meurt d'amour ? ? KOCOUM

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue à Mortancia :: Discussion Hors Rôle-Play :: Grimoire-
Sauter vers: