Bienvenue à Mortancia

Merci de mettre ton nom conforme et d'ajouter une virgule, puis ta race. On est très chiants ici avec cette règle, surtout Xenshi.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 BG Krazdax

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Noz, Mortanyss

avatar

Nombre de messages : 437
Age : 26
Localisation : Chicoutimi, Saguenay
Date d'inscription : 18/11/2006

MessageSujet: BG Krazdax   Lun 20 Nov - 13:21

**Commentaires appréciés en tout temps**



Les débuts

Un cercle grisâtre perçait l’obscurité d’un ciel drapé d’étoiles. Il faisait froid et la forêt emplie de sérénité se dressait sans bruit au pied d’un mont au sommet blanchi par le temps. Là, au pied d’un arbre, un panier de roseau était posé, celui-ci semblait en bonne état, c’était à ce demander pourquoi un individu aurait abandonné cette fraîche confection au pied d’un arbre tout ce qu’il y a de plus ordinaire. Sur une des branches les plus basses ornant ce feuillu dénudé étaient perchés deux corbeaux au plumage luisant reflétant la lune observatrice du monde.

L’un corbeau regardait ce qui se trouvait à l’intérieur du berceau d’un regard avide avant de regarder autour de lui, enfonçant son regard sous le couvert de la sombre forêt.
Le second, fièrement dressé, la tête penché sur le côté, semblait prêter une grande attention au bruit ambiant. Les deux sentinelles ne bougeaient plus, semblant fixés à la branche d’un brun tiré du gris, comparables à deux statuettes égarées là.

Le premier corbeau étira son cou vers l’avant ayant cru apercevoir une lumière blanchâtre apparaître au loin. Dépliant son aile, il alla toucher du bout de sa plume la plus éloigné le dos de son compère qui se retourna aussitôt pour regarder dans la même direction. La vue de celui-ci moins aiguisée ne put apercevoir qu’un point blanc se distinguant dans l’obscurité, son ouïe qui faisait sa réputation su toutefois reconnaître le son de quelques brindilles se brisant au travers des murmures du vent.

<< Entendez vous ce que mon oreille perçoit, cher? Si cela est bien ce que je crois, nous devrions peut-être en terminer avec ce repas. >> Dit l’oiseau à son ami.

<< Peut-être aussi est-ce la femme qui revient nous porter un autre enfant. Ne soyez donc pas si hâtif à la panique cher compagnon, mangeons simplement à notre rythme. Nous ne sommes pas des sauvages cher ami, dégustons par plaisir et non par nécessité ce dernier repas avant notre réincarnation. >> Répondit l’autre.

<< Après tout, vous avez raison, mes affolements sont indignes de cette nuit qui glorieuse sera dans sa fin. Alors régalons nous bien de ce dernier festin qui nous est servi, ainsi nos esprits pourront prendre possession de corps humains plus adaptés à notre plan. Je vous invite donc dès maintenant mon cher frère, à passer à table et ainsi goûté la puissance d’un temps qui sera notre. >> Finit-il, suivi par l’acquiescement de l’autre volatile.

Les deux oiseaux se laissèrent alors tomber de leur branche âgée pour ainsi planer en décrivant quelques cercles irréguliers avant de posé pied d’une façon des plus élégantes sur une terre sec habitée par plus de pierres et de feuilles séchées que de verdure quelconque. S’approchant d’un pas lent près du nid de l’enfant, leur patience ne put durer d’avantage et un des corbeaux pinçant un bout de la couverture pourpre dans son bec la ramena vers lui pour la projetée quelques mètres derrière l’ombre de sa présence. Grande fut leur surprise de découvrir un petit être entièrement constitué de paille. Une autre surprise s’ajouta pour le corbeau à l’oreille affûtée car il put entendre un sifflement s’accentuant de plus en plus, transperçant l’air de sa pointe argentée, une lance alla s’abattre au centre de la poitrine de son compagnon, s’y enfonçant assez profondément pour que la pointe l’eut transpercé et ait été se loger dans le tronc du vieil arbre. Voyant cela, l’oiseau affolé déplia ses ailes et prit son envol vers la lune déjà haute. Grave erreur car lorsque vous êtes vêtu de noir, la lumière ne fait que vous rendre plus visible, et c’est ainsi qu’une flèche alla foudroyer celui-ci, le décapitant, replongeant cette nuit dans son silence originel.

Au même moment où la tête arrêta sa course sur le sol glacial, une semelle de botte vint réduire ce qui en restait sur le sol. Seul un bec intact et une simple bouillit verdâtre témoignait maintenant en gage de la fraîche dépouille.

Une main à la peau rude alla s’emparer du reste solide, le déposant dans une petite bourse de cuir brun. Un homme, près d’un arbre comme les autres au coté du quel se trouvait maintenant une lanterne allumée, se pencha sur le panier de roseau et l’empoignant fermement l’envoya voler dans les cieux. Remontant une de ses mains vers le bas de son visage, il alla loger son menton rugueux de par sa barbe coupée courte, dans le creux de son pouce et de son index. Plissant les yeux, semblant se questionné un court instant, éleva sans que l’on puisse s’y attendre la voix.

<< Tu peux sortir de l’ombre Noz. >> Dit-il, avant d’ajouter, impassible :

<< Jolie tir de lance, on arrivera peut-être à faire quelque chose de ta carcasse finalement…>>

Deux yeux d’une couleur d’or apparurent à une dizaine de mètre plus au nord, un jeune homme âgé d’une dizaine d’années pu se voir dessiner par la lumière projetée de la lanterne. Vêtu ordinairement, il était toutefois muni d’une carrure assez développée pour un jeune de son âge en plus d’être d’une taille plus que respectable.

L’homme près de l’arbre était maintenant assis au bas de celui-ci, le dos adossé contre l’écorce reposant là. La tête inclinée en direction du ciel, il entame une seconde fois :

<< Noz, que penses-tu des ces point lumineux qui semble brillé d’une lumière infini? >>

Le Garçon leva alors le menton vers les cieux en haussant les épaules et répondit :

<< Ce sont les être disparus récompensés par Odéon pour leurs grandes actions, et le noir autour d’eux, cela est pour nous montrés que nous aussi pouvons avoir notre place dans l’autre monde. Ma mère y est et elle me guide tous les jours de ma vie… >>
Finit-il, fermant ses paupières pour s’emplir d’image de sa mère lors de son vivant.

<< Ta mère a beaucoup fait pour toi Noz, elle s’est assurer avant de mourir que tu ais tout ce qu’il faut pour t’assurer un avenir. Elle t’aimait du plus profond de son cœur, et son vœu le plus cher était de te montrer quelque chose qu’elle était d’ailleurs la seule à connaître avant de mourir… Tu es sûr de ne te rappeler de rien concernant ce qu’elle t’a montrée Noz? >>
Questionna l’homme, dévisageant Noz, le regard grave.

L’adolescent secoua la tête, regardant le sol s’étendant devant lui, un sentiment de culpabilité enraciner dans son âme.

Poussant un soupir de profonde déception, l’homme d’un âge plus avancé ajouta finalement :

<< Bien rentrons alors, nous n’avons plus rien à faire dans cette forêt maudite, c’est le moine qui sera content que le plan du panier ait fonctionné… Rentrons. >>


Dernière édition par le Dim 14 Jan - 17:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noz, Mortanyss

avatar

Nombre de messages : 437
Age : 26
Localisation : Chicoutimi, Saguenay
Date d'inscription : 18/11/2006

MessageSujet: Re: BG Krazdax   Lun 20 Nov - 13:23

Un évènement passé

Une sphère brûlante inondait les cieux de sa lumineuse présence en ce jour dépourvu de tout vent. Contrairement à la nuit déjà morte, l’air était chaud et humide. Noz sentait le poids sur ses épaules s’alourdir à chaque nouveau pas qu’il faisait sur le chemin boueux parsemé de petites flaques semblant vouloir disparaître sous la terre spongieuse à mesure que la journée avançait, son regard fixé sur le dos de l’homme à son front de quelques mètres. Noz n’était point un jeune homme comme les autres, une crinière noire cernait un visage aux traits étirés par la fatigue, un visage qui en temps normal aurait pu faire tomber à la renverse le cœur de ces demoiselles mais qui en cette condition aurait pu faire fuir n’importe quel enfant mais celui-ci, comme tous les garçons de son âge n’avait guère le temps pour penser aux règles de bienséance et par le fait même, à l’image qu’il reflétait. Lunatique comme à son habitude, il n’entendit pas ce que l’autre homme lui dit et se frappa brusquement contre le dos de celui-ci, déboussolé.

Noz aurait pu être un cheval fonçant à toute allure que l’homme âgé d’une trentaine d’année n’aurait pas été ébranlé. En se retournant, les sourcils froncés, il reprocha à Noz d’un ton sévère mais bas :

<< Fait donc attention sombre idiot! Il ne faut pas qu’on te voie par ici donc reste vigilant et quand je te dis de t’arrêter, arrête toi. >>

Le jeune homme était depuis sa naissance recherché par tous ceux pour qui l’avidité d’or dépassait toute pitié ou compréhension. Son père était un homme autrefois très respecté dans les hautes sphères de la société Hastane mais un évènement terrible arriva, il fit la rencontre de la femme d’un des plus proches conseillés du Roy et en tomba amoureux.
S’abandonnant aux bras passionnés de l’amour, ils en ignorèrent les flammes du pêché qui les léchaient de leurs pointes. Ainsi Noz, vit le jour dans le sombre nid de leur amour traître. Sa mère, la comtesse D’Aspaël fut croire à son mari que l’enfant était d’eux mais la mère avait le miel sur sa chevelure et son mari l’éclat du soleil, or leur enfant avait hérité du plus pure ébène qu’il fut possible de voir. Le compte ne fut pas dupe et sa femme le sachant alla confier l’enfant au soin de religieux dans le plus grand des secrets et c’est de cette façon qu’elle put dissimuler son jeune fils à la lame de la justice.



************


Violée, c’est ce qu’elle affirma devant la cour Hastane…

<< Oui, cet homme s’est emparé de mon corps contre mon gré et en a fait sien. Je vous en pris, croyez moi, croyez mon mari et tout ceux qui me connaisse. Ils vous diront que je ne suis pas femme à ce genre de bassesses contrairement à cet homme, si on peut le qualifier d’homme, qui passe son temps avec des gens de bas rangs, soi-disant pour les aidés … Ne soyez pas aussi aveugle que je l’ai été en lui faisant confiance, car à chaque fois que sa langue s’agite, c’est pour semer son venin mortel aux quatre vents. >>

Se taisant, la jeune femme de 15 ans alla se rassoire sur le tabouret de bois usé placé là pour cette occasion, essuyant les gouttelettes d’eau qui pleuvaient sur sa joue comparable au mince fil d’un ruisseau tranquillement asséché par les chauds rayons lumineux s’écoulant sur Teilia.

La foule présente au procès ne se pouvait plus, les chuchotements venaient de tous sens, certains contre l’homme qu’il désignait comme fautif, d’autre sur la beauté de la femme, elle aussi accusée. Kiara, le teint halé, la peau lisse et lumineuse comme du miel ambré, elle se tenait devant le juge et les jurés aussi calme et naturelle qu’une fleure naissante, mais avec la grâce et la dignité que seules possèdent les créatures célestes. Ses yeux, bleus comme un ciel sans nuage, contrastaient avec la teinte basanée de sa peau veloutée. Ses cheveux blonds tombaient en longues boucles sur ses épaules et ruisselaient sur le doux arrondi de ses seins. Vêtue d’une robe du pourpre le plus profond, avec une ceinture de laine bleue, entrelacée de fils d’or, elle paraissait comme l’image et l’essence même du mot beauté, élégance et grâce.

Le vieux juge baissa alors les sourcils, touché au plus profond de son cœur par le témoignage de l’enfant. Il sentit son cœur tressaillir lorsque qu’il vit les flammes du chandelier au coin de son bureau miroité dans les yeux nappé d’eau de celle-ci. Comment un enfant de cet âge et de cette telle prestance aurait pu commettre un geste aussi délibéré? Se demandait-il alors qu’il la contemplait sans vraiment la voir. Il ressentait la douleur et la peine que présentait Kiara et tel un faucon étouffe sa proie de ses serres, une chute d’émotions l’envahit au plus profond de son être noyant le vieil homme sous leur flot.

Cette scène se produit juste au moment ou l’homme qui s’était levé pour défendre sa position inclinait la tête devant le juge et entama son discours. Il commença donc à protester contre les accusations lui étant porté, levant la tête après une première phrase pour voir si le juge s’intéressait à ses dires, un bruit terrible le consterna, un silence mortellement complet. Suite à ce silence, un torrent de voix s’élevèrent à l’unisson sous un même ton d’indignation, de peur et de peine. Le vieux juge qui toute sa vie avait servit à la nation, qui s’était enraciné sur le trône d’acajou devant eux venait de clore ses paupières.

Alexandre, l’homme dont il était question, le véritable père de Noz, arquait un de ses sourcils tout en regardant le juge devant lui. Avait-il donné son verdict alors que celui-ci était perdu dans le fleuve de ses paroles cherchant à se défendre de l’odieuse attaque qui lui était porté ? Avait-il dit quelque chose qui aurait pu pousser le vieil homme à devoir fermer ses yeux devant son impertinente parole ? Avait-il déjà le cou sur la corde ? Tant de questions qui demeurèrent un instant de silence interminable.


Les traits de son visage détendus, le teint aussi pâle qu’une première neige, écrasé confortablement contre les coussins de son siège, l’homme au centre de l’attention paressait d’une sérénité et d’un calme surnaturel. Oui, c’est à ce moment, à cet instant précis que tout s’éclaircit enfin, le juge n’était pas d’une humeur noire ou proie à une fatigue passagère, il était mort.

Kiara observait la scène qui aurait aisément pu tourner à son avantage si tel aurait été son souhait, un petit sourire malicieux entre les lèvres. Si elle l’avait voulu, l’homme à sa gauche ne serait qu’un futur tas de poussière, un cadavre desséché. Mais cet homme, elle l’avait tant aimé et elle savait bien que lui-même l’aimait plus que tout, allait-elle tout gâcher? Non, elle ne pouvait le conduire à sa mort sans faire un double meurtre et c’est d’ailleurs pourquoi elle prit la parole d’une voix pleine de reproche et de dégoût, élevant le ton dans le brouhaha général :

<< Voyez! Je vous l’avais bien dit, cet homme est un assassin sans honneur ni courage, d’une simple phrase, il a fait d’un de nos compatriotes les plus aimés et respectés un corps où nul souffle ne prend naissance! Le mal coule dans ses veines et le chaos suit ses pas! À mort! >>

La peur étant un moyen de persuasion des plus efficace, Kiara ne fut pas surprise de voir que la totalité des personnes présente se rangèrent de son côté ou du moins contre Alexandre qui quant à lui, la regardait maintenant avec un sourire en coin ne lui étant pas habituel. Il s’effondra victime du plat de l’épée d’un des gardes présents.



Tout était noir autour de cet homme, il se sentait soulevé et entendait un bruit irrégulier quelques fois près de lui et d’autre fois émanant de plus lointain tel le bruit du vent frappant les vagues grandissantes de l’océan lorsque le ciel du soleil était celui des ténèbres. Il sourit à cette pensée et quand il voulut bouger ses mains, il ne pu le faire mais cela était bien loin de ses priorités actuels, non, en ce moment il était simplement dans un état de bien être profond.

Mais tout bascula, il sentit la froide solidité du sol, la chaleur de son souffle l’étouffait, il avait mal aux poignets et sa libération ne fut que la confirmation de ce qu’il savait déjà. La lumière l’aveugla un instant mais il savait où il était, ce qui en était, il sentait bien ce qui entourait présentement son cou… Il y eut un moment de répit pour le bruit qui s’était fait plus distinct à ses oreilles et il en profita ainsi pour prendre parole :

<< Mon fils n’est pas mort comme moi, je ne le serais jamais. Soyez heureux aujourd’hui Hastanes si vous croyez être libéré d’un renégat mais la surprise vous emportera car seule une personne pourra posséder ce que je lègue en son nom. Oh, Hastanes, peuple d’hypocrites constitué. Célébrez en ce jour pour mieux trembler à sa mort, elle prendra naissance de ses mains et tout mouton belliqueux qui croit vivre aujourd’hui prendra véritable naissance dans la cette fin qui vous touchera par sa main. Croyez en moi, croyez en ma parole car celui-ci est un être remplit d’une blanche noirceur, son destin est votre sans l’être vraiment et le mien est celui d’un mystère libérateur. Que les sages s’y penchent! >>

Et la corde se tendit. Kiara regarda son amant fermant les yeux pour y dissimuler sa peine. Elle mourrait bien plus aujourd’hui que jamais elle ne pourrait, son cœur lui était arraché mais elle sut que cela ne pouvait qu’être la bonne décision.


**********

Hochant la tête, Noz regarda ce qui avait bien pu faire arrêter l’homme à son front mais la réponse à sa question n’était qu’a une centaine de mètres devant lui, là-bas un cadavre déambulait lentement vers eux.


Dernière édition par le Dim 14 Jan - 17:16, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azghaz, Mortanyss

avatar

Nombre de messages : 116
Age : 30
Localisation : Quebec, Montreal
Date d'inscription : 17/11/2006

MessageSujet: Re: BG Krazdax   Lun 20 Nov - 13:40

Le "BG" par excellence, celui que j'attendais le plus. Probablement le meilleur "BG" que j'ai lis, les descriptions sont tout simplement époustouflantes, on se vois dans ton histoire. Tellement du bonbon à lire que j'en prendrais un roman comme sa. Miam... sunny

A tu une suite de prévus? J'en veus encore, sa y est, je suis accro Kraz!


5 étoiles
( Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://testwow.frbb.net/index.forum
Eazox, Mortanyss

avatar

Nombre de messages : 834
Age : 30
Date d'inscription : 17/11/2006

MessageSujet: Re: BG Krazdax   Lun 20 Nov - 14:24

Je penses la même chose qu'Azghaz. Les descritions sont époustouflantes, j'en perds le souffle à l'occasion (j'exagère mais bon). Honnêtement, le meilleur BG que j'ai eu l'occasion de lire.

Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven
(6 étoiles sur 5)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khanax, Mortanyss

avatar

Nombre de messages : 1211
Age : 32
Localisation : La Baie, Saguenay
Date d'inscription : 17/11/2006

MessageSujet: Re: BG Krazdax   Lun 20 Nov - 16:09

Moi pour faire le contraire des autres et être méchant

Je te donne 2 étoile sur 10 Twisted Evil


Dernière édition par le Lun 20 Nov - 17:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: BG Krazdax   Lun 20 Nov - 16:57

Tu écris très bien, au point ou on voudrait en lire encore plus.
Revenir en haut Aller en bas
Vincent C., Hastane.

avatar

Nombre de messages : 1128
Age : 29
Localisation : Ste-Catherine, Montérégie
Date d'inscription : 18/11/2006

MessageSujet: Re: BG Krazdax   Lun 20 Nov - 17:45

Bon sang ... du véritable vocabulaire ça, comme on en voit rarement. J'adore simplement ... et je me ravirai tout autant que les autres à lire la suite, si suite il y a. Vraiment, waow.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: BG Krazdax   Lun 20 Nov - 19:54

Ton BG repond avec perfection a tout mes questions. Je peux seulement dire que je suis etonne par une telle plume a ton age peut avance. Razz Tu devrais penser a ecrire des livres. jocolor
Revenir en haut Aller en bas
Noz, Mortanyss

avatar

Nombre de messages : 437
Age : 26
Localisation : Chicoutimi, Saguenay
Date d'inscription : 18/11/2006

MessageSujet: Re: BG Krazdax   Lun 20 Nov - 19:54

Suite il y aura!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azghaz, Mortanyss

avatar

Nombre de messages : 116
Age : 30
Localisation : Quebec, Montreal
Date d'inscription : 17/11/2006

MessageSujet: Re: BG Krazdax   Lun 20 Nov - 19:57

Krazdax, Mortanyss a écrit:
Suite il y aura!

*Débouche le champagne et festoie*

Very Happy

J'ai hate de lire le reste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://testwow.frbb.net/index.forum
Invité
Invité



MessageSujet: Re: BG Krazdax   Lun 20 Nov - 20:04

Je ne sais pas comment vous faites par écrire des BGs aussi long! Le mien sera réécrit et plus détaillé.

J'ai lu ton BG et c'est vraiment la perfection. Que je ne vois personne reprocher le BG de Krazdax!
Revenir en haut Aller en bas
Glopork Kleg, Nalkiri

avatar

Nombre de messages : 183
Date d'inscription : 18/11/2006

MessageSujet: Re: BG Krazdax   Lun 20 Nov - 22:42

Ce qui m'impressionne vraiment c'est que parfois tu post de façon disons légère ou minimaliste Wink (c'est pas un reproche, ça fait ton charme) et là tu écrit des BGs qui démontrent un savoir incroyable pour les métaphores, la synthaxe et le vocabulaire. Tu m'impressionnes, vieux!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eazox, Mortanyss

avatar

Nombre de messages : 834
Age : 30
Date d'inscription : 17/11/2006

MessageSujet: Re: BG Krazdax   Lun 20 Nov - 23:13

Kuzjaz, Mortanyss a écrit:
Ce qui m'impressionne vraiment c'est que parfois tu post de façon disons légère ou minimaliste Wink (c'est pas un reproche, ça fait ton charme) et là tu écrit des BGs qui démontrent un savoir incroyable pour les métaphores, la synthaxe et le vocabulaire. Tu m'impressionnes, vieux!

Oui, peut-être bien, mais selon moi, ça va avec à l'occasion la profondeur des propos qui sont dits.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noz, Mortanyss

avatar

Nombre de messages : 437
Age : 26
Localisation : Chicoutimi, Saguenay
Date d'inscription : 18/11/2006

MessageSujet: Re: BG Krazdax   Mar 21 Nov - 21:37

Et voilà, la deuxième partie fut corrigée du mieux que je pu et il ne fait pas l'ombre d'un doute qu'il y demeure toujours des fautes. Néamoins, avec cette partie qui est pour moi maintenant close, je vais me concentré sur la troisième partie de mon background.

Merci pour tous les commentaires conçernant mon bg ainsi que ceux étant à l'égard de mes posts minimalistes Wink.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: BG Krazdax   Mer 22 Nov - 19:12

Vraiment, un Bg extraordinaire, dont je ne vois aucune faille. Ce fut un grand plaisir à lire et j'ai bien hâte de voir la suite! Si tu décris aussi bien IG que tu le fais dans ton BG, j'ai bien hâte d'avoir la chance de jouer avec toi. Avec de telles descriptions, tu arriverais fort probablement à émettre une atmosphère incroyable autour de ton personnage. Bref, au plaisir!
Revenir en haut Aller en bas
Noz, Mortanyss

avatar

Nombre de messages : 437
Age : 26
Localisation : Chicoutimi, Saguenay
Date d'inscription : 18/11/2006

MessageSujet: Re: BG Krazdax   Lun 27 Nov - 23:32

Un retour en terres battues

Noz fronça les sourcils, plaquant sa main devant son front de façon à se cacher de la lumière aveuglante projetée des cieux. Non, c’était bel et bien un cadavre qui s’amenait vers eux, un sourire édenté aux lèvres. Il ne sut pas comment réagir, restant là, le regard plongé sur le mort, semblant fixé sur le sol à travers le temps qui passait. Ce fut d’ailleurs l’homme à son devant qui eut la première réaction, une réaction qui d’ailleurs ébranla quelque peu le jeune homme.

<< Kraz! Vieux frère. Que fais-tu ici ?>>

L’homme s’avança alors d’un rapide pas vers le cadavre interpellé semblant retrouvé quelqu’un qui lui était cher. Noz quant à lui resta sur place, une certaine méfiance habitait son regard. Toujours sur le chemin de boue séchée longé par une forêt de feuillus aux troncs serrés les uns contre les autre, il ne comprenait pas comment un hastane atteint d’une maladie tel qu’il ressemblait à un cadavre puisse ainsi marché sans montrer trace de fatigue et sans être affecté par la chaleur ambiante qui vous brûlait la peau car oui, malgré son apparence cadavérique, celui-ci avait tout d’un membre de son peuple. Il ne comprenait pas non plus comment son mentor pouvait lui serré la main avec une joie débordante et sans être dépourvue du même dégoût qui hantait Noz.

<< Allez Noz, qu’est-ce que tu attends !? Viens ici que je te présente ce bon Kraz. >>

Le jeune homme qu’était Noz s’avança dès lors doucement vers le duo un peu plus loin devant lui. Il aurait bien aimé ne pas avoir à bougé et pouvoir rester l’unique témoin de l’étrange scène, mais il se devait d’obéir à l’homme qui lui commandait, dernière promesse faite à sa mère…

Plus Noz s’avançait et plus il aurait voulu se retrouver à mille lieux de là, l’homme en plus de refléter une image d’un corps rongé de toute part, dégageait une forte odeur de pourriture mêlée aux horrifiants parfums de la base ville. Le jeune homme ne laissa rien paraître de son dégoût et avança sa main droite en direction de celui-ci. Lorsque la main de Kraz entra en contact avec la sienne, le jeune homme ne put s’empêcher d’afficher une rapide grimace qui passa inaperçue. C’était poisseux et mou… Il était certain que sa main aurait son empreinte dans cette autre mais il contrôla sa curiosité lors du moment de la constatation qui aurait pu être réalisable. L’homme à l’apparence peu ragoûtante se présenta, faisant l’hôte d’une voix semblant émaner d’une étendue liquide où baignait un tourbillon d’âmes en pleures:

<< KrAzDaX S’aPpElEr KrAzDaX! Et Toi ComMenT ÊtRe Ton NoM ? >>

Noz tourna sa tête vers son ami en quête d’aide mais celui-ci l’invita à répondre par un bref hochement de tête ce qui obligea l’enfant à émettre lui aussi parole :

<< Je me présente dès lors en tant que Noz Ambrosius d’Aspael qui est enchanté de vous compter à ce moment dans ses plus heureuses connaissances. >>

Finissant sa présentation par une brève courbette, il se retourna vers son mentor lui demandant si il pouvait finir la route menant en Citria, lui promettant vivement d’être le plus prudent possible. Celui-ci hésita plusieurs minutes questionnant Noz sur des si et puis, découragé de l’obstination dont le jeune homme faisait preuve et emplie de la joie nouvelle de sa retrouvaille, il le lui permit en lui ordonnant de ne faire confiance à quiconque et de se faire le plus discret possible. Il put ainsi continuer sa discussion avec l’homme à son devant, gardant toujours un oeil sur le revers de la cape d’un bleu obscur qui recouvrait son protégé, jusqu’à ce que celui-ci disparaisse dans les vapeurs blanchâtres de cette lumière aveuglante. Il put alors se concentré sur ce qu’on lui racontait, c’était pour bientôt, dans quelque temps, une chose terrible et inattendu de tous allait avoir lieux, une histoire prendrait naissance, un récit allait s’entamer, caché à certains, ignoré par d’autre, redouté des uns, agréable surprise du destin.

Serrant son poing sur le vide qui s’y retrouvait, Noz avançait d’un pas décidé sur le chemin qui serpentait à travers champs et prairies. Soudain la semelle d’une de ses bottes de cuir frappa contre les dalles de pierres qui avait remplacé l’ancienne terre, là-bas, il les voyais se dessiner au loin, si majestueux dans leur incroyable splendeur, fièrement dressés, surplombant le monde de leur prestance, éloquents sans avoir de langue, les gigantesques remparts qui cernaient Citria lui apparaissait tranquillement, se dessinant avec plus en plus de détails. Il put bientôt voir les premiers établissements Hastane, en majorité des fermes en bois rond et de dimensions toutes différentes, les unes plus élaborées, les autres où la végétation et les décorations extérieurs étaient luxuriantes, certaines s’élevant dans les airs semblant toucher le ciel.

Un sentiment d’appartenance, un mélange de sécurité et de fierté envahis alors Noz, il se retrouvait là, aux travers poules et cochons, secoué par la douce mélodie qui berçait ces lieux, emplissant ses poumons d’une odeur plutôt désagréable mais d’une familiarité, oh combien réconfortante, il était là, chez lui. Il s’arrêta sur le porche d’une ferme de pierres faite sur sa droite et s’y assied, se recourbant le dos pour lentement retirer ses bottes avachis et usées par la distance parcourue. Quel joie l’envahit alors que la surface de sa peau reconnut l’air frais de la nature qui circulait entre ses orteils, se questionnant un instant sur les conséquence que lui apporterait un vol de bottes, il prit une des décisions les plus rapides de sa vie et envoya voler la paire de bottes jusqu’au coin de la chaumière rectangulaire et se mit à courir comme il ne l’avait jamais fait au par avant, non par peur mais par plaisir, celui de sentir l’herbe caresser la plante de ses pied à chaque nouvelle enjambé et y déposé ses minuscules particules d’eau qui allaient glisser pour se déposé un peu plus loin sur cette même étendu de verdure uniforme.

À force de courir, il ne remarqua même pas qu’il était rendu à proximité de la ferme des Fiolets, pâturage reconnu pour ses légumes d’une grosseur admirable mais aussi pour ses deux taureaux qui arpentaient ces plantations. Ceux-ci, bien plus gros qu’une calèche, aussi rapide qu’un cheval mais dont la férocité surpassait toute compréhension, du moins, c’était le récit qu’en faisant tous les enfants de Citria, qu’ils les aient réellement déjà vue ou non. Noz quant à lui le savait bien, c’était son terrain de jeux. En effet, il existait un jeu plus ou moins répandu chez les enfants qui était fort simpliste dans sa constitution, le but étant de s’approcher le plus près possible d’un des deux taureaux sans que celui-ci ne vous embroches du bout d’une de ses cornes effilées. Le record appartenait toujours à Noz qui s’était approché assez près du taureau pour le toucher du bout d’une branche de frêne d’une longueur tout de même respectable, du moins, il espérait qu’il tenait toujours ce record et c’est exactement à ce moment précis où il réfléchissait à ce précieux record qu’il les attendis, ces encouragements familiers, qu’il sentit planer dans l’air cette odeur d’excitation mêlé à une peur partagée.

Il ne put résister à l’appelle et reprit sa course, cette fois d’un pas plus léger en leur direction, se dévêtissent au passage pour laissé reposer ses encombrements dans l’herbe verte qui recouvrait tout le territoire, se retrouvant avec uniquement sur le dos, une chemise blanche déboutonnée recouvrant le bas un pantalon d’un bêche clair parsemé de plaques plus foncés tirant sur le brun. Rendu assez près de la clôture sur laquelle tous les jeunes étaient appuyés, il quitta le plancher des vaches pour atterrir d’un bond, incognito auprès d’eux. Plongeant son regard vers la masse noir dont il connaissait très bien l’identité, il balaya d’un regard le chant avant de l’apercevoir, une ombre tapi dans l’ombre au dos de la bête qui raccourcissait dangereusement la distance qui les séparait elle et l’animal. Noz remarqua par la suite que cet enfant s’approchait dangereusement de son record, couvert par les encouragements, les cris de peur et les appels de retours que ses spectateurs lui lançait, levant haut et fort leur poing, se voilant les yeux ou à frissonner pour leur héro de ce jour.

<< Allez ! Vas-y Malycia, montre leur ce qu’une fille peut faire!
>>
, lança l’un d’eux.

Noz fut choqué par ce qu’il venait tout juste d’entendre, et appuyant ses mains sur le haut de la rambarde, il se propulsa de l’autre côté du pâturage, se dévoilant enfin aux yeux des enfants pour leur plus grande surprise. Habituellement, il aurait jouis de voir l’effet de sa surprisse se refléter dans les yeux ébahis de ceux-ci mais il avait plus important à faire en ce moment.

----------------------------------------------------------------------------------
Voici la troisième partie de mon BG.
Partie corrigée.


Dernière édition par le Dim 14 Jan - 17:13, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xhilyan'ntru, Mortanyss

avatar

Nombre de messages : 1785
Date d'inscription : 26/11/2006

MessageSujet: Re: BG Krazdax   Mar 28 Nov - 1:06

Massif, mais très bien rempli. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azghaz, Mortanyss

avatar

Nombre de messages : 116
Age : 30
Localisation : Quebec, Montreal
Date d'inscription : 17/11/2006

MessageSujet: Re: BG Krazdax   Mar 28 Nov - 23:42

Toujours aussi bien écrit, j'ai été un peu confus au début de ta 3iem partit, mais c'Est parce que j'ai une mémoire vraiment trop nul. Quand tu finiras tout ton "BG", je relirai du début à la fin, pour vraiment apprécier au maximum.


Dernière édition par le Mar 28 Nov - 23:50, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://testwow.frbb.net/index.forum
Eazox, Mortanyss

avatar

Nombre de messages : 834
Age : 30
Date d'inscription : 17/11/2006

MessageSujet: Re: BG Krazdax   Mar 28 Nov - 23:45

Après, Kraz vient me voir sur WebMessenger pour me dire que mes textes sont trop longs et lui donnent mal à la tête... Neutral

Excellent BG, bien écrit, on dirait une mélodie lorsqu'on le lit. Bon d'accord, ça fait cul-cul, je le sais...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azghaz, Mortanyss

avatar

Nombre de messages : 116
Age : 30
Localisation : Quebec, Montreal
Date d'inscription : 17/11/2006

MessageSujet: Re: BG Krazdax   Mer 29 Nov - 8:28

Tes textes était de couleurs fluo nucléair Eazox, sa change tout une fois que tu deviens temporairement aveugle. cyclops
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://testwow.frbb.net/index.forum
Tyrmk, Mortanyss

avatar

Nombre de messages : 623
Age : 27
Localisation : Québec, Québec
Date d'inscription : 24/11/2006

MessageSujet: Re: BG Krazdax   Mer 29 Nov - 9:05

Excellent BG, prenner moi pas comme une lavette qui s'écrase, mais je crois que toi texte est bien au-dessus des miens.

Féllicitation!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vincent C., Hastane.

avatar

Nombre de messages : 1128
Age : 29
Localisation : Ste-Catherine, Montérégie
Date d'inscription : 18/11/2006

MessageSujet: Re: BG Krazdax   Dim 3 Déc - 22:06

Waow waow waow, je suis un peu perplexe quant à la fin ... j'arrive vraiment pas à imaginer ce qui saurait arriver. J'ai vraiment hâte de voir ce qu'elle vaut. Au grand plaisir de poursuivre ma lecture de tes longs et magnifiques textes Kraz. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noz, Mortanyss

avatar

Nombre de messages : 437
Age : 26
Localisation : Chicoutimi, Saguenay
Date d'inscription : 18/11/2006

MessageSujet: Re: BG Krazdax   Dim 3 Déc - 22:19

Un ressourcement à l'enfance

Le sable blanc finissait la mer, lieu de pèlerinage pour les vagues qui allaient inlassablement s’y échouer, nul ne pouvant agir contre leur immuable volonté.
Une plage d’un blanc immaculé saupoudré ici et là de quelques coquillages rejetés par la vaste étendue d’un bleu triste. Entrecoupant le bruit régulier de la marré se brisant, on put entendre les rires de deux enfants, jeune fille et garçon, éperdus dans leur éternel innocence. Deux petits êtres se poursuivant, chat et souris, batifolant ensemble sur ce territoire emplie d’une sérénité se faisant protecteur d’une allégresse sans borne. Le soleil disséminant ces dernières couleurs à cette terre avant de s’échapper à la vue de celle-ci teintait la voûte du ciel d’un orange mandarin, mariage de circonstance avec l’odeur que procurait à cet instant l’exquis parfum que disséminait la mer semblant venir de son essence même.

<< Hop! Je t’ai eu!>>

La jeune fille sourit au garçon, dévoilant une dentition d’une parfaite blancheur, ce qui accentuait son incomparable apparence. D’une voix se trahissant en elle-même, elle lui répondit :

<< Il faudra bientôt retourné en ville Noz, ton père doit se faire du soucis à ce moment. Regardons le couché de soleil et rentrons. >>

Celui-ci hocha la tête lui prenant les mains pour les serrer contre les siennes et s’assied sur la nappe de sable. Leur regard projeté au loin vers le cercle de lumière, le regardant impuissant dans sa mort silencieuse. Malycia était une jeune fille du même âge que Noz, habillé simplement, elle représentait toutefois un feu ardent aux yeux de celui-ci. Elle possédait une chevelure bouclée de couleur rousse imitant de puissantes flammes dansantes qui cernait un visage dégageant un charme brûlant où deux pommettes vermeilles sur lesquelles était dispersés petites taches de rousseur achevaient les recoins d’une bouche aux lèvres charnues mais se qui plaisait le plus à Noz dans ce visage était ses yeux d’un vert rappelant la frondaison des arbres à la lisière d’une forêt semé par un être divin lui-même dans le but de fournir accueil aux âmes égarées. Ce lieu recueilli maintes fois Noz qui s’y laissait dérouté dans le plus grand bonheur.

Alors que l’étoile était à l’apogée de sa fin, la jeune demoiselle tourna sa tête vers celui-ci qui ressentant l’attention qu’elle lui portait, se retourna aussitôt vers elle. Il put aisément percevoir la tristesse empreinte dans son regard et arquant un sourcil, il l’écouta débiter ce qu’elle avait à dire, un sentiment d’appréhension faisant timidement présence dans son esprit.

<< Dit Noz … Tu vas repartir bientôt? >>

Elle connaissait la réponse à sa question et elle en eu la confirmation alors que Noz ferma ses paupières pour y dissimuler sa peine. Elle reprit d’une voix plus lointaine amplifiée d’un faux ton de reproche :

<< Je ne peux pas empêché un faucon de voler, Hein? Mais j’espère que tes voyages cesseront bientôt Noz. Tu sais, on raconte un tas d’histoire à propos de montres qui hanteraient les humides forêts du sud et je ne veux pas que tu sois la proie de l’un deux parce que… Je tiens beaucoup à toi mon petit faucon!>>

Noz se leva alors, serrant plus fort les mains de Malycia dans les siennes, il alla s’égarer une nouvelle fois dans ses yeux et les deux jeune gens s’enlacèrent et le garçon se retira pour faire glisser ses doigts sur son propre cou afin d’y retirer un collier ordinaire se finissant par une petite plaque d’apparence or comportant l’inscription Noz Ambrosius d’Aspael creusée dans celle-ci. Il alla ensuite le déposer dans la paume d’une des mains de Malycia et lui referma en la regardant tendrement.

<< C’est ma mère qui ma donner ce collier. Tu n’as qu’à le garder pendant que je serais partit d’accord? >>

Acquiescant d’un faible signe de tête, elle serra fortement le collier sur sa poitrine elle sourit à son tour les yeux remplis d’une nappe humide. Noz lui rendu ce sourire et inclina légèrement son dos. La jeune fille comprenant ce que cela signifiait, fit un petit bond et s’accrocha au cou de celui-ci. C’est ainsi que Malycia sur le dos de Noz rentra en Citria accompagnée du jeune homme dans l’euphorie la plus total.

Le jour avait fait place à la nuit et le ciel d’un bleu clair était maintenant drapé de petits points lumineux sur un fond noir. Après avoir promit à la jeune fille qu’il viendrait la voir avant de repartir, il la laissa à elle-même pour se diriger vers la maison de son mentor ou selon tous les autres celle de son père, simple mesure de précaution.

Poussant la porte qui alla en grinçant, il fit irruption dans la petite cuisine de l’habitation en total fouillis. La faible lumière des chandelles tamisait l’atmosphère de la pièce où se trouvait en son centre une petite table de bois terne ainsi que quatre chaises semblant avoir été retiré du même arbre que la table. Une odeur d’alcool imbibait l’air de la petite habitation, elle semblait imprégnée dans tous les murs gris de la maisonnette anciennement blanche. Un homme était assit sur une des chaises et Noz reconnut tout de suite son tuteur, celui-ci semblait plongé dans ses pensées et il ne remarqua pas immédiatement l’arrivé de son élève, pianotant nerveusement la table du bout de ses doigts. À travers la vapeur quelconque qui s’élevait dans la pièce, le jeune homme vint prendre place sur une chaise au bord contraire d’où l’autre homme se trouvait. Arquant les sourcils, il aperçut que la chair à la fin de ses doigts était sans protection et que du sang s’échappaient silencieusement de son être pour s’infiltrer dans les minuscules interstices composant le bois de la table. Le garçon ne laissa rien paraître de son étonnement car son maître venait semblait-il, tout juste de reprendre conscience.


Les yeux emplis d’une certitude inquiétante, il tenta de prendre un air qui n’épousait pas ce qu’il dégageait. D’apparence joyeux et vivant, il puait la peur de la mort.
Un rictus désemparant au visage, il entama d’une voix accidentellement tremblotante et tentée de remords :

<< Tu vois Noz!? Je te l’avais bien dit qu’Odéon nous récompenserait si nous allions accomplir la besogne que nous avait donnée ce vieux frère. Avec l’or que cette quête nous a rapporté, on pourra se reposer un moment mais… >>

Il joints ses deux lèvres ensemble avant de poursuivre d’une bouche pâteuse et d’un regard qui se faisait plus insistant, plus grave à l’égard du jouvenceau :

<< Mais, juste avant, il nous faudra remplir un dernier contrat. Celui-ci n’est pas une question d’or ou de notoriété… Tu sais, j’ai déjà eu un garçon Noz. Il aurait ton âge maintenant mais Odéon n’en a pas voulu ainsi. Un jour alors que je revenais de chasse avec ton père et d’anciens amis, je découvris ma femme pendue au-dessus de cette même table… Le choc fut terrible Noz et il s’accentua lorsque je découvris le berceau de note enfant vide d’une présence humaine étant remplacée par un simplet bout de papier.
Papier que je n’ai plus mais le message qu’il contenait lui coule en mes veines. Mon brave poulain, fils de mon meilleur ami, Noz, je te demande de m’accompagner pour cette dernière aventure. Une simple affaire de quelques heures en fait mais je tiens à t’avoir à mes côtés… Je ne sais pas si tu peux comprendre mais plus d’une fin arriveront là où nous allons. >>

Le jeune homme hocha la tête impuissant, une chaleur étouffante serrant sa gorge. Il l’aurait suivit même sans explications mais il parvint aussi à comprendre que ce n’était pas d’un simple suivant dont son compagnon avait besoin. Compagnon qui semblait maintenant avoir reperdu lucidité car la table était de nouveau victime du martèlement incessant que faisaient les doigts de l’homme sur celle-ci. Se reculant sans bruit sur sa chaise et se levant, Noz arracha un morceau de tissus à la manche de sa chemise de lin et vint la posé de manière à atténuer les blessures de l’homme. Il repartit ensuite vers la porte qu’il referma sur son passage. Il avait peut-être le temps d’intercepté Malycia avant quelle ne soit chez elle.

_________________________________________________________

Partie non corrigée

Je tiens à remercier spécialement Malycia D’Aveniel pour m’avoir permis d’intégrer son personnage dans le passé du mien.
Merci aussi pour tous vos commentaires, je continue à écrire et arriverait peut-être à une fin, peut-être Razz.


Dernière édition par le Dim 14 Jan - 17:11, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vincent C., Hastane.

avatar

Nombre de messages : 1128
Age : 29
Localisation : Ste-Catherine, Montérégie
Date d'inscription : 18/11/2006

MessageSujet: Re: BG Krazdax   Dim 3 Déc - 22:29

Vraiment, la description de Malycia est vraiment époustouflante, on peut imaginer un visage hyper facilement, ça en est époustouflant. Kraz, tu es véritablement incroyable tes textes me rendent tellement banal lorsque je me met à l'écriture. Sincèrement, le meilleur Bg que j'aie lu jusqu'à présent ... et ce, même si je n'ai pas encore lu la fin. Wink


Edit : Je viens de relire mon post et ... je me répète .. haha! Ton texte me fait perdre la tête. Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: BG Krazdax   Dim 3 Déc - 22:33

Pareillement, la comtesse D’Aspaël n'existera pas dans l'histoire des Hastanes. Tu peux conserver cet aspect dans ton BG mais les Aspaël n'existeront pas IG et personne ne se souviendront d'eux.

Pour ton Conseiller du Roi, il n'y a que la possibilité du Légat des Armées, du Haut Diplomate ou du Haut Censeur. Ce sont les seuls membres du Conseil Royal hormis les religieux et le Roi lui-même.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: BG Krazdax   

Revenir en haut Aller en bas
 
BG Krazdax
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue à Mortancia :: Discussion Hors Rôle-Play :: Grimoire-
Sauter vers: