Bienvenue à Mortancia

Merci de mettre ton nom conforme et d'ajouter une virgule, puis ta race. On est très chiants ici avec cette règle, surtout Xenshi.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 (BG) Xhilyan'ntru

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Xhilyan'ntru, Mortanyss

avatar

Nombre de messages : 1785
Date d'inscription : 26/11/2006

MessageSujet: Re: (BG) Xhilyan'ntru   Mer 13 Déc - 1:55

Avant-goût:

Un cri retentit au travers du lourd vide qui anime Mortancia. Un cri strident, bref, éphémère et mourant. Les échos rendent son origine difficile à localiser.

Il s’agit en fait d’une petite forme se dressant sur le balcon d’une haute tour usée, dressée comme un terrible veilliard gris et asséché. En haut, tout en haut, s’y trouve une silhouette troublée et agitée. Son aspect rappelle celle de la tour désolée ; grise, abîmée, décharnée.

Un second cri naît avant de mourir.

Xhilyan’ntru, perché sur le balcon de pierre, contemple la nécropole de ses yeux froids et laiteux. La chair pétrifiée, dégoûtante substance craquelée, se tord et se plisse sur son visage déformé par la non-mort en une grimace hostile. Un sifflement jaillit entre ses longues dents dénudées de gencives à l’instant où il se retourne abruptement vers l’encadrement qui donne sur une petite salle.

Le son lent et dérangeant de son pied traînant lamentablement sur la pierre froide témoigne de son passage dans la modeste pièce. Une faible lueur rougeâtre dévoile l’étrange appartement où se côtoient bougies et brasier ardents. L’horrible créature rampe jusqu’à une modeste table de marbre, près de laquelle elle s’arrête, brusque et rigide.
Les minces fentes décorant son visage de cauchemars, uniques vestiges de son nez, s’élargissent alors qu’une bonne quantité d’air y pénètre. Le même air est ensuite rejeté avec violence et frustration, chargé de poussière et changé en nuage d’une putridité malsaine.

D’un geste raide et spontané, la chair craque et Xhilyan’ntry s’assied sur un petit trône sculpté de pierre dure, n’invitant nullement au confort. La masse repoussante s’y enfonce néanmoins, aussi dure et tiède que la matière qui compose l’objet. Le mort-vivant, nu et misérable sur son petit trône, médite longuement en caressant les quelques cheveux décolorés qui pendent inertes sur son crâne. Les ongles, allongées et rendues voraces par l’état cadavérique des mains, lacèrent la mince chair qui recouvre encore sa tête à leur passage. Un peu de sang noirci fuît des plaies qui s’injectent immédiatement de pus.

Après sa fétide méditation, Xhilyan tend une de ses maigres mains pour saisir une longue plume noire noyée dans un vieil encrier. Les pages, blanches et jeunes, glissent doucement les unes contre les autres dans un bruit rafraîchissant qui vient contraster la nature défraîchie de l’écrivain. Malgré ses mouvements lents et maladroits, la plume est maniée avec une extrême délicatesse jointe à une concentration soutenue. Les lettres se tracent progressivement et se multiplient.


Les Mortels. Ceux qui vivent en surface, sous le soleil.
Les plus fragiles d’entre eux crient de terreur en voyant nos corps, à la fois triste et glorieuse parodie des leurs. Les plus forts couvrent seulement leurs nez en tentant de ne pas trop regarder nos visages qui rappellent celui de la peste et de la mort.

Pourquoi ? Ils savent pourtant que nous ne sommes pas associés aux créatures sauvages et hostiles provenant des erreurs de la nécromancie. Nous n’attaquons pas sans être provoqués.

En fait, il ne s’agit pas de nous. Il s’agit de ce qu’ils voient en nous. Pour comprendre ceci, il faut comprendre plusieurs concepts propres aux mortels.

Les mortels connaissent la mort. Contrairement à nous, qui pouvons seulement être détruits (pour ensuite renaître et être reconstitué si telle est la volonté du Père), les mortels doivent tôt ou tard, mourir ; accident, destructions, maladies, vieillesse…les facteurs son innumérables et inévitables.

Nous, Mortanyss, portons l’aspect de ces résultats. Nous portons l’image de leurs morts, dont ils craignent l’apparence.

C’est pourquoi, chez quelques races charnelles, on se débarrasse des morts, surtout en les enfouissant sous quelques mètres de terre. Ils disent que c’est pour éviter les odeurs et les maladies, auxquels leurs corps fragiles sont particulièrement sensibles. Ce n’est qu’une pâle raison pour en dissimuler une autre, plus sombre (moins pâle ?).

Ils redoutent leur fin. Voir un corps inerte reposer, puis se dégrader, leur est insoutenable. Cette vision leur rappelle qu’ils ne sont pas grand-chose. Cette vision leur rappelle leur destin tracé dans les voies de la chair. Ils renient leurs morts. Ils renient leurs vraie nature, et ils préfèrent s’aveugler pour profiter de leur courte et insignifiante vie.

Ils en font de même avec nous, car nous portons le visage de leurs morts. Mais nous ne sommes pas eux. Ils ne le voient pas, car la complexité et la profondeur de l’œuvre de Kalos leur échappe totalement. Ils se méprennent totalement sur notre compte, et nous affuble du nom de mort-vivant, nous, fils de Kalos, qui ne sommes ni mort, ni vivant. Nous sommes au-dessus de ces simples concepts primitifs de la chair. Ils ne parviennent pas à distinguer les délicates nuances entre le ‘’oui’’ et le ‘’non’’ de l’existence Mortanne.

C’est peut-être cette ignorance qui les pousse à s’éloigner lorsqu’une proximité entre nos races survient. J’exclurai ici les Nargoliths, qui sont doués pour saisir les fines subtilités de Kalos, notre Père triple.

Malgré toutes ces lettres qui font plus ou moins de sens, il est dit que nous hantons leurs existences. Sans le savoir, nous sommes leurs spectres murmurant des passées douloureux de cauchemars enfouis ou des avenirs damnées dans la poussière. Sans le savoir, nous les hantons.

Et pourtant.


La plume ralentit et s’arrêta. Les derniers traits étaient d’une pâleur agonisante. La pointe de la plume noire se souleva pour aller se ressourcer au milieu de l’encrier. Aussi lentement qu’elle s’était envolée du papier, elle y retourna.

À chaque moment passé hors de la portée temporelle du soleil et des astres, mon être est tourmenté. J’ignore s’il s’agit de la volonté de Kalos. Je devrais aller voir un de mes frères du culte pour le savoir.

J’entends sans cesse des voix, si lisses et glissantes que seule une gorge pourrait en être l’origine. Je vois des visages, dans les ombres, dans les murs, dans l’eau…dans mes rêves. Des visages dont la peau moite et molle se déforme pour former des expressions que je ne reconnais pas. J’entends des rires candides qui deviennent moqueurs et vils. Il m’arrive également d’avoir des sensations étranges ; celle d’un vent, frais et parfumé. Il m’arrive de sentir le froid s’emparer de mes membres, mordant mes chairs inutiles jusqu’à la moelle de mes os. Il m’arrive d’avoir un autre goût que celui du sang ou de la terre fade sur ma langue.
Il m’arrive de voir et de sentir des choses dont je ne peux nommer, car j’ignore tout de ces choses.

Les aînés disent que nous avons tous déjà été mortels avant de devenir l’œuvre de Kalos. Nous avons déjà été vivant, avec la fragilité, l’angoisse, la folie et l’insensée envie de survivre jusqu’à la mort que la vie comporte.

Rien que d’y penser, j’ai peur. L’idée d’avoir été de chair, puis d’être mort ensuite me tétanise. Mais je me rassure ; Kalos m’a choisi. Je dois rester fidèle et être là pour mes frères.

Mais il serait faux de croire que les morts hantent les vivants. Leurs peurs et leurs soucis de la mort, ainsi que leur vulnérabilité envers nos corps divins sont des détails pathétiques. La vérité, mes chers frères, c’est que ce sont eux qui nous hantons. Nous les voyons. Nous les entendons. Ils nous poursuivent, dans nos crânes. Leurs chairs moites et visqueuses nous dégouttent. Mais surtout, l’idée qu’ils soient un reflet de nous-même, comme nous sommes le reflet du leur, nous est insupportable.

Ce sont eux qui nous hantent, pour toujours et peut-être aussi à jamais.

Je prie que Kalos nous en libère.

Fraternellement,


Ж ђ і Г ұ а и ‘ и т ѓ џ
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vincent C., Hastane.

avatar

Nombre de messages : 1128
Age : 29
Localisation : Ste-Catherine, Montérégie
Date d'inscription : 18/11/2006

MessageSujet: Re: (BG) Xhilyan'ntru   Sam 16 Déc - 16:35

J'aime bien ... j'adore l'hypothèse fort plausible que tu as évoqué qui se réfère au BG des Mortanyss en disant que certains Hastanes repoussaient les Mortanyss. Tu as pris ce côté qui n'était pas beaucoup développé pour en faire ta propre hypothèse. Je trouve ça bien! ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xhilyan'ntru, Mortanyss

avatar

Nombre de messages : 1785
Date d'inscription : 26/11/2006

MessageSujet: Re: (BG) Xhilyan'ntru   Sam 16 Déc - 16:53

Very Happy

Ceci reste l'avis de mon perso, propre à lui-même. Je mets ça ici, suite à son BG parce que ca réflète ses pensées et des fragments de sa personne.

J'en ferai probablement des livres IG.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xhilyan'ntru, Mortanyss

avatar

Nombre de messages : 1785
Date d'inscription : 26/11/2006

MessageSujet: Re: (BG) Xhilyan'ntru   Jeu 21 Déc - 23:54

Suite au post sur l'amour et les Mortanyss, j'ai cru bon de présenter la vision de l'amour que possède Xhilyan. Notez qu'il base cette vision sur ce que les mortels en font.

Un jeune couple était installé sur un tronc d’arbre abattu. Sur ce banc improvisé par la nature, les deux jeunes gens se témoignaient silencieusement leur amour mutuel. Leurs yeux ne se quittaient plus, et leurs bouches s’animaient de mots inaudibles.

À quelques mètres de là, dissimulé entre les feuilles et les ombres, un regard blanc et fixe s’était plongé dans leurs habitudes nuptiales depuis un bon moment déjà. Une respiration rauque et bestiale accompagnait cette paire d’yeux pâle et vides, mais les jeunes amoureux n’entendaient n’y avait pas porté attention. Ils n’écoutaient que le chant de leur amour, inconscient de l’horrible espion tapis à quelques pas de là, dont la repoussante apparence aurait tôt fait de contraster avec la beauté du moment.


-Gnhmnaz….kmenlrrh….rrh.

Il arrive que les idées s’avèrent incapables de s’articuler en un langage audible.

Avec une lente précaution, les yeux blancs se mêlèrent et se fondirent dans l’obscurité qu’offrait la forêt déjà endormie par la tombée de la nuit.

Conscient de la débilité de ses membres, le petit être discret rampa à reculons et au ralentit, afin d’éviter tout mouvement brusque susceptible de dévoiler sa présence. Une fois ces précautions, plutôt inutiles, accomplies, la créature se redressa, avec un petit craquement. La lumière lunaire vint frapper la chose ; ses deux jambes maladroites exécutèrent quelques pas semblables à ceux d’un horrible bébé, monstrueux et macabre.

Xhilyan’ntru présenta son visage à celui de la lune. Ses yeux plissèrent, conformément au reste de son visage décrépit. Son expression crispée se dissipa peu à peu, et, sous la lumière nocturne, il plongea ses longs doigts dans une petite poche qui se confondait parfaitement avec le reste de son corps, sale et usé. Le zombi en retira un bouquin, en meilleur état que lui-même, accompagné d’une plume et d’une petite fiole d’encre. Il disposa les instruments à même le sol et entreprit de noircir quelques pages du livre qui reposait sur ses genoux osseux.

Les Mortels comblent leur courte existence de biens étranges habitudes. Ils ne sont pas tous concernés par leurs propres gains et leur survie personnelle, comme plusieurs d’entre nous pourrait le croire. Il arrive qu’un mortel porte un intérêt pour un autre, se souciant de son bien-être. Ce lien, bien que pâle si on le compare à la famille que nous formons, ils l’appellent l’amour. L’amour chez les mortels se divise en plusieurs catégories différentes, n’ayant pas encore atteint le stade universel qu’est le nôtre.

L’amour d’amitié ; Au cours de leur vie, des événements lient parfois des mortels entre eux, qui forment peu à peu des liens en se battant côte-à-côte, ou en coexistant simplement dans la camaraderie. L’amour d’amitié pousse à considérer un autre mortel comme nous-même chérissons nos frères. L’un est toujours près à défendre l’autre, et l’autre est toujours disposé à rendre service au premier. Ils se supportent aussi mentalement lors de pénibles occasions. Il s’agit surtout d’une coexistence de convenance, l’union faisant la force, et la force étant nécessaire à la survie. Des amis restent généralement fidèles l’un envers l’autre jusqu’à la fin, mais il existe des exceptions, la chair étant ce qu’elle est. C’est le type d’amour le plus fiable et constant, mais, étrangement, le moins fort de la liste que j’ai dressé.

L’amour familial ; Les mortels forment des petits regroupements, qu’ils appellent ‘’famille’’. C’est très semblable à notre famille, mais minimaliste. Il y a des enfants, engendrés par la chair, des frères, des aînés, un père de chair, et une mère, dont je ne suis pas sûr du rôle. Je pense qu’elle vient assister le père, auquel il manque la puissance divine pour engendrer la famille. Ces petites cellules familiales sont des répliques primitives de ce que nous connaissons, les plus vieux étant aussi chargés de l’enseignement et du développement des plus jeunes. Étant donné les lacunes charnelles, les aînés sont peu utiles à la famille, et ce sont seulement les individus matures qui s’occupent des tâches essentielles. Comme dans notre famille, ses membres partagent entre eux et se supportent mutuellement. Les membres de la famille font preuve d’un favoritisme entre eux, allant au-delà de la race. Leur amour n’a pas encore atteint le stade d’union que nous connaissons, et ces familles entrent facilement en conflit entre elles. Un membre extérieur à la famille est considéré comme un étranger, un peu comme s’il était un individu d’une autre race. Malgré l’amour familial, il arrive que des membres de la famille n’agissent pas en communion, et que des disputes insensées se produisent. Les mortels ont alors quand même la décence de continuer à le reconnaître comme étant toujours de la famille, ce qui indique qu’ils comprennent néanmoins le concept de famille. Cet amour est occasionné par leur mode de vie, basée sur la reproduction naturelle plutôt que divine. Je pense que c’est une tentative lamentable mais noble d’atteindre notre niveau familial, qu’ils ne pourront jamais atteindre en mourrant précocement et en se battant sans cesse entre eux.

L’amour passionnel ; C’est sans doute le plus puissant des trois, qui peut pousser à écarter amis et famille si ceux-ci viennent à se confronter à l’amour passionnel. Généralement, il se créé entre deux individus exclusivement, et pas n’importe lesquels. Les mortels semblent très insistants sur ce détail. Comme plusieurs frères le savent, leurs races sont divisées en deux sous-races, mâles et femelles. Cette petite différence entre les membres d’une race mortelle, bien que minime et parfois innapercue à nos yeux, semble jouer un rôle important dans l’amour passionnel, qui unit, selon mes observations, toujours un mâle et une femelle. Les deux individus deviennent obsédés l’un par l’autre, et ne cherchent plus qu’à se retrouver ensemble et à s’unir, pour se combler mutuellement de leur présence.

Ils apparaissent soulagés dès qu’ils se retrouvent, n’hésitant pas à symboliser leur union d’une manière physique. Bien que l’amour passionnel soit très fort (L’un n’hésitera pas un seul instant à donner sa vie pour l’autre), au point de rivaliser avec le nôtre, il existe quelques différences, dont je ne saisis pas le sens.

Il arrive que les passionnés se complimentent entre eux, et que la grandeur de l’être aimé donne l’impression à l’autre d’être petit, minuscule, insignifiant. Mais, quand la situation amène une réciprocité, et que les deux célèbrent la grandeur de l’autre, un équilibre se forme et l’amour peut durer. Ceci me mène à croire que l’amour passionnel mène au rétrécissement de l’ego et peut-être à sa destruction. Un mortel, face à l’amour, n’arrive plus à s’aimer soi-même, contrairement à nous, qui sommes tous frères, fils, et excellents produits du Père.

Aussi, étrangement, il arrive que l’amour passionnel ne soit pas réciproque. Dans ce cas, l’amour s’avère particulièrement destructeur pour l’ego et le mortel amoureux sombre dans une souffrance spirituelle et la déprime. L’amour non-réciproque est un mystère pour moi, mais je pense qu’elle peut-être associé au rejet que nous subissons des mortels en raison de notre apparence, qui ne parviennent pas à voir notre beauté et celle de Kalos. Ce pourrait donc être un pur produit de subjectivité.

L’amour passionnel vise aussi des membres étrangers, qui ne sont à priori ni amis, ni famille. Cette logique me semble clairement illogique, mais c’est bien ainsi que ça fonctionne. Il semble aussi que l’apparence, en plus du sexe, joue un rôle dans la sélection de l’amour passionnel. Les amoureux reconnaissent sans hésiter que leur partenaire est d’une beauté inégalée et absolue à leurs yeux. Bien sûr, les mortels étant charnels, cette beauté s’avère associée à la chair. Bien que ce soit l’amour le plus fort et plus puissant des trois, qui peut rendre fou les plus faibles des mortels, c’est aussi le plus inconstant. Du jour au lendemain, les deux êtres peuvent en venir à se détester radicalement à la suite d’un conflit. La confiance peut aussi fluctuer énormément, si l’amour passionnel s’étend au-delà de deux individus. J’en viens donc à la conclusion que l’amour passionnel ne peut inclure que deux individus à la fois, dont chacun est considéré comme favoris ultime au sein de tous les autres mortels (et immortels !). En raison de cette position qu’un seul individu peut occuper à la fois, des conflits se génèrent assez facilement, tout comme au sein d’une société ou le pouvoir n’appartient qu’à un seul individu et devient convoité par tous les autres.

Cet amour puissant et inconstant, extrêmement chaotique, semble plus fort que le mortel lui-même, et peut aller jusqu’à rivaliser avec sa foi et sa raison. De toutes les lacunes de la chair, cette faiblesse est la plus mystérieuse de toutes. Elle pourrait être exploitée, mais il faut aussi s’en méfier, mes frères. Un mortel m’a raconté que ces types d’amour avaient détruit beaucoup de choses après avoir mal tournés.

Quoi qu’il en soit, l’amour sous ses trois formes connues ne sont que des ébauches de ce que nous connaissons entre Mortanyss. Il semble qu’inconsciemment, les mortels cherchent à atteindre notre stade d’amour familial, mais restent limités par leurs pulsions charnelles, leurs courtes vies, et leur nature primitive et sauvage.

Malheureusement, ils font preuve d’excessivité, d’égocentrisme, de jalousie, de manque d’amour-propre et des autres, d’inconstance et d’incapacité de gérer les conflits de façon efficace.

Il semble que leur amour soit bel et bien damné.

Ceci, beaucoup d’entre eux doivent le savoir. Mais ceci ne les empêche pas d’aimer malgré l’absurdité, tout comme ils ne s’empêchent pas de vivre malgré leur mort imminente.



Si les mortels comprenaient l'amour, ils envieraient celui que nous possédons. La fraternité est Amour. La famille est Amour. Le Père, Kalos, est Amour.

La mort est Amour.


Fraternellement,

Ж ђ і Г ұ а и ‘ и т ѓ џ
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vincent C., Hastane.

avatar

Nombre de messages : 1128
Age : 29
Localisation : Ste-Catherine, Montérégie
Date d'inscription : 18/11/2006

MessageSujet: Re: (BG) Xhilyan'ntru   Sam 23 Déc - 10:40

Vraiment excellent, j'adore te lire Xhil! J'adore tout autant le petit arrangement à la fin avec l'image ainsi que la citation! Vraiment, je trouve ça génial! Very Happy

Cependant, tout tes textes me font penser à un point que nous avons pas encore abordé véritablement et qui serait intéressant d'éclaircir avant l'ouverture. J'ouvrirai un post afin d'en débattre pour pas laisser le post de ton BG se remplir inutilement d'une de mes questions.

Joli travail! Wink

http://mortanyss.forum2jeux.com/viewtopic.forum?p=2307#2307
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xhilyan'ntru, Mortanyss

avatar

Nombre de messages : 1785
Date d'inscription : 26/11/2006

MessageSujet: Re: (BG) Xhilyan'ntru   Sam 23 Déc - 12:10

Merci. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elenwë Estheliath, Nargo.

avatar

Nombre de messages : 1595
Age : 30
Date d'inscription : 09/01/2007

MessageSujet: Re: (BG) Xhilyan'ntru   Mer 10 Jan - 0:36

Je remonte ce post pour dire à quel point tes écrits ne laissent pas indifférents, et que je les apprécie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xhilyan'ntru, Mortanyss

avatar

Nombre de messages : 1785
Date d'inscription : 26/11/2006

MessageSujet: Re: (BG) Xhilyan'ntru   Mer 10 Jan - 0:42

Merci, sincèrement. Je songeais à les continuer, mais je me suis résigné à laisser la place à nos nouveaux qui affluent de plus en plus.

Edit; Évidemment: Tout ce que Xhilyan a écrit se retrouvera IG. C'est l'une des premières choses que je compte faire à l'ouverture.


Dernière édition par le Mer 10 Jan - 0:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elenwë Estheliath, Nargo.

avatar

Nombre de messages : 1595
Age : 30
Date d'inscription : 09/01/2007

MessageSujet: Re: (BG) Xhilyan'ntru   Mer 10 Jan - 0:44

Il serait apprécié que les textes écrits par ton personnage soient accessibles rpément par les autres. J'adorerais y participer, si la chose m'était possible. Et je ne peux te suggérer que de continuer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xenshi, Mortanyss

avatar

Nombre de messages : 1574
Age : 31
Localisation : Saint-Jean Chrysostome, Lévis
Date d'inscription : 17/11/2006

MessageSujet: Re: (BG) Xhilyan'ntru   Mer 10 Jan - 0:57

Maintenant que c'est remonté ça me rappel que je tenais à te laisser un commentaire sur msn.

Franchement j'admire ton écriture, malgré le fait qu'on est plusieurs à avoir l'air de 2 de pique à côté de toi.

Je suis content de te compter parmi nous Xhil, la personne ^^.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xhilyan'ntru, Mortanyss

avatar

Nombre de messages : 1785
Date d'inscription : 26/11/2006

MessageSujet: Re: (BG) Xhilyan'ntru   Mer 10 Jan - 4:02

Je m'avance ici sur les rites Mortanyss, qui ne sont pas encore définis IG. Cette réflection de Xhilyan pourra, je l'espère, en inspirer plus d'un dans nos adorations du concept de la mort.

Le visage ébahi alla s’écraser contre la pierre froide et propre, souillant sa surface lisse de sang. Du sang, tellement de sang. Il s’échappait par grosses gorgées de la bouche, par minces filets précipités hors des narines. Il fuyait surtout par l’abdomen du corps nu et grelottant, accompagné d’un chaud entremêlement de viscères. L’immonde paquet alla se déverser complètement sur le sol, et le paquet de chair rendit un dernier hoquet étouffé, les yeux fixés vers l’infini du temple.

De longs doigts, maigres et malades, tremblèrent en direction du visage fraîchement immobilisé. Xhilyan, qui avait pris place aux premiers rangs, pouvait presque toucher le sacrifié. La chaleur du corps effondré et l’odeur du sang versé le rendait ivre et lui volait toute ces pensées. La voix grave et sinistre du Moine le ramena promptement à la raison.


-Xhilyan ! Aide-moi à le porter.

Il n’y avait que le moine pour mener la cérémonie, tous les autres membres du clergé étant encore plongés dans leurs torpeurs, au fond de leurs tombeaux. D’une voix beaucoup plus réservée, il reprit, comme pour lui-même ;

-Un autre qui s’avère incapable de mourir sans paniquer et se jeter en bas de l’autel. Doucement, Xhilyan.

Les mains tordues et maladroites, rendues fébriles par l’honneur que représentait de prendre part à la cérémonie, avaient brusqué le nouveau cadavre. La tête échevelée du zombi s’agita dans quelques sens incertains, à la manière d’un simple d’esprit qui sait qu’il vient tout juste de commettre une gaffe. Tout son corps se tordait, pris dans l'étau imaginaire de la culpabilité.

-ParDoN mon FrÈRe. PArdOn ! mES MAinS SonT Si vorACes, PArdOnNes-Les !

-Calme-les et assiste-moi. Prends ses jambes.


Tranquillement, le corps à demi vêtu de taches de sang s’éleva dans les airs, décontracté par l’extase de la mort. Sous les yeux admiratifs des Mortanyss rassemblés dans le silence, le macabre cortège fit son chemin hors du temple, suivit par le sang qui continuait de s’égoutter et les fidèles qui s’alignaient respectivement derrière le sacrifié.

Ils se rendirent ainsi au cimetière local, entièrement peuplé d’épitaphes vides. Ils passèrent devant de troublantes statues glorifiant les visages de la mort, avant d’arriver auprès d’une tombe fraîchement creusée.

Avec un soin maladif, Xhilyan et son aîné responsable de la cérémonie déposèrent la vedette du moment au sol. Celle-ci avait déjà considérablement blêmit. D’autres Mortanyss se chargèrent de déposer la dépouille et de l’inhumer dans un mélange de glaise et d’argile, en vue de préserver l’état du corps pour une éventuelle renaissance. Un tel espoir fût assuré par une prière menée autour de la sépulture.

Puis, on se dispersa. Les mortanyss se séparèrent dans quelques murmures, pour retourner à des occupations de moindres importances.

Xhilyan, encore catatonique de ses émotions provoqué par le divin contact du cadavre, ne pus s’empêcher de rester là, abruti, à sentir ses mains imbibées de la rouge substance. Quand il reprit ce qui lui faisait office d’esprits, il se retira à la bibliothèque locale pour écrire. À la lumière de quelques bougies déjà trop fondues, le Mortanyss étala ses réfections.


Mort


Le Premier Don de Kalos, prenant une place considérable dans nos âmes, dans nos visages.

C’est la mince différence qui s’interpose entre nous et les autres. À la manière d’un miroir, c’est ce qui rend l’autre côté inconcevable. Aucun n’affirmera que c’est le reflet qui soit réel, et que c’est lui qui a raison. Pourtant, les miroirs sont très fidèles.

Ainsi, aucun mortel n’embrasse librement sa mort, convaincu qu’elle représente la fin à tout ce qu’il connaît. C’est vrai, car nous pouvons en témoigner. Moi, je ne connais plus rien.

Inversement, je ne connais aucun de mes frères qui souhaiterais devenir une créature vivante. La simple idée de se retrouver emprisonné dans un corps exigeant, gonflé d’eau et vulnérable en horrifie plus d’un. Personnellement, je serai incapable de soutenir les pulsations incessantes qui hantent chacun des organes de la chair.

Mais dans un miroir, même si l’image est sensiblement la même, le point de vue de chacun des reflets s’avère différent.

Les mortels réagissent très mal à l’immense honneur du sacrifice. Ils crient et supplient, convaincus de l’atrocité de la chose. D’autres font preuve d’un étonnant calme, convaincus que les Cilias porteront un jugement clément sur son âme.

Bien que la seconde réaction soit la plus favorable, très rares sont ceux qui sont entièrement consentant à nos rites sacrés. Une profonde incompréhension existe, et je déteste les miroirs brisés.

Nous, Mortanyss, fils du Père, possédons une version beaucoup plus élaborée de la mort, qui s’avère souvent très mal interprétée par les mortels égoïstes et profondément imbus de leur propres vies. Nous ne tuons pas par plaisir. Du moins, ce n’est pas le cas pour chacun d’entre nous. Nous tuons parfois parce que la mort s’avère une solution efficace aux problèmes engendrés par les mortels, mais ce n’est pas notre motivation, c’est la leur.

Les mortels représentent la mort comme l’ultime punition, souvent réservée aux pires criminels et aux ennemis voués. Je n’y perçois pas le sens, puisque nous punissons les misérables grâce à des tortures profitant de la fragilité de la chair avant de les relâcher pour le pire des destins ; continuer à vivre leur médiocrité.

Pour nous, la mort représente un honneur considérable. Dès qu’un être de chair rend l’âme, il gagne la chance, si Kalos le permet, de devenir l’un des nôtres un jour. L’honneur est d’autant plus grand si la mort est dictée par nos prêtres, qui s’occupent personnellement du sacrifice ordonné par Kalos. Le sacrifié a le privilège de gagner l’attention de la famille, dénudé de ses attirails inutiles et présenté sur l’autel du temple. Son ventre est ensuite ouvert à l’aide d’une dague rituelle, puisque c’est la seule partie du corps qui s’avère inutile dès la renaissance. Ensuite, ses entrailles lui sont retirées, afin de provoquer une mort rapide et de le débarrasser de ces organes qui s’avèrent eux aussi inutiles dans la non-vie promise.

Ces méthodes sont considérées comme barbares et brutales par beaucoup de peuples charnels. Pourtant, nous prenons un grand soin à attribuer le Premier Don de Kalos, soit la mort. C’est avec grande délicatesse et considération que nous traitons les sacrifiés, qui gagnent déjà une part de divinité dès que la puanteur de la vie quitte leur peau suintante.

Un mort ne doit en aucun cas être abîmé, car il pourrait être digne d’être un frère. Ceci s’applique surtout aux sacrifiés cérémoniels, que nous prenons grand soin de préserver de l’usure du temps et des divers charognards (dont les animaux et les plantes).

Il arrive aussi que nous soyons accusés de piller les tombes pendant les cérémonies de l’abyss. C’est faux, car nous ne pillons pas les possessions ou richesses enterrées, d’un intérêt futile. C’est le défunt lui-même qui nous intéresse, lorsqu’il est désigné par un membre de notre clergé. Les mortels ont déjà beaucoup de mal à accepter le Premier Don de Kalos, et s’opposent toujours à nos pratiques.

Nous sommes accusés de violer des sanctuaires et de manquer de respect envers les morts. Ainsi, nous sommes forcé à agir de nuit, aux plus grands insu. Ces frères promis par Kalos ne sont pas violés ou dérobés de leur dernier repos, puisque, tôt ou tard, ils finiront par se lever. Nous ne tenons qu’à rendre l’éveil plus facile en déplaçant les cadavres élus dans notre cimetière, beaucoup plus aptes à accueillir et conserver les corps.

Malgré tout, les mortels se refusent de comprendre notre respect pour l’œuvre de Kalos et protègent jalousement leurs sépultures. Ils croient qu’en s’opposant aux actes des Fils, l’œuvre du Père pourrait être empêché.

Les fous.

Beaucoup de frères naissent souvent en dehors de Mortancia, au milieu d’un univers hostile. Ce fût mon cas, aux désastreuses conséquences. Ce fût le cas de beaucoup de frères et sœurs. Notre clergé cherche à éviter cela et à permettre une mort et une renaissance favorable pour ceux qui sont choisis. Nous respectons plus que quiconque les défunts.

Quand les fous apprendront-ils ?




S’opposer aux décisions des Cilias est un acte vain qui ne fait que compliquer les choses.
Surtout si ce Cilias est Kalos, grand auteur de la mort - ou de la réelle saveur de la vie.


Fraternellement,

Ж ђ і Г ұ а и ‘ и т ѓ џ
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: (BG) Xhilyan'ntru   Mer 10 Jan - 5:17

I love Ж ђ і Г ұ а и ‘ и т ѓ џ.
Revenir en haut Aller en bas
Elenwë Estheliath, Nargo.

avatar

Nombre de messages : 1595
Age : 30
Date d'inscription : 09/01/2007

MessageSujet: Re: (BG) Xhilyan'ntru   Mer 10 Jan - 9:56

Toujours, je suis fanatique et l'idée du sacrifice me plait (comme je disais avant de perdre le net Razz). Cependant, à mon avis, pareille cérémonie devrait être menée par un prêtre, et non un moine. Ce n'est qu'un avis, mais bon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eazox, Mortanyss

avatar

Nombre de messages : 834
Age : 31
Date d'inscription : 17/11/2006

MessageSujet: Re: (BG) Xhilyan'ntru   Mer 10 Jan - 13:10

J'aime ta manière de penser. Dans mon BG, je fais un peu la même chose, mais envers les Nargoliths et les Hastanes, où je dévoile la pensée de mon personnage à leur sujet, vis à vis les Mortanyss par la suite.

Tu touches à plusieurs points intéressants et on ne peut d'ailleurs qu'être en accord avec ce que tu apportes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xhilyan'ntru, Mortanyss

avatar

Nombre de messages : 1785
Date d'inscription : 26/11/2006

MessageSujet: Re: (BG) Xhilyan'ntru   Mer 10 Jan - 13:52

Merci encore pour vos commentaires nourrissant.

@ Khôrix Ist'Ox; Nom non-conforme: Nom, Race. On cessera pas de t'harceler avec ça, tu sais.

@ Haze; Normalement, un prêtre s'en chargerait, oui. Dans les événements du texte, il n'y en avait seulement aucun de disponible et un moine a du prendre cette place. Je pensais que c'était suffisament clair, mais j'ai peut-être été un peu nébuleux.

@ Eazox; J'aimerais lire ça. Il me semble que tu ne voulais pas divulguer ton BG pour des raisons personnelles, non?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vincent C., Hastane.

avatar

Nombre de messages : 1128
Age : 29
Localisation : Ste-Catherine, Montérégie
Date d'inscription : 18/11/2006

MessageSujet: Re: (BG) Xhilyan'ntru   Mer 10 Jan - 17:54

Vraiment bien comme toujours. L'on peut découvrir ce dont à quoi Xhil pourra ressembler niveau psychologique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eazox, Mortanyss

avatar

Nombre de messages : 834
Age : 31
Date d'inscription : 17/11/2006

MessageSujet: Re: (BG) Xhilyan'ntru   Mer 10 Jan - 18:01

Xhilyan'ntru, Mortanyss a écrit:
@ Eazox; J'aimerais lire ça. Il me semble que tu ne voulais pas divulguer ton BG pour des raisons personnelles, non?

Voilà, tu jetteras un coup d'oeil à tes MPs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: (BG) Xhilyan'ntru   Jeu 11 Jan - 2:29

Vraiment pas sympa, jéssai d'être gentil et sociable et tout mais il me repond "Nom nom conforme: Nom, Race" sa me désole.

Ehm.. Et aussi, j'ai jamais écrit mon nom de race sur un forum de race mais bon.
Revenir en haut Aller en bas
Xhilyan'ntru, Mortanyss

avatar

Nombre de messages : 1785
Date d'inscription : 26/11/2006

MessageSujet: Re: (BG) Xhilyan'ntru   Jeu 11 Jan - 2:45

Excuse-moi, fallait que ça sorte. Ça fait plusieurs fois qu'on te le demande, je sais que c'est moche. Je sais pas non plus pourquoi on doit écrire la race, à vrai dire...mais c'est la règle.

Et quelqu'un qui se balance des règle du forum de sa propre race...ça paraît pas sympa non plus. Bien sûr, je suis sûr qu'il n'y avait aucune mauvaises intentions.

Khôrix est officiellement un Mortanyss maintenant. Khôrix est l'ami de Xhilyan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: (BG) Xhilyan'ntru   Jeu 11 Jan - 2:50

Xhilyan'ntru, Mortanyss a écrit:
Excuse-moi, fallait que ça sorte. Ça fait plusieurs fois qu'on te le demande, je sais que c'est moche. Je sais pas non plus pourquoi on doit écrire la race, à vrai dire...mais c'est la règle.

Et quelqu'un qui se balance des règle du forum de sa propre race...ça paraît pas sympa non plus. Bien sûr, je suis sûr qu'il n'y avait aucune mauvaises intentions.

Khôrix est officiellement un Mortanyss maintenant. Khôrix est l'ami de Xhilyan.

À préciser que je reste quand même supérieure a Azax.
Que tout le monde sois mes amis sinon c'est des ennemies et faut tuer les ennemies, grah!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: (BG) Xhilyan'ntru   Jeu 11 Jan - 10:19

Alors la, c'est toujours beau de rever Khorix :p.
Revenir en haut Aller en bas
Xhilyan'ntru, Mortanyss

avatar

Nombre de messages : 1785
Date d'inscription : 26/11/2006

MessageSujet: Re: (BG) Xhilyan'ntru   Jeu 11 Jan - 18:16

Faut admettre que c'est dur de rivaliser avec un Mortanyss partageant son nom avec un produit nettoyant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: (BG) Xhilyan'ntru   Jeu 11 Jan - 23:11

LOL Xhil, tu as pas idee comment je suis partit a rire quand j'ai lus ta remarque :p.

N'empeche, bien placé! lol.

Propreté 4ever!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: (BG) Xhilyan'ntru   Jeu 11 Jan - 23:57

Xhil, ne tombe pas dans son piège, reste mon ami et tout ira bien.

Sache qu'il pourrait amener "Tide" et "M.Net" avec lui, donc si tu reste de mon côté nous auron plus de chance que si je serais contre vous deux. Neutral
Revenir en haut Aller en bas
Xhilyan'ntru, Mortanyss

avatar

Nombre de messages : 1785
Date d'inscription : 26/11/2006

MessageSujet: Re: (BG) Xhilyan'ntru   Ven 12 Jan - 0:52

C'est vrai que d'un autre côté, la putréfaction, y'a que ça de vrai.

Solide dilemme.

Dans un ordre plus sérieux d'idée, je prépare une suite aux précédents textes, afin que mon propre post BG ne tombe pas hors-sujet. Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: (BG) Xhilyan'ntru   

Revenir en haut Aller en bas
 
(BG) Xhilyan'ntru
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue à Mortancia :: Discussion Hors Rôle-Play :: Grimoire-
Sauter vers: